Nouvelle rubrique

HISTOIRE

Nouvelle rubrique : Vous pouvez proposer des articles sur l'histoire de la santé publique : https://www.pratiquesensante.org/proposer-une-reference/

Peut-on tirer des leçons de l’Histoire pour la crise du Covid-19?

 

https://www.iresp.net/wp-content/uploads/2021/03/WEB_QSP41.-web.pdf

 

Anne Marie Moulin, Damiano De Facci. L’épidémie mondiale de Covid-19 que la planète connaît depuis maintenant plus d’un an, la rapidité avec laquelle elle s’est propagée et l’ampleur de la crise sanitaire, économique et sociale qu’elle a engendrée, font naître le besoin de mieux comprendre les évènements que nous vivons collectivement. Ce nouveau numéro de Questions de santé publique revient sur les épidémies que l’humanité a connues précédemment. Les leçons de l’histoire pourraient-elles nous aider à mieux comprendre la situation que nous vivons ?

Histoire de l’éducation à la santé à l’école : une lente et complexe ascension (XVIIIe-XXIe siècles)

 

https://www.persee.fr/doc/spira_0994-3722_2012_num_50_1_1091

 

La santé et l’éducation, deux principes fondamentaux de notre société, ont-elles évolué de façon similaire et leurs préoccupations se sont-elles rejointes ? A l’heure du développement de l’éducation de la santé à l’école, les deux auteurs, spécialistes de l’histoire de la santé, reviennent sur les origines des préoccupations de santé à l’école et leurs évolutions. À l’heure des problèmes toujours tenaces concernant la santé de certains citoyens et des difficultés à se maintenir en santé, de la volonté de faire participer l’École à la promotion de la santé, l’article apporte un éclairage historique révélateur de notre société sanitaire et de nombreux comportements contradictoires face à la maladie et à la mort.

La santé sexuelle, genèse et usages d’un concept. Étude d’épistémologie historique, XIXe – XXIe siècles - David Simard

 

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02471065/document

 

Le concept de santé sexuelle a été institutionnalisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les années 1970, alors que s’accroissaient les controverses entre la psychanalyse et le cognitivo-comportementalisme. La nouvelle définition de travail qu’en a proposé l’OMS au début des années 2000 a entériné l'approche cognitivo-comportementale articulée à l’utilitarisme, en l’inscrivant résolument dans la suite de son concept de santé comme état de bien-être. Ce concept mêle ainsi une dimension épistémologique à une dimension morale et sociale.Ce travail de recherche se propose d’éclairer les usages contemporains du concept de santé sexuelle en en retraçant la genèse, qui précède de loin son institutionnalisation par l’OMS. Nous remontons ainsi à ses premières occurrences dans la première moitié du XIXe siècle, alors que la santé désigne principalement l’absence de maladies.Nous adoptons une méthode d’épistémologie historique, avec un travail sur les textes de l’époque dans le champ médical anglo-américain et dans celui du continent européen. S’il est courant de mettre en question les concepts du champ médical et de celui de la santé, en particulier ceux touchant la sexualité, à partir d’un regard social qui met en évidence leur dimension normative et de biopouvoir, le présent travail se propose d’étudier le concept de santé sexuelle en menant une analyse interne aux champs dans lesquels le concept a été forgé et déployé. Sans contester la pertinence de l’abord socio-politique, le choix méthodologique qui fait droit à sa rationalité interne permet de mieux souligner ce qu’il peut y avoir d'irréductiblement normatif dans le concept de santé sexuelle.Ce dernier est donc analysé à l’aune du modèle scientifique dans lequel il émerge, à sa-voir la physiologie hygiéniste vitaliste. Cette genèse va dessiner son histoire jusqu’à aujourd’hui, alors que s’opposent une sexologie qui en fait son objet, et une médecine sexuelle mécaniciste qui s’y réfère aussi. L’histoire des épistémologies de la biologie éclaire non seulement la genèse et les usages du concept de santé sexuelle, mais aussi ses rapports au domaine de la pathologie sexuelle. Les oppositions de modèles épistémologiques se traduisent par des approches thérapeutiques différentes, sinon adverses, pour la conception et la prise en charge des problèmes sexuels. Ne se réduisant pas à l’absence de maladies sexuelles, la santé sexuelle selon l’OMS, holistique, entend recouvrir également le mental et le social, dans une démarche préventive et éducative en santé publique. Ce dernier point en souligne en outre la charge éthique, dans une optique eudémonique, que lui ont conféré dès le XIXe siècle ses usages hygiénistes.Ce travail permet ainsi à la fois : 1) de resituer le concept de santé sexuelle dans une histoire plus longue que celle qui la fait habituellement débuter après la Deuxième Guerre mondiale ; 2) d’enrichir l’historiographie de la sexologie, pour laquelle le concept de santé sexuelle est devenu majeur au XXIe siècle ; 3) d’interroger l’histoire de la sexualité telle que développée par Michel Foucault ; 4) d’éclairer les rapports du normal et du pathologique qui sont en jeu dans le concept de santé sexuelle et dans les controverses entre la psychodynamique et le cognitivo-comportementalisme ; 5) d’interroger l’idée selon laquelle les usages contemporains de ce concept participeraient de la médicalisation de la sexualité.

La vaccination données historiques et scientifiques pour tous

 

http://www1.chu-montpellier.fr/es/vaccination/histoire-des-epidemieset-de-la-vaccination/

 

Cette partie aborde l’aspect historique des grandes épidémies ainsi que l’élaboration des vaccins. Nous verrons par la suite l’impact qu’a pu avoir la vaccination sur l’incidence de ces maladies, sur les décès, ainsi que sur les complications qui ont pu être ainsi évitées.

 

Nous avons choisi de nous concentrer sur les 11 maladies intégrées dans le programme de vaccination obligatoire depuis le 01 janvier 2018 en France. Nous aborderons également l’histoire de la variole et de la tuberculose afin de permettre de mieux comprendre l’histoire de la vaccination et les avancées scientifiques dans ce domaine.

 

Le but de ce travail est de rappeler à la population, ainsi qu’aux médecins, les maladies contre lesquelles nous nous protégeons en se concentrant sur les moments importants de notre passé.