Pensez à vous inscrire à la lettre bi-mensuelle de Pratiques en santé 2019 : https://www.pratiquesensante.org/lettre-bi-mensuelle/

JEUNES

Intervenir en promotion de la santé sur les écrans auprès des 12-25 ans

 

http://ireps-ara.org/portail/portail.asp?idz=1363

 

Ce document interactif offre un recueil d’actions mises en place en Auvergne-Rhône-Alpes sur la thématique des écrans en promotion de la santé pour les 12-25 ans.

Vous y trouverez les actions repérées dans le cadre de la démarche « Bonnes idées et pratique prometteuses », ainsi que des interviews et d’autres contenus recueillis et produits au cours de la démarche sur la thématique des écrans. Les actions ont été choisies à partir des critères sélectionnés par un comité régional multipartenarial composé de chercheurs et de professionnels de terrain. Cela afin d’inspirer, orienter et appuyer les acteurs de la promotion de la santé dans la mise en œuvre de leurs projets.

Une fiche de capitalisation est associée à chaque action jugée particulièrement prometteuse et innovante par le comité régional afin d’en préciser les leviers d’efficacité.   

Une fiche d’identité est associée à chacune des autres actions recensées, afin d’en fournir les coordonnées de la structure porteuse, ainsi qu’une description schématique.

Dossier BIPP (Bonnes Idées et Pratiques Prometteuses) - Dispositif EMERGENCE - Mai 2020

Exposition des jeunes à la violence dans les jeux vidéo et les médias sociaux : considérations dans le contexte de la pandémie de la COVID-19

https://www.inspq.qc.ca/publications/3012-exposition-jeunes-violence-jeux-video-media-sociaux-covid19

 

Une synthèse des connaissances réalisée récemment par l’INSPQ s’est intéressée à la contribution de l’utilisation de deux médias populaires chez les jeunes âgés de moins de 18 ans, les médias sociaux et les jeux vidéo à contenu violent, sur la violence interpersonnelle subie (ex. : victimisation en ligne) et commise (ex. : agression physique). Les résultats de cette synthèse des connaissances montrent que l’usage des médias sociaux chez les jeunes est associé à plus d’agressions en ligne, qu’elles soient subies ou commises. Pour ce qui est des jeux vidéo à contenu violent, les constats sont moins clairs. En raison des mesures de confinement mises en place, il est possible que l’utilisation des jeux vidéo et des médias sociaux soit en hausse depuis le début de la pandémie de la COVID-19. L’augmentation du temps consacré à ces plateformes peut exposer les jeunes à un plus grand risque de subir de comportements violents sur Internet (ex. : se faire menacer, se faire intimider). Dans la plupart des recommandations émises par des organismes de santé, l’importance de limiter le temps que les jeunes passent devant les écrans (y compris sur les médias sociaux et les jeux vidéo) est mise de l’avant ainsi que la nécessité de privilégier un contenu de haute qualité.

 

Dans le contexte actuel de confinement, il peut être difficile pour les parents de limiter le temps d’écran de leurs enfants. L’attention et les efforts des parents pourraient se concentrer sur la nature du contenu consulté et des activités réalisées en ligne. Il existe des ressources pour aider les parents et les jeunes à limiter les risques associés à un usage excessif des jeux vidéo, des médias sociaux ou d’autres activités sur Internet.

 

en complément :  L’utilisation des écrans en contexte de pandémie de COVID-19 — quelques pistes d’encadrement

https://www.inspq.qc.ca/publications/3015-utilisation-ecrans-pistes-encadrement-covid19

 

Comportement de santé et bien-être des élèves de 11, 13 et 15 ans - (EHESP)

https://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/Comparaisons-internationales-comportements-de-sante-HBSC-EnCLASS-2018-synthese.pdf

 

EHESP, Résultats de l’enquête internationale Health behaviour in school-aged children (HBSC) et EnCLASS France 2018, mai 2020, 12 p. (synthèse)L’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) mise en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) interroge régulièrement un large échantillon de jeunes élèves de 11, 13 et 15 ans, sur leurs comportements de santé. Santé mentale, vécu scolaire, bien-être social, comportements alimentaires, usages de substances psychoactives ou utilisation des technologies numériques … En 2018, plus de 227 000 élèves scolarisés dans 45 pays en Europe et au Canada ont répondu à un questionnaire sur ces sujets. L'OMS publie ce jour l'ensemble des résultats.

" Ta santé, ton alliée ! " - Livret à destination des jeunes de 16 à 25 ans

http://www.codes83.org/a/1692/-ta-sante-ton-alliee-livret-a-destination-des-jeunes-de-16-a-25-ans-/

 

Le CODES 83 vous propose de télécharger gratuitement le livret "Ta santé, ton alliée", à destination des jeunes de 16 à 25 ans. Ce livret est composé d’éléments en lien avec l'actualité sur diverses thématiques telles que l’alimentation, le sommeil, l’activité physique, la vie affective et sexuelle  et les addictions.

Riche en jeux, activités et tests ce livret a pour vocation d’étoffer sa culture générale sur diverses thématiques, en autonomie ou en groupe. Ce document permet à chacun de trouver sa place dans la mise en œuvre d’actions concrètes. Il peut être utilisé pour puiser des idées nouvelles mais aussi servir de véritable rebond aux activités quotidiennes.

La santé des jeunes scolarisés en Bretagne Enquête 2017

 

 

et les documents associés :

  • La santé mentale, le bien-être et la souffrance psychique des jeunes scolarisés en Bretagne - Enquête 2017
  • La santé sexuelle des jeunes scolarisés en Bretagne - Enquête 2017
  • Alimentation, activité physique et sédentarité des jeunes scolarisés en Bretagne - Enquête 2019
  • Promouvoir la santé auprès des lycéens scolarisés en filière professionnelle en Bretagne - Repères pour l'action

Pour accéder à l'ensemble des documents

https://orsbretagne.typepad.fr/ors_bretagne/jeunes_sant_des_collgiens_et_des_lycens/

 

La santé des jeunes et ses déterminants constituent une priorité régionale partagée par le Conseil Régional, l'Agence Régionale de Santé, le Rectorat et la Direction de l'enseignement catholique qui ont rendu possible cette étude. Ces acteurs régionaux ont souhaité disposer de données actualisées, précises et objectives sur les principales problématiques de santé des jeunes, afin de mieux orienter les interventions de prévention et promotion de la santé menées en faveur des jeunes scolarisés.

L'enquête 2017, mise en œuvre dans le prolongement des précédentes éditions de 2001 et 2007, a fait l'objet d'une extension aux élèves scolarisés en cinquième et seconde, ces niveaux de classe constituant des étapes charnières en matière de santé, notamment du point de vue de l'adoption de comportements à risque.

Violences faites aux enfants, connaître et repérer les symptômes traumatiques

 

http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Documents-pdf/brochure-jeunes-web.pdf

 

brochure à destination des jeunes

Les violences sont une atteinte à tes droits. Les agressions, les coups, les insultes, les paroles humiliantes, mais également les actes sexuels qu’un adulte ou un autre jeune t’impose alors qu’ils n’ont aucun sens pour toi, que tu n’en veux pas ou que tu ne te sens pas prête, ne sont pas «normaux ». Ce sont des infractions que la loi punit en tant que délits et même en tant que crimes (comme le viol), et qu’une

société encore trop injuste et inégalitaire rend possibles.

Les fiches explicatives et propositions d'activités du programme STRONG autour de la promotion des #CPS des collégiens (2012) 

 

http://www.jeudevi.org/wp-content/uploads/2014/09/1210-Cahier-Technique-Strong.pdf

 

Ce cahier technique est conçu et réalisé dans le cadre d’une recherche européenne intitulée STRONG : Supportive Tools for Resilient, Open-minded and Non-violent Grass root work in schools (Outils de support pour un travail sur la résilience, l’ouverture d’esprit et la non violence dans les collèges). La recherche a été conduite en France par le GIRFAS Bretagne - IRTS de Bretagne, en association avec JEUDEVI, au sein de trois collèges d’Ille-et-Vilaine (Cleunay et Villejean à Rennes, Cité scolaire Beaumont à Redon) ; L’Allemagne, la Pologne, le Portugal et la Suède ont été quatre autres territoires d’investigations sur le même objet, menés par différentes équipes professionnelles. Le projet STRONG s’inscrit dans le programme d’actions de la Commission européenne pour réduire les violences faites aux femmes et aux enfants (programme Daphné). A la suite de ce programme, sont ici proposés des repères pour l’action dans les établissements scolaires du second degré

Des jeunes extra-ordinaires. Focus sur l’Aide à la Jeunesse

https://prospective-jeunesse.be/revues/des-jeunes-extra-ordinaires-focus-sur-laide-a-la-jeunesse/#revue-articles

n°88 Prospective Jeunesse / https://drive.google.com/open?id=1c9lFKErkoxdT7cuCidxRSz8zKt_vu-y9

 

En toute sincérité, nous ne savons pas ce qu’est un jeune ordinaire. Et sans doute que, si nous pensions le savoir, cela nécessiterait de réfléchir longuement à ce que cela dit de nous. En revanche, quand les travailleurs de Samarcande ont utilisé l’adjectif « extraordinaire » en insistant bien sur la césure qu’ils placent dans le mot, leur propos a tout de suite résonné à nos oreilles. Ces jeunes qui ne vont pas à l’école. Ou qui ne vivent pas avec leurs parents. Qui avancent sur un chemin cabossé. Ceux qu’on punit presque comme des adultes. Ces jeunes qui sortent de l’ordinaire. Dans ce numéro consacré à l’Aide à la Jeunesse, et aux questions qui gravitent autour, donner la parole à ces jeunes singuliers sera le fil rouge, de l’appel de Bernard De Vos pour les droits à l’expression des jeunes à la recherche de réponses adéquates pour ceux en situation de grande précarité, que nous présente Fanny...adéquates pour ceux en situation de grande précarité, que nous présente Fanny...

Communiquer auprès des jeunes en prévention et promotion de la santé - Repères et techniques pour agir

 

http://ireps-ara.org/actualite/action_dl.asp?action=999&idz=b05cdd17efad86d4cdb7befbdd1085b1

 

La communication est une activité à part entière d’un projet de prévention et promotion de la santé.

Tour d’horizon de techniques qui, mises en oeuvre dans une approche de type marketing social, peuvent s’avérer complémentaires d’une démarche éducative auprès d’un public jeune.

Neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix sont en bonne santé, malgré des disparités liées à leur situation vis-à-vis de l’emploi

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1134.pdf

 

L’état de santé des jeunes adultes est très satisfaisant en moyenne : près de neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix se perçoivent en bonne ou très bonne santé et ils déclarent peu de maladies chroniques (14 %) ou de restrictions d’activités (8 %). Pour la première fois, l’enquête nationale sur les ressources des jeunes, permet d’aller au-delà de ce constat général et d’éclairer la situation de groupes particuliers en matière de santé perçue, de couverture et de recours aux soins en les comparant à l’ensemble des jeunes adultes.

Les jeunes chômeurs ou inactifs (hors étudiants) et les jeunes cumulant emploi et études déclarent ainsi un moins bon état de santé perçu. C’est aussi le cas pour les jeunes les moins diplômés et ceux qui n’habitent plus chez leurs parents...

Santé et autonomie des jeunes de 15 à 25 ans en Auvergne-Rhône-Alpes : Etat des lieux et besoins spécifiques à cette population

 

http://ireps-ara.org/actualite/action_dl.asp?action=999&idz=8b4a8371ff689393cf83d3a2337192f1

 

Ce rapport d'études a été financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes.Il propose :

Une revue synthétique de données sur l’état de santé des jeunes de 15 à 25 ans, catégorisées selon une approche par les déterminants de la santé. Ces données sont mises en perspective avec des éléments qualitatifs issus des contributions des jeunes interrogés lors de l’enquête exploratoire.

Une discussion autour des enjeux soulevés par ces données.

Des propositions de pistes d’actions.

Dossier : Empowerment des jeunes

 http://inpes.santepubliquefrance.fr/SLH/pdf/sante-action-446.pdf

 

L’empowerment est l’une des stratégies d’intervention fondamentales en promotion de la santé, déjà évoquée dans de précédents numéros de La Santé en action. Comme cela a été souligné dans plusieurs rap‑

ports scientifiques, notamment une revue de la littérature extensive de Wallerstein, ces démarches produisent tant des effets bénéfiques sur la santé des populations qu’une amélioration du lien social, et elles réduisent les inégalités sociales de santé. Dans son rapport, Nina Wallerstein indique que : «  L’empowerment est le résultat d’une interaction dynamique entre deux niveaux  : le développement de compétences individuelles  (internes) et le dépassement de barrières structurelles (externes), […] afin d’améliorer les conditions de vie des plus défavorisés. »

 


À l’écoute des jeunes des quartiers populaires pour mieux comprendre leurs représentations du monde

 

https://ireps-bfc.org/sites/ireps-bfc.org/files/guide-psj-web.pdf

 

Le Pass’Santé Jeunes (PSJ) a pour objectif général de fédérer les acteurs travaillant avec les jeunes autour de dynamiques locales de promotion de la santé avec l’appui d’outils numériques. Il est animé par l’Ireps BourgogneFranche-Comté et financé par l’Agence régionale de santé.

Ses objectifs spécifiques :

> Renouveler l’approche prévention en cohérence avec les pratiques numériques des jeunes

> Mettre à leur disposition un portail de ressources fiables et actualisées

> Territorialiser les actions menées auprès des jeunes

> Partager les messages de prévention et les stratégies d’intervention efficaces

> Animer un réseau multi-partenarial en impliquant les jeunes, le milieu familial et les professionnels

 


À l’écoute des jeunes des quartiers populaires pour mieux comprendre leurs représentations du monde

http://www.cget.gouv.fr/ressources/publications/a-l-ecoute-des-jeunes-des-quartiers-populaires-pour-mieux-comprendre-leurs-representations-du-monde

 

Quelles représentations du monde ont les jeunes des quartiers populaires et comment se positionnent-ils comme acteurs dans une société mondialisée ? Dans le contexte des attaques terroristes de janvier 2015 où de nombreux jeunes déclaraient qu’ils « ne sont pas Charlie », le CGET s’est interrogé sur les rapports des jeunes à leur vie intime, aux institutions, à la société et au monde, et sur les motifs qui ont poussé une partie d’entre eux à la radicalisation. Pendant 3 ans, la psychosociologue Joëlle Bordet et son équipe en partenariat avec le CGET, ont mené une recherche-action auprès des jeunes vivants dans les quartiers populaires mais également en milieu rural.

 


Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

 

http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/rap-info/i1234/(index)/rapports-information

 

Ericka Bareigts et Cyrille Isaac-Sibille, commission des affaires sociales

L’objet de ce rapport est de proposer des solutions pour la mise en oeuvre pratique d’une politique de prévention afin de réduire les inégalités sociales et territoriales en matière de santé. Les travaux se concentrent sur la prévention santé à l’égard de la jeunesse et plus particulièrement sur les actions de prévention primaire, visant à éviter l’apparition des maladies et à promouvoir les comportements favorables à la santé, de la conception à la sortie de l’adolescence.

 


Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

Rapport d’information relatif à la prévention santé en faveur de la jeunesse.

 

Redonner une colonne vertébrale à notre politique de prévention

Madame Ericka BAREIGTS, Députée de la Réunion, membre de la Commission des affaires sociales et ancienne ministre, et Monsieur Cyrille ISAAC-SIBILLE, Député du Rhône, Secrétaire de la Commission des affaires sociales, annoncent la publication officielle du rapport d’information “Prévention santé en faveur de la jeunesse” pour lequel ils ont été nommés co-rapporteurs.

L’objectif du rapport est de proposer des solutions pratiques pour la déclinaison opérationnelle rapide d’une réelle politique de prévention en faveur de la jeunesse afin de promouvoir des comportements favorables à la santé, de réduire les inégalités de destin, de préserver notre système de solidarité nationale et d’en finir avec les déclarations de bonnes intentions ! Les enfants et jeunes d’aujourd’hui étant par définition les adultes et les parents de demain, c’est la santé des populations des décennies à venir qui se joue actuellement.

 

Télécharger le communiqué de presse

 

Télécharger
CP Publication Rapport Prévention santé
Document Adobe Acrobat 790.0 KB

Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/ias16-renforcement_des_competences.pdf

 

À l’initiative des institutions européennes, la formation constitue un levier d’action majeur pour renforcer les compétences des professionnels de la jeunesse œuvrant dans le champ de la mobilité internationale. L’étude réalisée par l’INJEP sur les compétences montre que l’apprentissage par l’expérience proposé dans ces formations permet l’appropriation dans les pratiques professionnelles de compétences sociales, transversales et transférables,  utiles notamment pour favoriser la mobilité professionnelle dans ce champ d’activité encore peu structuré. Cette primauté des compétences sociales sur les compétences techniques,  à rebours de l’approche de la professionnalisation promue dans les référentiels européens, appelle à réajuster l’offre de formation dans une perspective moins technique.

 


Comité interministériel pour la santé : 25 mesures pour la prévention

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/fr37_pol_ados.pdf

 

Les adolescents sont concernés par de nombreuses politiques publiques, au premier rang  desquelles les politiques scolaires, qui ont joué un rôle primordial dans la circonscription de la catégorie d’adolescent. Cependant, les politiques françaises n’utilisent que très rarement le terme d’adolescent, lui préférant celui de « jeune », d’« enfant » ou de « mineur ». En effet,  il n’existe pas de définition administrative de la population dite « adolescente » (le droit  distinguant uniquement les mineurs des majeurs) et, dans la sphère scientifique, cette  notion fait également débat.

 


Le non-recours des jeunes à l'aide publique

 

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/rapport-2018-04-non-recours.pdf

 

Cette revue de littérature porte sur le non-recours des jeunes adultes à l’aide publique en France. Ce

phénomène de non-recours pourrait concerner plus d’un jeune sur deux dans une diversité de

domaines (insertion, santé, logement, etc.) [Aldeghi et al., 2016]. Le non-recours renvoie à la situation de

toute personne qui ne bénéficie pas d’une offre publique, de droits et de services, à laquelle elle

pourrait prétendre. La typologie du phénomène distingue quatre registres explicatifs : la nonconnaissance

; la non-demande ; la non-proposition ; la non-réception (Warin, 2016a).

 


Comité interministériel pour la santé : 25 mesures pour la prévention

 

http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/comite-interministeriel-de-la-sante-presentation-des-25-mesures-phares-de-la

 

Prévenir les risques auditifs, expérimentation du "Pass préservatif" pour les moins de 25 ans, mesures relatives à la consommation de produits psychoactifs ou d'alcoolisation massive, voici quelqu'unes des mesures présentées par Edouard Philippe, Premier ministre et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, ce lundi 26 mars et extraites des 25 mesures-phares de la politique de prévention destinées à accompagner les Français pour rester en bonne santé tout au long de leur vie.

 


Rapport sur la qualité de vie des étudiants en santé

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/180403_-_rapport_dr_donata_mara.pdf

 

Les étudiants en santé sont exposés à des situations stressantes pouvant avoir des répercussions sur leur santé mentale. En réponse à la mission qui lui a été confiée par le Gouvernement, Dr Donata Marra a remis son rapport sur la qualité de vie des étudiants en santé. Le rapport, qui s’appuie sur des auditions de représentants des étudiants en santé, fait ressortir la vulnérabilité particulière des étudiants face à l’anxiété, au mal-être et à la maltraitance, dans un contexte général de difficulté des systèmes de santé et d’évolution des métiers