Pensez à vous inscrire à la lettre bi-mensuelle de Pratiques en santé 2019 : https://www.pratiquesensante.org/lettre-bi-mensuelle/

JEUNES

Baromètre santé étudiants

 

https://www.opinion-way.com/fr/component/edocman/opinionway-pour-la-mgen-barometre-de-la-sante-etudiante-juin-2019/viewdocument.html

 

(Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN), OpinionWay, juin 2019)  -« Cette enquête a pour objectif de comprendre et d'identifier les connaissances et comportements des étudiants en matière de santé. Il en ressort que les étudiants ont des difficultés d'accès aux soins, mais aussi de compréhension de notre système de santé. 43 % d'entre eux ont déjà renoncé à se soigner ou à consulter un professionnel de santé au cours des douze derniers mois. Ils dénoncent une attente trop importante (38 %), des délais de rendez-vous importants (37 %) ainsi que des coûts élevés (37 %). Par ailleurs, 68 % des étudiants n'ont jamais fréquenté le service santé de leur université. » 

 

Prévention santé auprès des jeunes : comment communiquer sur les risques de cancer ? 

 

https://festivalcommunicationsante.fr/prevention-sante-aupres-des-jeunes/

 

Emeline Girard – MBA communication & santé EFAP

96 % des 15-30 ans se déclarent plutôt en bonne santé[i]. La perception des jeunes est en phase avec les chiffres nationaux, si l’on se base sur le faible taux de mortalité, mais ne saurait masquer les problématiques psychiques et comportementales auxquelles ils sont confrontés : épisodes dépressifs, addictions diverses, troubles du sommeil, troubles alimentaires... La santé des jeunes représente aujourd’hui un réel enjeu de santé publique. D’une part, les inégalités sociales persistent et ne favorisent pas un accès équitable aux soins et à la prévention. D’autre part, la jeunesse elle-même représente une étape de construction de l’identité et de transition qui rime avec prise de risques.

Dossier : Empowerment des jeunes

 http://inpes.santepubliquefrance.fr/SLH/pdf/sante-action-446.pdf

 

L’empowerment est l’une des stratégies d’intervention fondamentales en promotion de la santé, déjà évoquée dans de précédents numéros de La Santé en action. Comme cela a été souligné dans plusieurs rap‑

ports scientifiques, notamment une revue de la littérature extensive de Wallerstein, ces démarches produisent tant des effets bénéfiques sur la santé des populations qu’une amélioration du lien social, et elles réduisent les inégalités sociales de santé. Dans son rapport, Nina Wallerstein indique que : «  L’empowerment est le résultat d’une interaction dynamique entre deux niveaux  : le développement de compétences individuelles  (internes) et le dépassement de barrières structurelles (externes), […] afin d’améliorer les conditions de vie des plus défavorisés. »

 


À l’écoute des jeunes des quartiers populaires pour mieux comprendre leurs représentations du monde

 

https://ireps-bfc.org/sites/ireps-bfc.org/files/guide-psj-web.pdf

 

Le Pass’Santé Jeunes (PSJ) a pour objectif général de fédérer les acteurs travaillant avec les jeunes autour de dynamiques locales de promotion de la santé avec l’appui d’outils numériques. Il est animé par l’Ireps BourgogneFranche-Comté et financé par l’Agence régionale de santé.

Ses objectifs spécifiques :

> Renouveler l’approche prévention en cohérence avec les pratiques numériques des jeunes

> Mettre à leur disposition un portail de ressources fiables et actualisées

> Territorialiser les actions menées auprès des jeunes

> Partager les messages de prévention et les stratégies d’intervention efficaces

> Animer un réseau multi-partenarial en impliquant les jeunes, le milieu familial et les professionnels

 


À l’écoute des jeunes des quartiers populaires pour mieux comprendre leurs représentations du monde

http://www.cget.gouv.fr/ressources/publications/a-l-ecoute-des-jeunes-des-quartiers-populaires-pour-mieux-comprendre-leurs-representations-du-monde

 

Quelles représentations du monde ont les jeunes des quartiers populaires et comment se positionnent-ils comme acteurs dans une société mondialisée ? Dans le contexte des attaques terroristes de janvier 2015 où de nombreux jeunes déclaraient qu’ils « ne sont pas Charlie », le CGET s’est interrogé sur les rapports des jeunes à leur vie intime, aux institutions, à la société et au monde, et sur les motifs qui ont poussé une partie d’entre eux à la radicalisation. Pendant 3 ans, la psychosociologue Joëlle Bordet et son équipe en partenariat avec le CGET, ont mené une recherche-action auprès des jeunes vivants dans les quartiers populaires mais également en milieu rural.

 


Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

 

http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/rap-info/i1234/(index)/rapports-information

 

Ericka Bareigts et Cyrille Isaac-Sibille, commission des affaires sociales

L’objet de ce rapport est de proposer des solutions pour la mise en oeuvre pratique d’une politique de prévention afin de réduire les inégalités sociales et territoriales en matière de santé. Les travaux se concentrent sur la prévention santé à l’égard de la jeunesse et plus particulièrement sur les actions de prévention primaire, visant à éviter l’apparition des maladies et à promouvoir les comportements favorables à la santé, de la conception à la sortie de l’adolescence.

 


Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

Rapport d’information relatif à la prévention santé en faveur de la jeunesse.

 

Redonner une colonne vertébrale à notre politique de prévention

Madame Ericka BAREIGTS, Députée de la Réunion, membre de la Commission des affaires sociales et ancienne ministre, et Monsieur Cyrille ISAAC-SIBILLE, Député du Rhône, Secrétaire de la Commission des affaires sociales, annoncent la publication officielle du rapport d’information “Prévention santé en faveur de la jeunesse” pour lequel ils ont été nommés co-rapporteurs.

L’objectif du rapport est de proposer des solutions pratiques pour la déclinaison opérationnelle rapide d’une réelle politique de prévention en faveur de la jeunesse afin de promouvoir des comportements favorables à la santé, de réduire les inégalités de destin, de préserver notre système de solidarité nationale et d’en finir avec les déclarations de bonnes intentions ! Les enfants et jeunes d’aujourd’hui étant par définition les adultes et les parents de demain, c’est la santé des populations des décennies à venir qui se joue actuellement.

 

Télécharger le communiqué de presse

 

Télécharger
CP Publication Rapport Prévention santé
Document Adobe Acrobat 790.0 KB

Le renforcement des compétences sociales - Un enjeu majeur de la professionnalisation des travailleurs de jeunesse à l'international

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/ias16-renforcement_des_competences.pdf

 

À l’initiative des institutions européennes, la formation constitue un levier d’action majeur pour renforcer les compétences des professionnels de la jeunesse œuvrant dans le champ de la mobilité internationale. L’étude réalisée par l’INJEP sur les compétences montre que l’apprentissage par l’expérience proposé dans ces formations permet l’appropriation dans les pratiques professionnelles de compétences sociales, transversales et transférables,  utiles notamment pour favoriser la mobilité professionnelle dans ce champ d’activité encore peu structuré. Cette primauté des compétences sociales sur les compétences techniques,  à rebours de l’approche de la professionnalisation promue dans les référentiels européens, appelle à réajuster l’offre de formation dans une perspective moins technique.

 


Comité interministériel pour la santé : 25 mesures pour la prévention

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/fr37_pol_ados.pdf

 

Les adolescents sont concernés par de nombreuses politiques publiques, au premier rang  desquelles les politiques scolaires, qui ont joué un rôle primordial dans la circonscription de la catégorie d’adolescent. Cependant, les politiques françaises n’utilisent que très rarement le terme d’adolescent, lui préférant celui de « jeune », d’« enfant » ou de « mineur ». En effet,  il n’existe pas de définition administrative de la population dite « adolescente » (le droit  distinguant uniquement les mineurs des majeurs) et, dans la sphère scientifique, cette  notion fait également débat.

 


Le non-recours des jeunes à l'aide publique

 

 

http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/rapport-2018-04-non-recours.pdf

 

Cette revue de littérature porte sur le non-recours des jeunes adultes à l’aide publique en France. Ce

phénomène de non-recours pourrait concerner plus d’un jeune sur deux dans une diversité de

domaines (insertion, santé, logement, etc.) [Aldeghi et al., 2016]. Le non-recours renvoie à la situation de

toute personne qui ne bénéficie pas d’une offre publique, de droits et de services, à laquelle elle

pourrait prétendre. La typologie du phénomène distingue quatre registres explicatifs : la nonconnaissance

; la non-demande ; la non-proposition ; la non-réception (Warin, 2016a).

 


Comité interministériel pour la santé : 25 mesures pour la prévention

 

http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/comite-interministeriel-de-la-sante-presentation-des-25-mesures-phares-de-la

 

Prévenir les risques auditifs, expérimentation du "Pass préservatif" pour les moins de 25 ans, mesures relatives à la consommation de produits psychoactifs ou d'alcoolisation massive, voici quelqu'unes des mesures présentées par Edouard Philippe, Premier ministre et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, ce lundi 26 mars et extraites des 25 mesures-phares de la politique de prévention destinées à accompagner les Français pour rester en bonne santé tout au long de leur vie.

 


Rapport sur la qualité de vie des étudiants en santé

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/180403_-_rapport_dr_donata_mara.pdf

 

Les étudiants en santé sont exposés à des situations stressantes pouvant avoir des répercussions sur leur santé mentale. En réponse à la mission qui lui a été confiée par le Gouvernement, Dr Donata Marra a remis son rapport sur la qualité de vie des étudiants en santé. Le rapport, qui s’appuie sur des auditions de représentants des étudiants en santé, fait ressortir la vulnérabilité particulière des étudiants face à l’anxiété, au mal-être et à la maltraitance, dans un contexte général de difficulté des systèmes de santé et d’évolution des métiers