Pratiques en santé partenaire de la Chaire UNESCO "Education et Santé"

Tous les quinze jours Pratiques en santé édite une petite news sur la Chaire Unesco "Education Santé". Sur cette page les différentes parutions. A noter la plus récente se trouve en haut de page

« Apprendre à conjuguer les savoirs locaux et universels, profanes et scientifiques pour relever les défis de demain »

L'accélération du changement climatique, la montée de l'intelligence artificielle, l'explosion des mouvements sociaux à travers le monde... Malgré les différences, l'humanité est confrontée à des défis communs. À quoi ressemblera le monde en 2050 et quel rôle l'éducation peut-elle jouer pour façonner l'avenir ? La nouvelle initiative mondiale de l'UNESCO sur les Futurs de l'Éducation se projette en 2050 et au-delà et entend comprendre la manière dont l'éducation peut façonner l'avenir de l'humanité et de la planète.Les Chaires UNESCO et les réseaux UNITWIN ont été invitées à rédiger des documents de travail pour contribuer à faire émerger une vision commune de l'avenir. La chaire UNESCO ÉducationS & Santé a produit une contribution intitulée: « Une pluralité de savoirs pour relever les défis de demain » pour la publication : Les Futurs Humanistes de l'Apprentissage : Perspectives des chaires UNESCO et des réseaux UNITWIN (UNESCO, 2020). Afin d’assumer la complexité des problématiques et des enjeux éducatifs dans un contexte global de changement, les savoirs de demain seront intrinsèquement interdisciplinaires et ne pourront se limiter à la seule sphère académique : savoirs locaux et universels, profanes et scientifiques se devront d’être articulés étroitement entre eux. Seule la mise en jeu de ces différents types de savoirs (dans une réelle écologie des savoirs) permettra d’ouvrir de nouvelles perspectives de pensée, penser des alternatives et construire collectivement des solutions innovantes pour répondre aux nouveaux défis des sociétés. Une des modalités de mise en œuvre consiste en l’organisation de parcours éducatifs de santé, mobilisant l’ensemble des acteurs et des espaces de vie des enfants, afin de mettre en cohérence dans leur ensemble la diversité de leurs expériences éducatives. Comme le soulignent les auteurs, ces parcours constituent un moyen de faire vivre une écologie des savoirs, d’aller vers une explicitation partagée des enjeux éducatifs et un support au développement de pratiques collaboratives.  

 

https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000372578/PDF/372578fre.pdf.multi

 

Liens vers nos sites:

 

Les médias au coeur de l'éducation à la santé : Médiasphères, un jeu de plateau en Éducation aux Médias

http://didier-jourdan.com/fr/2020/02/02/mediasphere/

 

La capacité à user de façon adéquate des médias (réseaux sociaux, internet, médias audiovisuels, papier…) est au cœur de la littéracie en santé c’est-à-dire des compétences nécessaires à chacun pour prendre soin de sa santé. En effet, qu’il s’agisse de savoir trouver une information fiable sur la santé (et donc identifier les sources), résister à la pression de la publicité ou des normes véhiculées par les médias (consommation alimentaire, alcool par exemple) ou faire un bon usage des réseaux sociaux (dont l’impact sur la santé psychologique et sociale peut être potentiellement négatif), un travail éducatif en famille, dans la communauté ou à l’école est indispensable.

Éducation et santé environnementale

L’amélioration de la santé de tous et la réduction des inégalités passe par un travail renouvelé sur l’environnement physique des écoles. Deux études, conduites en Amérique du Nord, mettent en évidence le lien existant entre pollution dans l’environnement scolaire et réussite éducative (évaluations en lecture et mathématiques, absence et problèmes de comportement).

Il est impératif de penser de façon renouvelée l’écosystème éducatif. En effet, les espaces scolaires accueillent des enfants et les jeunes, c’est à dire des personnes en développement, des personnes dont le système nerveux et les autres systèmes biologiques sont en cours de maturation. L’impact à long terme des facteurs sociaux et environnementaux est bien plus élevé que pour les adultes. Les approches qui régissent l’organisation des écoles doivent se fonder sur les données issues de la recherche tant sur les questions d’exposition que d’impact sur les plus jeunes.

Promouvoir la santé des enfants c’est leur transmettre les connaissances, les compétences et la culture leur permettant de prendre en charge leur propre santé et de contribuer collectivement aux évolutions favorables à la santé. Ceci n’est possible que si chaque enfant et jeune bénéficie d’un environnement scolaire adéquat.

Développer le pouvoir d’agir des professionnels en créant des ressources avec eux

En matière de promotion de la santé aujourd’hui, l'enjeu n'est pas seulement que certaines écoles deviennent des "championnes de la santé" en remplissant tous les critères mais bien de s'assurer que  toutes les écoles peuvent progresser.  Pour cela, il convient de les prendre là où elles sont. La priorité est de permettre à toutes les écoles de développer des pratiques (accessibles et compatibles avec le contexte) qui contribuent de façon positive à la santé des enfants et des jeunes. C'est un enjeu majeur dès lors qu'il s'agit de réduire les inégalités et de permettre à tous les établissements scolaires, notamment ceux installés dans les espaces les plus vulnérables, d'exploiter tout leur potentiel en vue de la réussite de tous les élèves et de l'action sur les différents déterminants de la santé. Les trois objectifs d'une école inclusive, équitable et en santé sont indissociables. La Chaire UNESCO "EducationS & Santé" et le laboratoire ACTé visent à promouvoir une approche centrée sur le développement du pouvoir d'agir des acteurs. C’est cette approche qui a été choisie pour la mise en place le dispositif d'éducation à la santé de tous les élèves en Nouvelle-Calédonie..  LIRE LA SUITE / http://didier-jourdan.com/fr/2019/12/22/creer-ressources/

« Réussir, Être bien, Être ensemble » (Rebee)

La Chaire UNESCO EducationS & Santé est partenaire du programme « Réussir, Être bien, Être ensemble » (Rebee), un ambitieux projet de promotion de la santé à l’école déployé dans l’ensemble des établissements du premier degré de Nouvelle-Calédonie. Porté par le gouvernement et l’ensemble des acteurs locaux engagés dans l'éducation et la santé des enfants, ce programme est le résultat d’un processus de co-création de 2 années et constitue un très bel exemple d’une collaboration intersectorielle réussie. Impliquant les différentes dimensions politiques, pratiques et de recherche, ce dispositif de recherche-intervention comporte en particulier la production d’outils pédagogiques et un programme de perfectionnement professionnel pour les enseignants de l’école primaire.  La réalisation des outils pédagogiques « Réussir, Être bien, Être ensemble » a mobilisé des équipes pluridisciplinaires de la direction de l’Enseignement (DENC), de la direction diocésaine de l'école catholique (DDEC), du plan de santé publique Do Kamo ou encore de l’Agence sanitaire et sociale (ASS-NC), qui finance sa mise en œuvre.  LIRE LA SUITE

« Intersectorialité « next generation »

Le 20 novembre dernier s’est tenue la pré-conférence « Intersectorialité « next generation » : un moyen efficace de s’attaquer aux inégalités de santé ? », co-organisée par la Chaire UNESCO EducationS & Santé dans le cadre du 12e congrès européen de santé publique de l’EUPHA (Marseille). Le cadre de la réflexion a tout d’abord été posé par cinq présentations de haut niveau, permettant d’analyser un éventail de pratiques intersectorielles en Nouvelle-Calédonie, au Canada, au Brésil et au Danemark. Les interventions ont été suivies d’une table ronde visant à identifier les leviers et les obstables à l’intersectorialité, les écarts entre la théorie et la pratique et trois priorités pour avancer vers une véritable intersectorialité. Les présentations et vidéos des interventions seront très prochainement mises en ligne sur le site de la Chaire UNESCO - LIRE LA SUITE

La Chaire UNESCO et centre collaborateur OMS « EducationS & Santé », une communauté ouverte

 

La chaire UNESCO « EducationS & Santé » se définit comme une communauté ouverte. Elle n’est ni une institution ni un réseau. Il nous semble important ici de mettre en évidence ce qui caractérise une communauté au sens où nous l’entendons.Une communauté est fondée sur ce qui est commun, pour produire et partager des savoirs, contribuer au changement en faveur de la santé, Contribuer à l’émergence d’un champ renouvelé de la prévention. Une communauté au service des acteurs... LIRE LA SUITE 

Une communauté pour produire et partager des connaissances

La chaire UNESCO « EducationS & Santé » se définit comme une communauté ouverte. Elle n’est ni une institution ni un réseau. Il nous semble important ici de mettre en évidence ce qui caractérise une communauté au sens où elle l’entend. Il n’y a pas de consensus sur ce qu’est une communauté, le mot est utilisé dans de nombreux contextes pour définir des réalités différentes mais c’est toujours de liens entre les personnes et de ce qui est commun dont il est question. La communauté ne renvoie pas en première instance à une identité, des règles, un programme de travail ou à une organisation, mais bien plutôt à ce qui est partagé. Le propre de la Chaire UNESCO « EducationS & Santé » est d’être un espace de dialogue et d’action au service de la prévention, de l’éducation à la santé et de la promotion de la santé des enfants et des jeunes. Son rôle est de créer un cadre au sein duquel tous les acteurs du domaine (individus, collectivités, réseaux, institutions) puissent se retrouver autour de projets communs, acquérir de la visibilité à l’échelon international et contribuer à la dynamique des Nations-Unies. La chaire vise ainsi à contribuer à soutenir les réseaux ou associations existants, à donner une visibilité globale aux travaux conduits, à conribuer à la crédibilité et des acteurs de la promotion de la santé. Pour la chaire, ce commun se définit autour de deux dimensions indissociables : Produire et partager des savoirs et contribuer au changement social en faveur de la santé des enfants et des jeunes.  LIRE LA SUITE