ACCÈS, QUALITÉ DES SOINS

Avis HCAAM relatif à « La prévention dans le système de soins : organisation, territoires et financement – à partir de l’exemple de l’obésité »

http://securite-sociale.fr/IMG/pdf/avis_prevention_-_hcaam_-_25_octobre_2018.pdf

 

Lors de sa séance plénière du 25 octobre 2018, le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie a adopté l’avis relatif à « La prévention dans le système de soins : organisation, territoires et financement – à partir de l’exemple de l’obésité ».

Cet avis s’inscrit dans le prolongement de la contribution du HCAAM du 24 mai 2018 à la Stratégie de transformation de notre système de santé, proposant la constitution de réseaux de proximité portant la responsabilité populationnelle en matière de santé publique, prévention et promotion de la santé.

 


Hospitalisation à domicile – Évaluer l’éligibilité d’un patient

 

https://adophad.has-sante.fr/adophad/

 

L’hospitalisation à domicile (HAD) contribue à répondre à la demande croissante de la population d’être soignée dans son lieu de vie. En favorisant sa connaissance et en clarifiant les critères d’orientation, l’application Adop-HAD (Aide à la décision d’orientation des patients en HAD) indique aux médecins prescripteurs si un patient est éligible ou non à une HAD. Elle contribue en outre à améliorer la qualité et la pertinence des parcours de santé.

 


Accès aux droits sociaux : 60 initiatives mises en lumière par Résolis

 

https://www.resolis.org/upload/journal/document/40_20181019_journalresolis_non_recours_v_web.pdf

 

Ce 20e numéro spécial du Journal RESOLIS est le fruit d’une enquête de terrain de 3 ans dont le but était d’identifier des solutions clés aux problèmes du non-recours. Cette restitution a été possible grâce au soutien financier de la Fondation Caritas. Le non-recours correspond au différentiel entre une population éligible potentiellement bénéficiaire à une aide sociale et une population éligible et bénéficiaire. Ce numéro spécial comprend une présentation historique et conceptuelle de ce phénomène complexe (« Aux origines du non-recours ») dont nous possédons encore en France une connaissance partielle.

 


L’accès aux droits et aux soins des personnes en situation de handicap et des personnes en situation de précarité

http://www.creaihdf.fr/sites/www.creainpdc.fr/files/rapport_acces_aux_soins_pp_et_ph_29.08.2018.pdf

 

S’il existe de nombreuses ressources documentaires plus ou moins anciennes sur l’accès aux droits et aux soins des personnes en situation de handicap ou de précarité, ces sujets sont également au cœur de l’agenda national : stratégie nationale de santé, plan prévention, stratégie de lutte contre la pauvreté, réforme « 100% Santé », politique interministérielle sur le handicap, etc. Afin d’élaborer un diagnostic et des propositions les plus actualisées possibles, nous avons adopté une approche opérationnelle, privilégiant la consultation des acteurs qui interviennent pour l’accès aux droits et aux soins des personnes en situation de handicap et de précarité.

 


Évolution de la dépense en part de complémentaire santé des bénéficiaires de la CMU-C : analyse et prévision

http://www.irdes.fr/recherche/2018/rapport-569-evolution-de-la-depense-en-part-de-complementaire-sante-des-beneficiaires-de-la-cmu-c.html

 

Mise en place au 1er janvier 2000, la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) est gratuite et accessible sous conditions de ressources. Elle vise à lever les barrières financières à l'accès aux soins des plus pauvres, comme l'avance de frais et les restes à charge laissés par l'assurance maladie obligatoire. L'effectif des bénéficiaires de la CMU-C, stable entre 2000 et 2009, a fortement augmenté ensuite, passant de 4,15 millions en 2009 à 5,3 millions en 2015 et 5,6 millions au 31 juillet 2018, en raison d'une conjoncture économique défavorable et de la revalorisation en 2013 des seuils de ressources ouvrant droit au dispositif. Pour autant, les coûts moyens par bénéficiaire liés aux remboursements de la CMU-C, qui évoluaient à la hausse jusqu'en 2012, décroissent ensuite de façon persistante. Comment expliquer cette évolution ? 

 


La pertinence de soins en France : Les principaux dispositifs et leurs évaluations

http://www.irdes.fr/documentation/syntheses/la-pertinence-de-soins-en-france.pdf

 

Synthèse documentaire - Novembre 2018

Cette synthèse documentaire a pour objectifs d’identifier les outils ou dispositifs mis au point en France pour améliorer la pertinence de soins tant du côté des professionnels de santé que des usagers du système de soins, puis de déterminer l’efficacité de ces outils à partir d’études d’évaluation existantes. Les recherches bibliographiques ont été effectuées dans les bases de données suivantes : Irdes, Banque de données santé publiques (BDSP), Cairn, Medline, Sciencedirect. Une lecture des« Charges et produits » de la Cnam a été faite en parallèle sur la période 2005-2019. In fine, sur 795 références retenues, 277 documents ont donné lieu à une lecture et une analyse approfondie.

 


Les 15 propositions de la Fédération française des diabétiques pour une médecine fondée sur l'humanisme. Bilan des Etats généraux

 

https://www.federationdesdiabetiques.org/federation/actions/nos-15-propositions-pour-une-medecine-fondee-sur-lhumanisme

Notre démarche s’inscrit pleinement dans la stratégie de transformation de notre système de santé présentée par le Président de la République le 18 septembre 2018 lors de son discours sur « ma santé 2022 ». Le diabète y a été cité à deux reprises. « Un patient qui souffre de diabète doit avoir autour de lui une petite équipe avec son généraliste, son endocrinologue, son diététicien, son infirmière, son podologue, son ophtalmologue… C’est cette équipe qui doit partager l’information en temps réel, permettre l’optimisation du soin pour pouvoir l’accompagner et vivre dans les meilleures conditions. »

- Nos 15 propositions synthétisées : suivre ce lien

 

- La version intégrale : suivre ce lien

 

 


Ce que demande la non-demande : Autour du non-recours aux aides sociales

https://laviedesidees.fr/Ce-que-demande-la-non-demande.html

 

Le non-recours aux aides sociales peut prendre plusieurs formes et s’expliquer diversement ; mais il traduit fondamentalement, selon Philippe Warin, une attente de justification adressée aux pouvoirs publics.

Depuis plusieurs années, de nombreux constats attestent qu’un nombre important de personnes renoncent à faire valoir leurs droits en matière d’aides sociales. Le phénomène de non-recours n’est certainement pas nouveau, mais comme il fait de plus en plus l’objet de mesures, son ampleur apparaît et le besoin de réponses grandit. Avec des taux de non-recours variant entre 40 et 60 % dans les pays de l’Union européenne , des solutions techniques se mettent en place pour faciliter l’accès des aides sociales et services publics. ...

 


L'accès aux droits sociaux en France. 60 initiatives contre le non-recours

 

https://www.resolis.org/upload/journal/document/40_20181019_journalresolis_non_recours_v_web.pdf

 

Les difficultés d’accès aux droits et aux services sociaux sont souvent pointées dans les retours d’expérience des initiatives à visées sociales publiées dans l’Observatoire RESOLIS. Manque d’informations, complexité du système administratif, illisibilité des démarches et déshumanisation de l’administration reviennent fréquemment dans les propos des auteurs des fiches. Pendant son programme sur la pauvreté en France, l’association. RESOLIS a décidé de lancer une enquête de terrain sur le non-recours, dont une présentation historique et conceptuelle fait l’objet d’une contribution dans ce numéro spécial (« Aux origines du non-recours  »). Outre l’ampleur de ce phénomène, cette problématique a aussi été choisie en raison de sa dimension transversale qui touche de nombreux domaines : santé, logement, transport, énergie… Notre enquête a eu pour but d’identifier et de capitaliser les solutions qui permettent de réduire le différentiel important existant en France entre une population éligible potentiellement bénéficiaire à une aide sociale et une population éligible et bénéficiaire.Son objet porte avant tout sur les enjeux de la lutte contre le non-recours à l’échelle locale, plus exactement sur le vécu et l’expertise de ceux au contact des personnes non-recourantes.

 


« L’aide et l’action sociales en France »

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/aas2018.pdf

 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a rassemblé les principaux résultats statistiques sur l’aide sociale aux personnes âgées, aux personnes handicapées, à l’enfance, et à l’insertion dans un ouvrage synthétique intitulé « L’aide et l’action sociales en France ». En complément de ce panorama, elle publie deux études, l’une dédiée à l’aide départementale aux personnes âgées ou handicapées et l’autre sur l’aide sociale à l’enfance. Celles-ci présentent les données provisoires 2017 de l’enquête Aide sociale*.

 


Rapport des délégués nationaux à l'accès aux soins

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_delegues_acces_aux_soins_15102018.pdf

 

Elisabeth Doineau, Thomas Mesnier et Sophie Augros, ont été désignés comme délégués nationaux à l’accès aux soins. Ils ont été chargés de faire remonter les expériences réussies de chaque territoire, ainsi que les difficultés rencontrées sur le terrain dans le cadre de la mise en œuvre du Plan pour un égal accès aux soins. Dans un rapport récemment publié, les délégués remarquent que les manières d’exercer la médecine sont en pleine transformation. Ces changements, ajoutent-ils, doivent être accompagnés pour réussir la mise en œuvre du Plan.

 


Déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/184000590.pdf

 

L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) publie un rapport sur "Le déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé". Celles-ci sont l'un des outils clés de la restructuration des soins de proximité, qui est au cœur de la "Stratégie de transformation du système de santé", présentée par Emmanuel Macron il y a quelques jours (voir notre article ci-dessous du 18 septembre 2018). Les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) doivent notamment contribuer à faire disparaître l'exercice isolé que le chef de l'Etat a qualifié d'"aberration".

 


La moitié des rendez-vous sont obtenus en 2 jours chez le généraliste, en 52 jours chez l’ophtalmologiste

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1085-2.pdf

 

Un rendez-vous sur deux avec un médecin généraliste est obtenu en moins de deux jours, selon l’enquête sur les délais d’attente en matière d’accès aux soins réalisée par la DREES, auprès de 40 000 personnes. Pour certaines spécialités médicales, ces délais d’attente sont de plus de deux mois. C’est en ophtalmologie, dermatologie, cardiologie, gynécologie et rhumatologie qu’ils sont les plus importants. Toutefois, les délais sont bien moindres, quel que soit le professionnel contacté, lorsque la demande de rendez-vous est liée à l’apparition ou à l’aggravation de symptômes. Ainsi, chez le médecin généraliste, la moitié des prises de contact aboutissent à un rendez-vous dans la journée en cas d’apparition ou d’aggravation de symptômes, contre 6 jours pour un contrôle périodique.

 


Déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé

Déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé

http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/IGAS2018-041R_.pdf

 

E.Fauchier-Magnan et V.Wallon (IGAS)

Les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), créées par la loi du 26 janvier 2016, associent des professionnels de santé et des acteurs sociaux et médico-sociaux d’un même territoire, sur la base d’un projet de santé, pour une meilleure organisation des parcours des patients et un meilleur exercice des professionnels de santé de ville (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, orthophonistes, pédicures-podologues, sages-femmes…).

 


Dossier thématique: Relation soignant-soigné en contexte multiculturel

http://www.cultures-sante.be/nos-outils/les-dossiers-thematiques/item/61-relation-soignant-soigne-en-contexte-multiculturel-n-9.html

 

Le thème de la relation soignant-soigné en contexte multiculturel trouve un écho particulier dans les missions et pratiques de Cultures&Santé. La problématique est un sujet qui interpelle et interroge plus largement un grand nombre d’acteur·rice·s universitaires et de professionnel·le·s socio-sanitaires, en activité ou en devenir. À ce titre, il est apparu opportun de proposer une actualisation du dossier thématique "Relation soignant-soigné en contexte multiculturel" (septembre 2011)

 


Rapport sur l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/180903_-_mim_rapport.pdf

 

Mission présidée par Dr Gérald Kierzek et Magali Leo et composée, en outre, de Henri Bergeron, Lucas Beurton-Couraud, Dr Béatrice Clairaz-Mahiou et Corinne Devos avec l’appui de Sara-Lou Gerber et Dorothée Pradines

La mission relative à « l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament » a été installée le 1er décembre 2017 à la suite des difficultés rencontrées à l’occasion du changement de formule du Lévothyrox.

Celles-ci ont en effet mis en exergue certaines défaillances, observées plus généralement, dans l’information apportée aux patients et aux professionnels de santé sur les médicaments

 

 


Equipes médicales de territoire : Fiches pratiques

http://www.anap.fr/ressources/publications/detail/actualites/equipes-medicales-de-territoire-fiches-pratiques/

 

L’ANAP propose les premières fiches pratiques consacrées aux équipes médicales de territoire (EMT).

Pourquoi constituer une équipe médicale de territoire ? Comment faire vivre une équipe de praticiens au sein d’un territoire ? Quel pilotage des équipes de filière ? Quelle reconnaissance est donnée à l’exercice territorial ? Comment sont gérés les nouveaux modes d’exercice ?

 

 


La participation en santé de proximité des habitants et usagers des centres, maisons, et pôles de santé.

 Synthèse des Rencontres nationales de la santé en quartiers populaires à Chambéry

https://www.fabrique-territoires-sante.org/sites/default/files/synthese_-_rencontres_nationales_sante_en_quartiers_populaires_-_chambery_2017.pdf

 

...Pendant les Rencontres, certains participants ont émis descraintes quant à une éventuelle future diffusion de « spécialistes de la participation », qui imposeraient des méthodologies et des solutions miracles, y compris au détriment des dynamiques locales....

 


96 % des salariés ont accès à une assurance complémentaire santé d’entreprise en 2017

 

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/236-96-pourcent-des-salaries-ont-acces-a-une-assurance-complementaire-sante-d-entreprise-en-2017.pdf

 

L’Accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013 a généralisé la couverture complémentaireb santé d’entreprise à l’ensemble des établissements employeurs de droit privé et a imposé des niveaux de garanties planchers et un cofinancement des contrats par l’employeur à hauteur de 50 % au minimum. Les établissements devaient se conformer à cette obligation avant le 1er janvier 2016.

Selon l’enquête Protection sociale complémentaire d’entreprise (PSCE), plus d’un établissement sur deux a mis en place ou modifié une couverture existante du fait de l'Ani. Si bien qu'en 2017, 84 % des établissements regroupant 96 % des salariés offrent une couverture complémentaire santé contre la moitié des établissements avant l’Ani. 

 


Communautés professionnelles territoriales de santé : se mobiliser pour organiser les soins de ville

http://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/acces-territorial-aux-soins/article/communautes-professionnelles-territoriales-de-sante-se-mobiliser-pour-organiser

 

Les CPTS (communautés professionnelles territoriales de santé) regroupent les professionnels d’un même territoire qui souhaitent s’organiser – à leur initiative – autour d’un projet de santé pour répondre à des problématiques communes : organisation des soins non programmés, coordination ville-hôpital, attractivité médicale du territoire, coopération entre médecins et infirmiers pour le maintien à domicile…

 


Contribution à la transformation du système de santé

http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/rapport_hcaam_2018.pdf

 

[Rapport du HCAAM] 

Le monde de la santé traverse aujourd’hui une crise qui affecte toutes ses composantes : établissements de santé, professionnels de ville et des établissements, structures publiques et privées, secteur sanitaire et médicosocial. Partant d’un diagnostic commun de la gravité de la situation, le Haut conseil pour l'avenir de l'assurance maladie (HCAAM) s’est attaché à proposer un projet de transformation susceptible de fédérer l’ensemble des acteurs.

Dans cette crise, les difficultés des uns alimentent celles des autres. La dimension territoriale est majeure, tant les inégalités s’inscrivent de façon inacceptable dans des situations contrastées et des trajectoires divergentes selon les territoires. La question du sens enfin, est centrale, nourrie de l’insatisfaction croissante de la population et de la souffrance des professionnels.


« Les établissements de santé » Un panorama complet du secteur hospitalier en France

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/es_2018_v4_web.pdf

 

Edition 2018

En 2016, plus de 3 000 établissements de santé assurent le diagnostic, la surveillance et le traitement des malades. Dans un contexte marqué par le vieillissement de la population et l’augmentation des pathologies chroniques, les structures hospitalières s’adaptent et modifient en profondeur leurs modes d’intervention et leur organisation.

Les établissements de santé proposent les chiffres clés de ce secteur, qui doit répondre simultanément à des besoins très différents. L’édition 2018 de cet ouvrage détaille, pour l’année 2016, les capacités et l’activité des hôpitaux et cliniques, ainsi que leurs disciplines spécifiques, et décrit leur personnel, médical et non médical. Des éléments de cadrage économique, financier et juridique complètent le panorama.

 


La protection sociale en France et en Europe en 2016

 

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cps-2.pdf

 

Résultats des comptes de la protection sociale - édition 2018

« La protection sociale en France et en Europe » analyse les évolutions récentes des prestations sociales et des ressources les finançant, pour les différents risques (santé, vieillesse-survie, famille, emploi, logement, pauvreté-exclusion sociale). Ces dépenses sociales sont mises en perspective et comparées avec celles des autres États membres de l’Union européenne. L’édition 2018 s’enrichit d’une analyse portant sur l’effort social de la nation au service de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

 


Le système de protection sociale limite les restes à charge liés aux soins des personnes qui recourent à l’aide humaine

 

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/233-le-systeme-de-protection-sociale-limite-les-restes-a-charge-lies-aux-soins-des-personnes-qui-recourent-a-l-aide-humaine.pdf

 

Anne Penneau, Sylvain Pichetti, Maude Espagnacq

Les personnes qui recourent à l’aide humaine pour réaliser les activités du quotidien ont souvent des dépenses de santé élevées. Cette aide est en effet fréquemment associée à des pathologies nécessitant une prise en charge sanitaire lourde et à l’achat de dispositifs médicaux coûteux qui peuvent s’accompagner de restes à charge après remboursement par l’assurance maladie obligatoire importants. Pour autant, on ne connaît pas la capacité du système de protection sociale à limiter le niveau de reste à charge pour cette population.

 


État des lieux et enjeux des réformes pour le financement de la protection sociale

 État des lieux et enjeux des réformes pour le financement de la protection sociale

http://www.strategie.gouv.fr/publications/etat-lieux-enjeux-reformes-financement-de-protection-sociale

 

[Rapport du HCFiPS] Le Haut Conseil du financement de la protection sociale, qui publie habituellement, en décembre ou janvier, un état des lieux du financement de la protection sociale, a souhaité cette année consacrer un investissement plus important à ces travaux.

 

 


Les politiques de lutte contre la désertification médicale : les enseignements français et étrangers. Bibliographie thématique

 

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/233-le-systeme-de-protection-sociale-limite-les-restes-a-charge-lies-aux-soins-des-personnes-qui-recourent-a-l-aide-humaine.pdf

 

Anne Penneau, Sylvain Pichetti, Maude Espagnacq (Irdes)

Les personnes qui recourent à l’aide humaine pour réaliser les activités du quotidien ont souvent des dépenses de santé élevées. Cette aide est en eff et fréquemment associée à des pathologies nécessitant une prise en charge sanitaire lourde et à l’achat de dispositifs médicaux coûteux qui peuvent s’accompagner de restes à charge après remboursement par l’assurance maladie obligatoire importants. Pour autant, on ne connaît pas la capacité ...

 


Les politiques de lutte contre la désertification médicale : les enseignements français et étrangers. Bibliographie thématique

 

 

https://www.cmu.fr/fichier-utilisateur/fichiers/RAPPORT_EVALUATION_2016.pdf

 

(Fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle du risque maladie (Fonds CMU-C), avril 2018)

« Ce VIIe rapport s'inscrit dans un contexte nettement différent du précédent paru en 2014. Sont intervenues depuis des mesures visant à simplifier et à généraliser l'accès aux soins pour tous et à réduire les inégalités d'accès aux soins. Cependant, l'accès aux soins des populations les plus défavorisées, auquel contribuent les aides à la complémentaire santé financées par le Fonds CMU-C, reste un enjeu majeur au regard de la persistance de la crise économique et de la précarité sociale associée au chômage. »

 


Les politiques de lutte contre la désertification médicale : les enseignements français et étrangers. Bibliographie thématique

 

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_tiers_payant_avril_18.pdf

 

(Inspection générale des affaires sociales (Igas), avril 2018) 

« L'Igas a été chargée, en décembre 2017, d'une mission d'appui à la Direction de la Sécurité sociale (DSS) pour mener une concertation « aux fins de rendre le tiers payant généralisable. » Ce rapport retrace les modalités et résultats de cette concertation. Après avoir dressé le bilan de la situation actuelle et constaté que le tiers payant est pratiqué de façon variable par les différents professionnels de santé, ce rapport propose ensuite un « calendrier de mise en œuvre opérationnelle du tiers payant intégral et les prérequis techniques à cette mise en œuvre par l'assurance maladie obligatoire et les complémentaires santé. » 

 


Les politiques de lutte contre la désertification médicale : les enseignements français et étrangers. Bibliographie thématique

 

http://www.anap.fr/ressources/publications/detail/actualites/usage-des-systemes-dinformation-en-sante-etude-de-definition-du-systeme-dinformation-de-lhospitalisation-a-domicile-had/

 

L’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) publie l’étude de définition du système d’information de l’Hospitalisation à Domicile. Ce document vise à expliciter les besoins fondamentaux des établissements d’hospitalisation à domicile en tenant compte de la spécificité de leur activité. Il s’adresse aux établissements d’HAD et aux professionnels partenaires, aux éditeurs de logiciels de santé et aux opérateurs publics, nationaux ou régionaux, en charge de la maîtrise d’ouvrage e-santé

 

 


Les politiques de lutte contre la désertification médicale : les enseignements français et étrangers. Bibliographie thématique

 

http://www.irdes.fr/documentation/syntheses/les-politiques-de-lutte-contre-la-desertification-medicale.pdf

 

Le terme de « désertication médicale » (medically underserved area, shortage area) apparaît dans la littérature scientifique et spécialisée française (Credes, CNOM…) à partir des années 2000. Il est ensuite repris par la presse pour désigner le phénomène de démédicalisation dans certaines banlieues sensibles, par exemple en Ile-de-France. Enfin, différents rapports officiels actent ce terme, notamment le rapport Lucas, en 2002, sur « l’execice médical face à la permanence de soins » et, en 2004, le raport Berland : « le désert médical français : mythes ou réalité ? ». Le concept relève avant tout d’une notion géographique et cache ainsi un phénomène d’une tout autre ampleur : le passage de relais entre deux générations d’exercice médical.

 


CRAPSLOG !!! Pour une nouvelle réforme du système de santé avant la crise ?

http://association-craps.fr/wp-content/uploads/2018/02/CRAPSLOG-N%C2%B010-7.pdf

 

Le CRAPS a le plaisir de vous proposer un nouveau numéro de son magazine numérique ! Celui-ci vous plongera au coeur d'une Protection sociale qui rayonne par la qualité et la passion indéniable de ses acteurs. Découvrez sans plus attendre notre dossier central proposé par Christophe Jacquinet, Ancien Président de la Conférence des Directeurs Généraux d'ARS, intitulé « Quelle nouvelle réforme du système de santé avant la crise ? » accompagné de nombreuses interviews de personnalités prestigieuses.

 


Action de santé libérale en équipe (Asalée) : un espace de transformation des pratiques en soins primaires

 

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/232-action-de-sante-liberale-en-equipe-asalee.pdf

 

Le dispositif expérimental Asalée (Action de santé libérale en équipe) a été créé en 2004 afin d'améliorer la prise en charge des maladies chroniques en médecine de ville. Un protocole de coopération permet des délégations d'actes ou d'activités des médecins généralistes vers des infirmières comprenant des dépistages et des suivis de pathologies chroniques.

Dans le cadre du programme d’évaluation Daphnee, une recherche sociologique fondée sur une approche qualitative a été menée entre 2015 et 2017. Elle s’est intéressée d’une part au déploiement et à l’organisation du dispositif Asalée et, d’autre part, aux pratiques et interactions entre patients et professionnels.

 


Éléments pour élaborer une aide à la prise de décision partagée entre patient et professionnel de santé

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2838959/fr/elements-pour-elaborer-une-aide-a-la-prise-de-decision-partagee-entre-patient-et-professionnel-de-sante

 

Cette fiche méthodologique3 a pour objectif d’apporter des repères méthodologiques aux professionnels ou associations d’usagers qui souhaitent élaborer un outil d’aide à la prise de décision partagée entre un patient et un professionnel de santé concernant une question de santé individuelle.

Les aides à la décision sont des outils qui soutiennent les patients1 et les professionnels de santé dans leur prise de décision partagée2 concernant une question de santé individuelle. Elles ont pour objectif de faciliter un temps d’échange et de délibération où patient et professionnels de santé discutent les différentes options disponibles au regard des attentes et préférences du patient, de l’expérience des professionnels et des données de la science.

 


La décision partagée en consultation de médecine générale. Revue de la littérature

http://www.anap.fr/ressources/publications/detail/actualites/hospitalisation-a-domicile-etat-des-lieux-et-outils-danalyse-au-niveau-territorial/

 

Afin de contribuer à améliorer le dialogue entre les établissements HAD et établissements MCO avec hébergement, l’ANAP a constitué avec la FNEHAD, un groupe de travail composé de professionnels d’établissements HAD et d’experts en analyse de données. Les travaux ont permis de proposer des indicateurs de performance du recours à l’HAD dans les territoires ainsi que des outils d’analyse des liens entre établissements MCO et HAD.

 

 


La décision partagée en consultation de médecine générale. Revue de la littérature

 

La décision partagée en consultation de médecine générale. Revue de la littérature

https://cdn.uclouvain.be/groups/cms-editors-reso/documents/revues-de-litterature/PURE03-2017-Decision_partagee.pdf

 

Cette synthèse des connaissances répond à une demande de l’asbl Promo Santé & Médecine Générale (PSMG). Cette association est issue d’un partenariat entre la

Société Scientifique de Médecine Générale et la Fédération des maisons médicales. Elle diffuse la prévention dans une approche de promotion de la santé en médecine générale, par des formations, des sensibilisations, des publications et la mise à disposition d’outils (pour le médecin et pour le patient).

 

 


Une charte pour lutter contre les déserts médicaux

 

 

http://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/sante-des-populations/enfants/carnet-de-sante

 

 

Le carnet de santé est un document qui réunit tous les évènements qui concernent la santé de l’enfant depuis sa naissance. Ceux-ci y sont inscrits, avec l’accord des parents, par les professionnels de santé qui interviennent pour la prévention et les soins. C’est un document confidentiel : les informations qui y figurent sont couvertes par le secret médical.

 

 


Une charte pour lutter contre les déserts médicaux

http://educationsante.be/article/soins-de-sante-en-prison-en-route-vers-une-reforme/

 

Education Santé a participé à la journée d’étude « Soins de Santé en Prison » organisée par l’asbl I.Care ce 23 janvier. Au centre de l’attention, le transfert de la compétence des soins de santé en prison du SPF Justice vers le SPF Santé publique qui se profile à l’horizon. L’occasion nous est donnée ici de revenir également sur des questions telles que l’indépendance des soins de santé, ses enjeux, ainsi que sur la place de la promotion de la santé en prison et la notion d’environnement favorable à la santé.

 


Une charte pour lutter contre les déserts médicaux

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/charte_relative_a_la_mise_en_oeuvre_du_plan_de_renforcement_de_l_acces_territorial_aux_soins_fppps_.pdf

 

La FNCS a signé aux cotés de l’État la charte de mise en œuvre du plan de renforcement de l’accès territorial aux soins.

La FNCS a signé aux cotés de l’État la charte de mise en œuvre du plan de renforcement de l’accès territorial aux soins. Elle exprime ainsi son attachement aux valeurs d’égal accès à des soins de premier recours de qualité sur l’ensemble du territoire. Et elle s’engage à veiller à ce que les moyens soient donnés à ce plan pour qu’il porte ses fruits.

 


Les chiffres clés de l'offre de soins

 

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgos_chiffres_cles_2018.pdf

 

(Ministère des Solidarités et de la Santé, Direction générale de l'offre de soins (DGOS), janvier 2018) 

L'édition 2018 des chiffres clés dresse un panorama large mais précis de l'offre de soins en France, de ses professionnels, de ses composantes hospitalières et ambulatoires, de son activité, de son financement et de sa modernisation. Elle s'articule autour de 6 grandes thématiques : le secteur hospitalier, l'activité hospitalière, le secteur de ville, les professionnels de santé, le financement des établissements de santé, l'accès aux soins, la modernisation et l'innovation. »  


Stratégie de transformation du système de santé

Stratégie de transformation du système de santé

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_strattransformationsystemesante_13022018.pdf

 

Notre système de santé permet aux Français de bénéficier d’une des meilleures espérances de vie au monde, et, grâce à l’assurance maladie, d’un haut niveau de prise en charge des dépenses par la solidarité nationale. Les Français y sont légitimement très attachés. Pourtant, la santé est aussi l’une de leurs préoccupations principales. Car notre système présente aussi des points à améliorer :

- Un investissement insuffisant dans la prévention : dès sa nomination, le Gouvernement a montré sa détermination à agir, en prenant des décisions fortes sur deux sujets : les vaccins et le tabac. Cette voie sera poursuivie.

- La difficulté d’accès aux soins dans certains territoires : le plan pour un égal accès aux soins dans les territoires, annoncé le 13 octobre dernier, doit permettre de répondre à cette problématique.

- La complexité et le cloisonnement de notre système, qui laisse le patient souvent coordonner lui-même les différents professionnels.

 


Renforcer l'accès territorial aux soins

http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/acces_aux_soins_dp_vdef_131017.pdf

 

Construire des projets de santé adaptés aux besoins des territoires. Chaque territoire est différent. En ville, en périphérie ou à la campagne, sur une île ou en montagne, la prise en charge des problèmes de santé peut varier.  La démarche pour l’égal accès aux soins vise à ce que chaque territoire dispose d’un projet de santé adapté et sur-mesure.  Ce projet de santé territorial propose des solutions aux problématiques identifiées par les patients, mais aussi par les élus et les professionnels de santé. Il sera construit et mis en œuvre avec les agences régionales de santé (ARS) et leurs partenaires institutionnels régionaux.


Les axes prioritaires des protocoles de coopération ont été publiés au JO

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000020887854&dateTexte=&categorieLien=cid

 

Au vu de la démographie médicale (qui va plonger jusqu'en 2025), la possibilité de faire réaliser des taches de médecin à d'autres professionnels de santé (sage-femmes, infirmières) est une opportunité majeure. La loi le prévoit depuis quelques années déjà :  1 Prévention et suivi des pathologies cardio-neurovasculaires et du diabète ;2° Prévention et suivi des pathologies respiratoires ; 3° Prévention et suivi des cancers ; 4° Prévention de l'hospitalisation et maintien à domicile des patients âgés ; 5° Prévention et suivi des pathologies ophtalmologiques ; 6° Prévention et suivi des pathologies gynécologiques et obstétricales ; 7° Prévention et suivi des pathologies bucco-dentaires ; 8° Prévention des pathologies et suivi du développement des enfants ; 9° Prévention et suivi des pathologies en santé mentale.


Sécurité des soins en établissement sanitaire et médicosocial

 

https://documentation.ehesp.fr/wp-content/uploads/2018/02/DD_S%C3%A9curit%C3%A9-soins_201802.pdf

 

Dossier documentaire EHESP : Les événements indésirables graves liés aux soins recouvrent un ensemble complexe de phénomènes : infections associées aux soins, accidents médicamenteux, défauts de prise en charge du patient, etc. Ils peuvent entraîner, pour le patient, une prolongation du séjour hospitalier, une incapacité ou un risque vital et représentent, pour la collectivité, un coût financier important. 

 


La complémentaire santé en 2014

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/229-la-complementaire-sante-en-2014.pdf

 

En 2012 et 2014, près de 5 % des personnes ne bénéficient d’aucune couverture complémentaire santé. Malgré l’existence de dispositifs d’aide pour les plus précaires, l’absence de couverture complémentaire reste souvent liée au revenu. Elle est plus fréquente chez les chômeurs, les inactifs en âge de travailler et les jeunes adultes.

Parmi les salariés du secteur privé, près de sept sur dix bénéficient d’une complémentaire santé par le biais de leur employeur. Certaines catégories de salariés, les personnes en Contrat à durée déterminée (CDD), les employés de commerce et les ouvriers non qualifiés sont nettement moins souvent couverts par ce biais. Ayant des taux de couverture élevés, les indépendants, les fonctionnaires et les retraités sont, eux, très majoritairement couverts par des contrats individuels et se déclarent moins souvent bien couverts pour leurs soins que les salariés du secteur privé titulaires d’un contrat collectif.

 


La dépense de CMU complémentaire par bénéficiaire 2015-2016

http://www.cmu.fr/fichier-utilisateur/fichiers/2017-Rapport_Cout_Moyen_2015-2016.pdf

 

En application de l’article L862-2 du code de la Sécurité sociale, le Fonds CMU-C établit chaque année la dépense définitive de CMU-C par bénéficiaire2 pour l’année N-2 et réalise une estimation pour l’année N-1. Ce travail s’effectue à partir des données fournies par les différents organismes gestionnaires de la CMU-C : caisses nationales de sécurité sociale (CNAMTS, CNRSI, CCMSA, régimes spéciaux) et organismes complémentaires (mutuelles, institutions de prévoyance, sociétés d’assurance).

 


  • Santé des médecins : l’Ordre a lancé une enquête auprès de 10.822 professionnels en activité : https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_bulletin/2017-11-01/master/sources/index.htm
  • Les prestataires de santé à domicile, acteurs majeurs dans le parcours de soins :  https://libheros.fr/blog/patients-et-proches/prestataires-de-sante-a-domicile-acteurs-majeurs
  • Satisfaction des patients à l'hôpital et en clinique : HAS publie les résultats 2017 : https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2017-12/presse_dp_satisfaction_patients_hospitalises_resultats_2017.pdf
  • Les inégalités d’accès aux soins buccodentaires : http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/forumaccesauxsoins/wp/wp-content/uploads/2017/09/rapport_bucco_dentaire_web.pdf
  • Symphonie : programme de simplification du parcours hospitalier : http://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/gerer-un-etablissement-de-sante-medico-social/performance-des-etablissements-de-sante/simphonie/