Pour recevoir la lettre bimensuelle 2019 de Pratiques en santé suivre ce lien : https://www.pratiquesensante.org/inscription-lettre/

SANTÉ MENTALE  - SANTE PYScHIQUE

sante

Les parcours dans l'organisation des soins de psychiatrie

 

https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-parcours-dans-lorganisation-des-soins-de-psychiatrie

 

En lien avec les chambres régionales des comptes, la Cour a cherché, à partir des nombreuses données disponibles et de visites et contrôles sur site, à décrire et comprendre la répartition et l’allocation des moyens entre les différents types de patients concernés par les soins de santé mentale et de psychiatrie (du simple mal-être aux troubles psychiatriques plus sévères).

Le constat principal est celui d’un offre de soins diverse, peu graduée et insuffisamment coordonnée. Pour y remédier, la Cour formule sept recommandations, visant notamment à définir une politique de soins plus cohérente et à renouer avec la pratique des soins inclusifs initiée dans les années 1960, dans une logique de qualité de l’accompagnement

et de dignité des patients. 

Parler du suicide et de la santé mentale sur les réseaux : Guide pour les utilisateur.ice.x et les créateur.ice.x de contenu

 

https://stopsuicide.ch/wp-content/uploads/2021/02/STOP_SUICIDE_guidelines_réseaux_final.pdf

 

Parler de la santé mentale et du suicide est essentiel pour la prévention 

- Parler librement de ces sujets aide les personnes qui en ont besoin à trouver du soutien et des pistes de solutions. 

- Plus on en parle, plus les personnes concernées se sentiront à l’aise de s'exprimer sur ce qui les préoccupe, et ainsi trouver de l’aide. 

- Mais le suicide reste un sujet sensible, et il est important de l’aborder avec finesse et bienveillance. 

Programme de soins psychiatriques sans consentement - mise en oeuvre

 

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3260568/fr/programme-de-soins-psychiatriques-sans-consentement-mise-en-oeuvre

 

Un guide avec 44 préconisations et 3 outils

Ce guide de bonnes pratiques professionnelles contient près de 44 préconisations, suivies de trois outils pratiques pour aider les professionnels à mettre en œuvre ces programmes et à s’assurer de son suivi :

 

Les préconisations portent sur :

 

la définition d’indications et de contre-indications,

les étapes de mises en œuvre d’un PDS,

les étapes de réintégration en hospitalisation complète sans consentement du patient,

la conduite à tenir en cas d’hospitalisation à la demande du patient,

l’accompagnement du patient tout au long de la prise en charge en insistant sur l’alliance thérapeutique à renforcer pour favoriser un retour progressif à des soins consentis,

un meilleur suivi et d’une meilleure coordination des acteurs (Schéma acteurs ICI).et des soins et services proposés aux patients et d’une meilleure information du patient.

Les outils proposés sont :

 

outil d’autoévaluation des pratiques professionnelles, (grille patient traceur) permettant d’évaluer le parcours du patient : outil 1)

outil de prévention des rechutes du patient (plan de prévention partagé : outil 2).

outil d’information du patient, (livret d’information du patient : outil 3)

Les minorités sexuelles face au risque suicidaire. Acquis des sciences sociales et perspectives

https://www.academia.edu/17203378/Les_minorités_sexuelles_face_au_risque_suicidaire_Acquis_des_sciences_sociales_et_perspectives_Nouvelle_édition_2014_

 

Depuis la fin des années 1990 (aux États-Unis, puis dans d’autres pays dont la France), les enquêtes les plus probantes ont mis en évidence un risque suicidaire plus élevé parmi les jeunes des minorités sexuelles – gays, lesbiennes, bisexuel(le)s, transgenres – et ceux qui se questionnent sur leur identité sexuelle ou de genre. L’homophobie est aujourd’hui le facteur de risque le mieux identifié pour comprendre cette sursuicidalité. Les phénomènes d’exclusion, de mépris et de stigmatisation peuvent provoquer une perte d’estime de soi, une perte de confiance dans l’avenir et les autres. Le soupçon de non-conformité de genre – qui peut toucher tout jeune, indépendamment de son orientation sexuelle effective – conduit également souvent la personne qui le subit à une grande détresse qui favorise les symptômes suicidaires. Il existe aujourd’hui en France de nombreuses initiatives de prévention de l’homophobie et du risque suicidaire. Au niveau national, le gouvernement a initié en 2012 ...

Améliorer le parcours de soins en psychiatrie

 

Le rapport : https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2021/2021_10_parcours_soin_psychiatrie.pdf

La synthèse : https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Fiches/2021/FI10_parcours_soin_psychiatrie.pdf

 

En France, une personne sur cinq souffre de troubles mentaux. Plus d’un quart de la population consomme des anxiolytiques, des antidépresseurs, des somnifères. Le s m a l a d i e s p s yc h i a t r i q u e s constituent la première cause d’invalidité et le deuxième motif d’arrêt de travail. Aucune catégorie de la population n’échappe à ces pathologies dont la prévalence s’accroît de façon inquiétante. Les soins de santé mentale et de psychiatrie forment le premier poste de dépense de l’Assurance maladie, qui y consacre 23 milliards d’euros chaque année. Le coût économique et social global des troubles mentaux pour la société est évalué à 109 milliards d’euros par an ...

Belgique : Données Phares - Soins en santé mentale

 

https://www.health.belgium.be/fr/news/donnees-phares-soins-en-sante-mentale

 

La politique en matière de soins en santé mentale en Belgique relève en partie de la compétence des communautés et des régions et en partie de la compétence des autorités fédérales. Afin de promouvoir la cohésion, la Conférence interministérielle  santé publique (CIM Santé publique) a été mise en place. Les protocoles de cette CIM constituent la base des différentes réformes dans le secteur des soins en santé mentale en Belgique.

Troubles anxieux : Quand l’anxiété devient pathologique

 

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/troubles-anxieux

 

Une personne souffre de troubles anxieux lorsqu'elle ressent une anxiété forte et durable sans lien avec un danger ou une menace réelle, qui perturbe son fonctionnement normal et ses activités quotidiennes. Ces troubles, dont la fréquence est élevée dans la population générale, débutent souvent dans l’enfance ou pendant l’adolescence : leur meilleur repérage dans ces tranches d’âge éviterait une aggravation des symptômes au cours de la vie. La recherche s’attèle à décrypter les mécanismes biologiques qui les sous-tendent pour améliorer leur prise en charge

Politiques publiques favorables à la santé et promotion de la santé mentale des populations chez les enfants et les jeunes

http://nccph.ca/images/uploads/general/06_Politiques_publiques_SanteMentale_CCNSP_2017_FR.pdf

 

Le présent document fait partie d’une série produite par les six Centres de collaboration nationale en santé publique afin d’encourager la promotion de la santé mentale chez les enfants et les jeunes dans le cadre d’une pratique solide et intégrée en santé publique. La série offre au secteur de la santé publique de nombreux points d’entrée pour collaborer avec d’autres parties intéressées afin de favoriser une action fondée sur des données probantes qui agira sur les déterminants du mieux être mental de l’ensemble des enfants et des jeunes du Canada. Le document vise à clarifier les relations entre les politiques publiques favorables à la santé (PPFS), la promotion de la santé mentale et la réduction des inégalités de santé mentale chez les enfants et les jeunes. Il fournit des renseignements et des ressources clés visant à soutenir les praticiens en santé publique qui veulent créer et influencer les politiques publiques qui soutiennent la santé mentale. Les explications concernant la méthode et les mots-clés qui ont servi pour la recherche se trouvent dans le document d’introduction intitulé Promotion de la santé mentale des populations chez les enfants et les jeunes – une série destinée aux acteurs de la santé publique du Canada. 

Maladies psychiques - L’accompagnement des familles et des proches

https://www.unafam.org/besoin-d-aide/mediatheque/publications-de-lunafam/maladies-psychiques-laccompagnement-des-familles

 

Cette bande dessinée en ligne a pour objectif d’encourager les familles à rompre l’isolement en parlant de la situation qu’elles traversent et des difficultés qu’elles rencontrent. Il s’agit de mettre en avant les bénéfices qu’elles peuvent retirer en s’adressant non seulement à des professionnels mais aussi à d’autres personnes ayant le même vécu

Confinement du printemps 2020 : une hausse des syndromes dépressifs, surtout chez les 15-24 ans

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications/etudes-et-resultats/confinement-du-printemps-2020-une-hausse-des-syndromes-depressifs

 

En mai 2020, à l’issue du premier confinement national, 13,5 % des personnes âgées de 15 ans ou plus vivant en France présentent un syndrome dépressif, soit presque une personne sur sept. La prévalence de syndromes dépressifs est en hausse de 2,5 points par rapport à 2019. L’augmentation est notamment plus forte chez les 15-24 ans (22,0 % en mai 2020, contre 10,1 % en 2019) et chez les femmes (15,8 % en 2020, contre 12,5 % en 2019).

 

Présenter un syndrome dépressif est fortement corrélé à des caractéristiques individuelles dont certaines sont spécifiques à la situation sanitaire de mai 2020, comme le fait de voir sa situation financière se dégrader depuis le confinement, d’être confiné en appartement, seul, ou en dehors de son logement habituel chez ses parents ou un conjoint, ou encore d’avoir présenté des symptômes évocateurs de la Covid-19.

 

Dix personnes interrogées sur cent déclarent prendre des médicaments pour des problèmes d’anxiété, de sommeil ou de dépression et, parmi elles, une n’en consommait pas avant le confinement. La part de consommateurs quotidiens d’alcool reste stable en mai 2020 par rapport à 2019 : une personne sur dix. Enfin, un peu plus d’un parent sur cinq interrogé sur des difficultés de sommeil d’un de ses enfants (de 3 à 17 ans) déclare qu’elles sont apparues ou ont augmenté depuis le début du confinement.

USA Prevention du suicide dans les établissements scolaires : le programme "Signs of Suicide” (SOS)

 

https://blogdinfosuicide.blogspot.com/2021/03/usa-prevention-du-suicide-dans-les.html

 

" Students will discuss ‘Signs of Suicide’ in March" Par Amy Porter Publié le 1er mars 2021 source thewestfieldnews.com*

 

WESTFIELD - Au cours des deux premières semaines de mars, les élèves de Westfield de la 6e à la 12e année participeront à un programme Signs of Suicide” (SOS) , dans le cadre d'un partenariat de trois ans entre le district et Sandy Hook Promise.

 

Christopher Rogers, administrateur des interventions auprès des élèves et responsable de la sécurité dans les écoles publiques de Westfield, a déclaré que le suicide est un sujet qui doit être abordé, et dont on a particulièrement besoin en ce moment. M. Rogers a fait remarquer que dans tout le pays, on observe une augmentation de la dépression chez les adolescents, une hausse des tentatives de suicide et des suicides dans les classes de la 6e à la 12e année.

Guide “Parler du suicide et de la santé mentale sur les réseaux sociaux”

https://stopsuicide.ch/wp-content/uploads/2021/02/STOP_SUICIDE_guidelines_re%CC%81seaux_final.pdf

 

Ces dernières semaines la question du suicide et de la santé mentale a pris de l’ampleur dans le débat public comme sur les réseaux sociaux. Face à la crise du COVID, nombre d’entre nous sont confronté.e.x aux défis qui affectent de plus en plus le moral et les émotions. Les témoignages à ce sujet se multiplient, et des personnalités très suivies sur les réseaux sociaux se sont également fait le relai de ces messages poignants. Briser le tabou sur le suicide est bénéfique pour la prévention. Mais il s’agit d’un sujet sensible, qui doit être abordé avec la plus grande délicatesse pour éviter tout risque d’incitation.

Les centres médico-psychologiques de psychiatrie générale et leur place dans le parcours du patient

 

https://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/2019-090r.pdf

 

Dupays Stéphanie, Emmanuelli Julien

 

Dans ce rapport 10 recommandations à échéance brève (2021-2022) sont formulées, majoritairement à l’adresse de la DGOS : 1 Reproduire les travaux des ARS Nouvelle-Aquitaine et Hauts-de-France dans les autres régions pour identifier les difficultés d’accès ; 2 Poursuivre les investigations de la mission sur les délais en faisant réaliser par l’ANAP un outil de mesure et d’identification des leviers d’amélioration ; 3 Identifier une section budgétaire dans le budget des établissements dédiée à la psychiatrie et au sein de celle-ci à l’ambulatoire en distinguant ses différentes composantes dont les CMP ; 4 Dans le cadre des PTSM et CPTS et dans la mesure où l’environnement le permet, renforcer les collaborations avec les acteurs du soin psychique hors CMP pour alléger la charge des CMP ; 5 Inclure la....

Programme « psychiatrie et santé mentale » de la HAS

 

https://www.has-sante.fr/jcms/c_1721760/fr/programme-psychiatrie-et-sante-mentale-de-la-has

 

a HAS est arrivée au terme de son premier programme pluriannuel « psychiatrie et santé mentale », un engagement fort débuté en 2013. Elle en assure la continuité par un nouveau programme « psychiatrie et santé mentale » pour la période 2018-2023. 

Ce programme s'articule autour de quatre thèmes : Droits des patients et sécurité en psychiatrie ; 

Troubles mentaux sévères et persistants et handicap psychique; Pédopsychiatrie; Psychiatrie, santé mentale et addictions

Préparation et action en matière de santé mentale dans le cadre de la pandémie de COVID-19 - Rapport du Directeur général de l'OMS

 

https://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/EB148/B148_20-fr.pdf

 

A l’occasion de la 148e session du Conseil exécutif de l’OMS organisée du 18 au 26 janvier 2021, le directeur général de l’OMS a présenté un rapport sur la préparation et la riposte en santé mentale à la pandémie du COVID-19.

Il comprend une liste de recommandations actualisées, visant à réduire au minimum les conséquences de la pandémie sur la santé mentale

L'accompagnement du parcours de vie des enfants et adultes présentant une déficience intellectuelle

 

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-03/lettre_cadrage_di_def.pdf

 

« La déficience intellectuelle (DI) est, au sens de l’Organisation mondiale de la santé, « la capacité sensiblement réduite de comprendre une information nouvelle ou complexe et d’apprendre et d’appliquer de nouvelles compétences (trouble de l’intelligence). Il s’ensuit une aptitude diminuée à faire face à toute situation de manière indépendante (trouble du fonctionnement social), un phénomène qui commence avant l’âge adulte et exerce un effet durable sur le développement ». La limitation significative du fonctionnement adaptatif est visible dans divers secteurs d’aptitudes tels que la communication, les apprentissages scolaires, l’autonomie, la responsabilité individuelle, la vie sociale, le travail, les loisirs, la santé, ou encore la sécurité » 

Les parcours dans l'organisation des soins en psychiatrie

 

Rapport février 2021 : https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2021-02/20210216-rapport-parcours-organisation-soins-psychiatrie.pdf

 

Synthèse : https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2021-02/20210216-synthese-parcours-organisation-soins-psychiatrie.pdf

 

En lien avec les chambres régionales des comptes, la Cour a cherché, à partir des nombreuses données disponibles et de visites et contrôles sur site, à décrire et comprendre la répartition et l’allocation des moyens entre les différents types de patients concernés par les soins de santé mentale et de psychiatrie (du simple mal-être aux troubles psychiatriques plus sévères).

Le constat principal est celui d’un offre de soins diverse, peu graduée et insuffisamment coordonnée. Pour y remédier, la Cour formule sept recommandations, visant notamment à définir une politique de soins plus cohérente et à renouer avec la pratique des soins inclusifs initiée dans les années 1960, dans une logique de qualité de l’accompagnement

et de dignité des patients.

Le profil des mères d’enfants agressés sexuellement : santé mentale, stress et adaptation

 

https://www.erudit.org/fr/revues/smq/1999-v24-n2-smq1233/013019ar.pdf

Mireille Cyr, Pierre McDuff et John Wright

 

Cette étude s'intéresse aux réactions affectives de 118 mères à la suite du dévoilement de l'agression sexuelle de leur enfant. En plus de tracer un portrait de ces mères, l'étude vise à déterminer l'importance de leurs symptômes psychologiques et à identifier les facteurs psychosociaux susceptibles de les influencer. Les résultats montrent que les mères présentent diverses configurations de symptômes psychologiques et que plusieurs d'entre elles vivent une détresse excédant un seuil clinique. La présence de ces symptômes est associée de façon spécifique à un nombre limité de facteurs psychosociaux. La discussion fait ressortir l'importance de la détresse vécue par les mères d'enfants agressés sexuellement et le soutien qu'elles requièrent de la part des professionnels de la santé mentale pour composer avec la situation. 

La stigmatisation et les discriminations - Les personnes vivant avec un trouble psychique

 

https://www.psycom.org/comprendre/la-stigmatisation-et-les-discriminations/#la-stigmatisation-quest-ce-que-cest-6013bfaf170ef

 

Les personnes vivant avec un trouble psychique peuvent être mal vues par les autres. En effet, le fait d’avoir un trouble psychique peut être considéré par certains comme très négatif, dégradant, et entraîner la mise à l’écart de la personne. Ce phénomène s’appelle la stigmatisation.

 

La stigmatisation fait souffrir la personne qui la subit. Peut-être même plus que le trouble en lui-même, comme souligné dans une étude britannique : « Les personnes vivant avec des troubles disent souffrir davantage de cette stigmatisation que des symptômes mêmes de la maladie » (Qualitative analysis of mental health service users’ reported experiences of discrimination, 2016).

 

Par ailleurs, la personne mal considérée est souvent moins bien traitée que d’autres lorsqu’il s’agit d’accéder à un emploi, à des soins, à un logement ou à des services comme les loisirs. Ce traitement moins favorable est qualifié de discrimination.

Faire ce qui compte en période de stress : Un guide illustré

 

https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/336217/9789240009646-fre.pdf

 

Faire ce qui compte en période de stress est un guide de gestion du stress de l’OMS destiné à vous aider à faire face à l’adversité. Ce guide illustré appuie la mise en œuvre des recommandations de l’OMS en matière de gestion du stress. Le stress peut avoir de nombreuses causes, y compris des difficultés d’ordre personnel (conflit avec des êtres chers, la solitude, le manque de revenus, l’inquiétude par rapport à l’avenir), des problèmes au travail (conflit avec des collègues, un travail extrêmement exigeant ou précaire), ou encore des menaces importantes au sein de la communauté (violence, maladies, absence de perspectives économiques). Ce guide s’adresse à toute personne qui souffre de stress – en allant des parents et aidants jusqu’aux professionnels de la santé travaillant dans des contextes dangereux. Il peut aider aussi bien les personnes qui fuient la guerre, qui ont perdu toutes leurs possessions, que celles qui vivent en sécurité dans des communautés en paix. N’importe qui, où que ce soit, peut connaître des périodes de stress intense. S’appuyant sur des données factuelles existantes et sur de nombreuses recherches menées sur le terrain, ce guide propose des informations et des techniques pratiques pour aider les gens à faire face à l’adversité. S’il est évident qu’il faut s’attaquer aux causes de l’adversité, il est également nécessaire de soutenir la santé mentale des personnes. 

Les 8 recommandations et 32 propositions concrètes pour le champ de la santé mentale -Belgique

Les 8 recommandations et 32 propositions concrètes pour le champ de la santé mentale tirées du colloque de la LBSM « Gouverner le soin, soigner à contre-courant. De la contradiction à la réalisation... » (2019).

https://lbsm.be/IMG/pdf/actes_du_colloque_2019_gouverner_le_soin_opt.pdf

 

...Les enjeux de santé mentale, comme ceux de la santé globale ou de l’action sociale, demandent une appréhension fine et doivent être débattus avec l’ensemble des parties prenantes, pour tenir compte au mieux de leur complexité. La manière de définir, formaliser, organiser ces enjeux détermine les choix et réponses d’une société aux besoins de sa population : délimitation de trajectoires de soins, réorganisation du secteur hospitalier, marges de manœuvre laissée à l’associatif et à la société civile, reconnaissance de certains métiers et pratiques, place donnée aux personnes concernées et à leurs représentants, remboursement de certaines prestations par la sécurité sociale...

 

Dessiner pour repenser : valorisation d’un projet de recherche-action sur le thème de l’interprétariat en santé mentale

 

https://journals.openedition.org/anthropologiesante/7907

 

Comment articuler la recherche en anthropologie de la santé avec les pratiques de terrain ? Comment proposer une critique constructive de ces pratiques ? Comment disséminer les résultats de la recherche au-delà des frontières académiques ? Chercheuses anthropologues et professionnelles de santé mentale, nous présentons ici les résultats d’une recherche-action menée dans cinq centres médico-psychologiques (CMP) d’Île-de-France, dont l’objectif était de former les professionnels au travail avec un interprète. À l’aide de dessins humoristiques, nous souhaitons repenser le processus de recherche d’abord pour les auteures elles-mêmes, mais également pour les professionnels qui travaillent en contexte transculturel et auxquels s’adressent ces vignettes, en mettant en lumière de manière bienveillante les points critiques de l’enquête. Le dessin humoristique, réalisé par l’une des auteures, sert ainsi de mécanisme de transmission et de conscientisation. Il permet de traduire de manière créative des observations de terrain, et d’en valoriser les messages-clés.

Un enfant va dans un hôpital de jour, le handicap psychique au quotidien

Un enfant va dans un hôpital de jour, le handicap psychique au quotidien 

https://www.cerep-phymentin.org/Etablissements/Sanitaires/Hopital_de_jour_du_Parc_Montsouris/7719

 

Mon enfant va dans un hôpital de jour - Le handicap psychique au quotidien, un livret sur le handicap invisible élaboré par des parents et des professionnels de notre association Cerep-Phymentin -  https://www.cerep-phymentin.org/ 

 

Diffusé pour la première fois en octobre 2020, ce 26 pages, illustré, met la lumière sur ce handicap invisible souvent incompris et sur le quotidien des familles concernées - combats, tristesse, lueurs d'espoir, débuts de solutions.

C'est un outil préventif à destination du grand public comme des professionnels de l'enfance, du social, du médico-social, du sanitaire et de l'Éducation nationale.

Lire la suite

Le site PSYCOM : Les parcours en santé mentale

 

https://www.psycom.org/comprendre/le-retablissement/les-ressources-en-sante-mentale/

 

Les personnes qui vivent avec un trouble psychique suivent un chemin qui leur permet de trouver, en différents lieux et auprès de différents interlocuteurs, des aides pour mener la vie qu'elles souhaitent. Voici des clés pour que chacune puisse dessiner son propre parcours.

Le site Psycom.org a fait peau neuve

Psycom.org est une plateforme web d'information sur la santé mentale, les troubles psychiques et la psychiatrie.
Ce site met à disposition des contenus pour mieux comprendre la santé mentale, suivre l'actualité du secteur, trouver des ressources et agir contre la stigmatisation.
Nous espérons que cette nouvelle ressource permettra de mieux répondre aux besoins des utilisateurs et contribuera à la pédagogie nécessaire autour de la santé mentale. Parce que la santé mentale est l'affaire de toutes et de tous !

Synthèse des connaissances sur l’impact d’une crise sanitaire ou économique sur les comportements suicidaires

 

https://www.inspq.qc.ca/publications/3073-impact-crise-sanitaire-economique-comportements-suicidaires-covid19

 

Une synthèse des connaissances a été menée sur l’impact d’une crise sanitaire ou économique sur les comportements suicidaires. Elle suggère que des facteurs de risque de suicide reconnus peuvent être aggravés et que certaines populations sont plus vulnérables au suicide en contexte de pandémie. En conclusion quelques pistes d’action sont proposées.

Approche globale et systémique de la promotion de la santé : enjeux pour les personnes présentant une déficience intellectuelle 

 

https://www.isaid-project.eu/wp-content/uploads/2020/10/Fiche-I-SAID_Promotion-de-la-sant%C3%A9.pdf

 

La promotion de la santé part du principe que celle-ci se crée dans les milieux de vie et qu’il y a des liens complexes entre les personnes et leurs milieux. Elle propose d’agir à la fois sur des facteurs environnementaux et individuels pour un développement en santé tout au long de la vie. L’objectif de ce document est de montrer que les valeurs de justice sociale de la promotion de la santé devraient contribuer à améliorer la santé, le bien-être ainsi que la qualité de vie des personnes présentant une déficience intellectuelle, en soulignant l’importance de la qualité de leur inclusion, des opportunités d’une participation sociale valorisante et leur autodétermination. 

Information sur les troubles psychiques sur le web : Psycom publie une cartographie des acteurs

L'accès à la cartographie : 

http://www.psycom.org/Espace-Presse/Actualites-du-Psycom/Information-sur-les-troubles-psychiques-sur-le-web-Psycom-publie-une-cartographie-des-acteurs

 

Psycom a identifié 196 acteurs proposant, en accès libre, des articles, des vidéos et des podcasts sur les troubles psychiques. Dans sa cartographie Psycom propose des repères pour comprendre qui dit quoi sur internet, et pourquoi. 

 Psycom publie, pour la première fois, une Cartographie des acteurs produisant des contenus web sur les troubles psychiques. 

 Cette cartographie est conçue comme une boussole permettant de s'orienter sur le web, où plusieurs centaines d'acteurs publient des contenus traitant des troubles psychiques.

Elle aide l'internaute à répondre la question : qui dit quoi, sur internet, à ce sujet ?

 

Ce travail original a permis de :

  •  repérer 196 acteurs francophones proposant, en accès libre, des articles, des vidéos et des podcasts sur les troubles psychiques. 
  • regrouper ces acteurs par catégories,
  • réaliser une analyse quantitative et qualitative de l'information proposée,
  • formuler des propositions d'amélioration de l'offre,
  • rédiger des critères qualité de l'information en santé mentale.

Cette cartographie (56 pages) a été réalisée à la demande de Santé publique France par Estelle Saget, journaliste spécialisée en santé et Aude Caria, directrice de Psycom. 

 

Rappel : Plusieurs rubriques de Pratiques en santé concernent également ces sujets - https://www.pratiquesensante.org/presentation-rubriques/

Rapport d'analyse : Des retours d'expériences de la crise COVID-19 dans le secteur de la santé mentale et de la psychiatrie

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/document_sante_mentale_annexes_maquette_pdf._11.08.2020_1_.pdf

 

Ce document présente un échantillon de retours d’expériences de la Crise COVID dansle secteur de la santé mentale et de la psychiatrie qui témoigne de l’importante mobilisation, de la réactivité et de l’inventivité des équipes pour s’adapter à cette situation inédite. Les pratiques ont été bouleversées de façon brutale et pourtant les missions ont été tenues. Les dispositifs mis en œuvre ont ouvert de nouvelles perspectives de transformation des offres en santé mentale dans les territoires. Afin de conserver toute la richesse des expériences qui ont été majoritairement singulières, nous nous sommes abstenus d’en faire une synthèse « stricto sensu ». Ce document constitue plutôt une « banque d’informations » pour un partage d’expériences et, à ce titre, devenir source d’inspiration, de transposition pour les établissements. Enfin, ce retour d’expériences illustre les immenses besoins qui sont nés durant la crise et les très nombreux domaines et publics qui nécessitent des compétences en santé mentale. La feuille de route « Santé mentale et psychiatrie » qui sera adaptée s’attachera à en tenir compte. 

Proches aidants, le parcours du combattant? Baromètre Unafam

 

https://www.unafam.org/sites/default/files/fichiers-joints/10-2020/DOSSIER_DE_PRESSE_UNAFAM.pdf

 

Ce baromètre montre leurs doutes, leurs peurs, leurs craintes, les difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien, les conséquences concrètes que les troubles psychiques ont eus sur la vie de leur proche mais aussi sur leur propre vie sociale et familiale et sur leur santé. Et les chiffres sont éloquents, les maux sont libérés : le sentiment d’injustice face à la stigmatisation de la maladie, les errances dans le diagnostic, l’impact sur la vie professionnelle des femmes en particulier… 

Moins de soins de prévention, de recours aux spécialistes et plus d'hospitalisations évitables chez les personnes suivies pour un trouble psychique sévère

 

https://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/250-moins-de-soins-de-prevention-plus-d-hospitalisations-evitables-chez-personnes-suivies-pour-trouble-psychique-severe.pdf

 

QES Irdes n° 250 / Coralie Gandré, Magali Coldefy (Irdes)

Les individus suivis pour des troubles psychiques font face à une mortalité prématurée, quelle que soit la cause de décès. Ce phénomène, marqueur d’inégalité de santé, questionne le suivi et l’accès aux soins somatiques des personnes vivant avec un trouble psychique sévère. Les données du Système national des données de santé (SNDS) permettent de caractériser leur recours aux soins courants à l’échelle nationale en comparaison aux principaux bénéficiaires de l’Assurance maladie. Leur exploitation démontre un moindre recours aux soins de prévention et aux soins de spécialistes courants chez les individus suivis pour un trouble psychique sévère, malgré une prévalence plus élevée des principales pathologies chroniques qu’en population générale, et une fréquence plus importante des hospitalisations évitables, malgré des contacts plus fréquents en médecine générale. Ces résultats soulignent les difficultés du système de santé à répondre de manière satisfaisante aux besoins spécifiques des personnes vivant avec un trouble psychique et soutiennent le développement de mesures dédiées pour améliorer l’accès et la prise en charge somatique de cette population aux multiples vulnérabilités.

Le Cosmos mental

 

http://www.psycom.org/Comment-agir/Le-Cosmos-mental

 

Comprendre la santé mentale et ce qui l'influence, grâce au Cosmos mental®, un kit pédagogique Psycom. Ce kit comprend le clip Cosmos mental® et un mode d'emploi pour l'utiliser en contexte d'animation. 

 

Le Cosmos mental® est un clip pédagogique Psycom, pensé avec Les Zégaux , pour expliquer de manière imagée le concept de santé mentale. La métaphore du Cosmos illustre la complexité et la dynamique de la santé mentale, qui évolue tout au long de la vie.

Ce clip peut s'utiliser seul, ou pour animer des actions de sensibilisation, en suivant les conseils proposés dans le mode d'emploi qui l'accompagne (cf. plus bas).

Dans sa fusée, l’individu voyage au milieu de planètes "ressources" et "obstacles", affronte des astéroïdes "accidents de parcours", rencontre des étoiles filantes "événements de vie" et tente de se maintenir sur la Voie lactée de "l’équilibre psychique".

Inégalités sociales vis-à-vis de la santé mentale - que peut-on faire pendant l’enfance et l’adolescence pour briser le cercle vicieux ?

 

https://soepidemio.com/2017/09/08/inegalites-sociales-vis-a-vis-de-la-sante-mentale-que-peut-on-faire-pendant-lenfance-et-ladolescence-pour-briser-le-cercle-vicieux/

 

Les circonstances socioéconomiques sont connues pour être associées à la santé mentale depuis les travaux menés par Edward Jarvis dans l’État du Massachusetts aux États-Unis en 1855, montrant que les personnes appartenant à des groupes sociaux défavorisés étaient surreprésentées parmi les personnes hospitalisées dans ce qui à l’époque était appelé les « asiles » (1).  Comme beaucoup de médecins et d’épidémiologistes de son époque, Jarvis a principalement attribué la relation entre la santé mentale et la pauvreté aux défauts innés des individus. Seul un «traitement moral» pouvait partiellement aider les personnes en situation défavorisée souffrant de troubles psychiques, mais les inégalités sociales dans ce domaine étaient jugées inévitables. Il s’ensuit que les inégalités sociales en matière de santé mentale seraient également inévitables. 160 ans plus tard, que sait-on de la relation entre la santé mentale et la position socio-économique ?

 

La santé mentale des adolescents de 3e en 2017 / Apport d’un auto-questionnaire dans l’enquête nationale de santé scolaire

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd65.pdf

 

Valérie Carrasco, Nathalie Guignon (DREES) / Les Dossiers de la DREES, n°65

L’édition 2017 de l’enquête nationale de santé scolaire, menée par le ministère chargé de la santé en partenariat avec le ministère de l’éducation nationale, s’est intéressée à la santé psychique des élèves de classe de 3e par le biais d’un auto-questionnaire. Cinq dimensions de la santé mentale ont ainsi pu être explorées, en s’appuyant non seulement sur le ressenti des élèves mais également sur leur comportement : détresse psychique, qualité du sommeil, comportement alimentaire, blessures cutanées auto-infligées et comportements suicidaires. Les indicateurs de santé mentale qui en résultent sont toujours globalement moins bons pour les filles que pour les garçons mais de nombreux autres déterminants peuvent être mis en évidence, relatifs au mode et à l’hygiène de vie des adolescents, à leurs caractéristiques sociodémographiques, à la consommation de substances psychoactives, à l’absentéisme scolaire, aux atteintes subies et à leurs préoccupations présentes et futures.

 

Logements associatifs à visée thérapeutique ou éducative. Le bien-être et l'intégration : des « actions qui conviennent ?

 

https://www.academia.edu/26688307/Logements_associatifs_%C3%A0_vis%C3%A9e_th%C3%A9rapeutique_ou_%C3%A9ducative_Le_bien_%C3%AAtre_et_lint%C3%A9gration_des_actions_qui_conviennent

 

La prise en charge des personnes présentant un handicap psychique ne peut faire l’économie de la question du logement. Pour y répondre, des acteurs – des soignants de la psychiatrie de secteur ou des travailleurs sociaux - ont créé des associations dans les années 1980 dont le but était, et est toujours, de permettre aux handicapés psychiques de vivre dans des appartements qu’elles louent dans la cité. Bien qu’elles aient toutes la volonté de permettre une vie hors les murs, les modalités de prise en charge de ces individus diffèrent d’une association à l’autre, les unes fondant leur éthique sur le bien-être des résidents, les autres sur leur intégration. Le but visé est alors pour tous l'autonomie, une autonomie revêtant plusieurs sens. En effet, que faut-il entendre par autonomie ? C'est ce que nous avons explorer durant l'enquête de terrain « loger pour soigner », menée avec la fédération d'aide à la santé mentale Croix Marine.

La santé mentale, c’est pas que dans la tête !

 

https://minds-ge.ch/la-sante-mentale-cest-pas-que-dans-la-tete/

 

La santé mentale ne se résume pas à une absence de troubles psychologiques. Elle comprend le bien-être, l’optimisme, la satisfaction, la confiance en soi, ou encore la capacité relationnelle. Elle est influencée par une interaction complexe de nombreux facteurs tels que les relations sociales, les événements de la vie, des facteurs génétiques, le revenu, la formation, l’emploi, le logement, l’accès aux services, les violences, les discriminations, ou encore l’environnement dans lequel on vit. Un ensemble de facteurs déterminants qui sont donc internes et externes à la personne ! De plus ces déterminants interagissent et s’influencent entre eux.

Savoirs d’expérience et savoirs professionnels : un projet expérimental dans le champ de la santé mentale

 

https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/12008/Godrie_Baptiste_2014_These.pdf

 

Baptiste Godrie

Cette thèse est une réflexion d’épistémologie sociale sur la construction des savoirs professionnels et expérientiels portant sur les problèmes de santé mentale ainsi qu’une exploration de leurs rapports à partir d’un projet de recherche montréalais. Ce projet fédéral de recherche et de démonstration visait à évaluer l’impact de l’approche Logement d’abord auprès de personnes avec des problèmes de santé mentale en situation d’itinérance. À Montréal, des pairs, avec une expérience vécue des réalités de la santé mentale et de l’itinérance, ont été impliqués dans le projet de recherche aux côtés d’intervenants, de gestionnaires et de chercheurs. Au fil des mois, leur présence a eu des effets contrastés, contribuant parfois à renforcer les barrières entre les savoirs et les hiérarchies professionnelles en présence dans le projet, et, à d’autres occasions, à les surmonter et entrer dans un processus de co-production de nouveaux savoirs et pratiques.

« Suicide : quels liens avec le travail et le chômage ? Penser la prévention et les systèmes d’information »

 

Observatoire national du suicide - 4e rapport / juin 2020

L’actualité fait régulièrement état de suicides de personnes sur leur lieu de travail ou de témoignages de personnes qui se sont suicidées en incriminant leurs conditions de travail. La perte d’un emploi et la situation de chômage peuvent également fragiliser les personnes et entraîner un risque suicidaire. Que signifient ces suicides liés à la situation professionnelle ? Comment les prévenir ?

Dénombrer les suicides liés au travail ou au chômage est un exercice délicat. La part qu’ont représenté les facteurs professionnels dans la décision de la personne de mettre fin à ses jours est difficile à évaluer. Pourtant, ce geste ne peut pas être réduit à une fragilité individuelle et les conditions de travail ou le vécu du chômage sont souvent en cause. Face à cette réalité, des mesures concrètes de prévention du suicide sont mises en oeuvre dans de nombreuses professions, celles s’adressant aux chômeurs restent, en revanche, à construire.

Pour ce quatrième rapport, l’Observatoire national du suicide apporte des éclairages académiques, statistiques et juridiques sur les suicides liés au travail et au chômage. Il offre également un état des lieux des évolutions des systèmes d’information pour améliorer la mesure globale des suicides et éclairer les liens avec la situation professionnelle et la santé mentale.

 

Ouvrage principal

PDFSuicide : quels liens avec le travail et le chômage ? Penser la prévention et (...) Téléchargement (10.1 Mo)

Synthèse

Dossiers

Fiches

Annexes

 

Administrer la santé mentale :rhétoriques et politiques de l’expérience

 

https://www.academia.edu/43169909/Administrer_la_sant%C3%A9_mentale_rh%C3%A9toriques_et_politiques_de_l_exp%C3%A9rience_Administering_Mental_Health_Rhetorics_and_Policies_of_Experience

 

Thèse soutenue le 16 juin 2020 par Erwan AUTÈS, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon

L’objectif est d’éclairer les évolutions institutionnelles de la santé mentale en France au cours de la décennie 2010. Dans cette conjoncture, « l’expérience » est devenue une catégorie au fondement d’une nouvelle économie morale dans les politiques publiques questionnant l’expérience de la maladie, les conceptions publiques de l’assistance, le rôle des soins en santé mentale, l’agentivité des malades. Quel est le fondement et les conséquences de cette politique de l’expérience qui déclasse l’expérience clinique (niveau le plus bas de la hiérarchie des preuves dans l’Evidence-Based Medicine) et valorise l’expérience collective des patients ? Comment une expérience peut-elle se convertir en expertise ?

L’analyse porte non seulement sur les réponses de l’administration, des cliniciens comme d’un nouveau genre de patients à cette question, mais aussi sur le travail de thèse en tant que tel. L’étude est en effet ancrée dans un travail de terrain multi-situé, conçu comme une ethnographie d’assemblage, explorant des manifestations locales d’un problème commun, à partir d’une posture d’agent d’administration locale de la santé. Le corpus est composé d’entretiens (n=24), d’observations (n=84) et des notes de terrain, de 2010 à 2019, recueillis dans différents sites en France, au sein de différentes administrations publiques (mairie, agences régionales de santé).

 

Atlas de la santé mentale en France, IRDES, mai 2020

 

 

Coldefy M., Gandré C. (Irdes) - Édition Irdes - Ouvrage n° 7 série Atlas - Mai 2020

 

En France, les troubles psychiques sont associés à des enjeux majeurs en termes de prises en charge dans un champ en pleine mutation. Encore souvent centré uniquement sur le soin, le suivi des personnes atteintes de troubles psychiques s’oriente néanmoins vers le rétablissement, l’inclusion sociale, professionnelle et citoyenne des personnes. Impliquant de nombreux acteurs des secteurs sanitaire et médico-social appelés à coopérer dans le cadre des projets territoriaux en santé mentale, il est encore difficile à caractériser à l’échelle nationale, à partir du système d’information existant. Les raisons en sont également l’importance du non-recours aux soins, la difficulté à poser un diagnostic, souvent évolutif, et les besoins globaux des personnes qui couvrent l’ensemble des champs de la vie quotidienne. Pour autant, en 2017, on estime à plus de 7 millions le nombre d’individus qui ont eu une prise en charge spécialisée due à un trouble psychique diagnostiqué ou à un traitement psychotrope.

 

Dans ce contexte, l’Atlas de la santé mentale en France propose une photographie inédite tant des prises en charge que de l’offre disponible sur le territoire à partir de systèmes d’information existants. Il décrit des situations spécifiques, notamment celles de populations particulièrement vulnérables du fait de leur âge ou de leur milieu de vie : les enfants et adolescents, les adultes de 18 à 64 ans suivis pour des troubles psychiques fréquents ou des troubles psychiques sévères et persistants, les personnes âgées et la population pénitentiaire. Il s’adresse ainsi tant aux acteurs concernés dont les usagers des services de santé mentale, leurs proches, les professionnels de santé et du secteur social et médico-social qu’aux décideurs politiques nationaux et locaux et aux chercheurs.

Etat des lieux national des CLSM en période de confinement & conséquences observées par les coordonnateurs dans les quartiers prioritaires

 

http://www.ccomssantementalelillefrance.org/sites/ccoms.org/files/pdf/CLSM-confinement-Covid19_CCOMS_Mai2020.pdf

 

Au cours de cette période inédite de confinement de l'ensemble de la population française en période de pandémie COVID-19, le CCOMS a développé très rapidement des outils pour appréhender le retentissement de cette crise sanitaire sur le fonctionnement de cette plateforme d’échanges, de coopération et de démocratie sanitaire que sont les CLSM.

Dès le début de la crise, un appel à communication des actions et des retours d'expérience des CLSM relatives à la prévention de l'impact du confinement sur la santé mentale a été mené. La conduite d'un groupe de travail a ensuite permis de dégager les questions essentielles, de les mettre en forme et de mener une enquête en ligne par auto-questionnaire auprès de l’ensemble des coordonnateurs des CLSM.

L’évaluation a porté à la fois sur l’état de santé mentale de la population générale, des personnes vivant avec un trouble psychique et des personnes vulnérables, ainsi que sur le niveau d’action des CLSM, en particulier dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

102 coordonnatrices et coordonnateurs de CLSM représentant 121 CLSM ont répondu aux 24 questions de l'enquête entre le 28 avril et le 12 mai 2020.

Le CCOMS publie, sur la base des résultats de cette enquête, un état des lieux national des CLSM en période de confinement & une retranscription des conséquences observées par les coordonnateurs dans les quartiers prioritaires

La santé mentale des Français face au Covid-19 : prévalences, évolutions et déterminants de l’anxiété 

 

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2020/13/pdf/2020_13.pdf

 

Etude au cours des deux premières semaines de confinement (Enquête CoviPrev, 23-25 mars et 30 mars-1er avril 2020)

 

Le nombre grandissant de cas et de décès liés au Covid-19 a été à l’origine de la mise en place d’un confinement de la population française à partir du 17 mars 2020. Cette crise épidémique, ainsi que les conditions de vie en confinement sont susceptibles d’avoir un impact sur la santé mentale de la population. Santé publique France a ainsi mis en place une surveillance comportementale et psychologique dont l’objectif est, entre autres, d’évaluer l’état de la santé mentale de la population, d’en identifier les déterminants et d’en suivre les évolutions.

HAS : Prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement à leur domicile

 

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3168631/fr/prise-en-charge-des-patients-souffrant-de-pathologies-psychiatriques-en-situation-de-confinement-a-leur-domicile

 

(Haute Autorité de santé (HAS), avril 2020)

« La Direction générale de la santé (DGS) a saisi la Haute Autorité de santé (HAS) en vue d’élaborer des préconisations générales destinées à assurer la continuité de la prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en période de confinement impliquant une limitation des déplacements. Ces préconisations, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données. »

Santé mentale en Île-de-France  : Rôle clé des médecins généralistes dans le repérage et la prise en charge des patients

 

https://www.ors-idf.org/nos-travaux/publications/sante-mentale-en-ile-de-france.html

 

Le médecin généraliste est le premier professionnel consulté par les personnes pensant souffrir de troubles mentaux. De ce fait, il est un acteur clé dans le repérage et la prise en charge de ces patients. D’après l’OMS, une personne sur quatre sera concernée par un trouble de santé mentale dans sa vie. Les données actuelles montrent d’ailleurs qu'environ 27 % de la population adulte de l'Union européenne est ou a été affectée par au moins un trouble de santé mentale au cours des 12 derniers mois.  

 

Ce Focus santé, à partir d’une revue de la littérature, examine la place qu’occupe le médecin généraliste dans la détection des troubles de santé mentale et sa place dans l’organisation des soins de santé mentale en France et s’attache en particulier à la situation de l’Île-de-France. Il propose également des indicateurs qui permettraient un suivi de l’activité en santé mentale des médecins généralistes.

Santé mentale : Rôle clé des médecins généralistes dans le repérage et la prise en charge des patients

 

https://www.ors-idf.org/nos-travaux/publications/sante-mentale-en-ile-de-france.html

 

Le médecin généraliste est le premier professionnel consulté par les personnes pensant souffrir de troubles mentaux. De ce fait, il est un acteur clé dans le repérage et la prise en charge de ces patients. D’après l’OMS, une personne sur quatre sera concernée par un trouble de santé mentale dans sa vie. Les données actuelles montrent d’ailleurs qu'environ 27 % de la population adulte de l'Union européenne est ou a été affectée par au moins un trouble de santé mentale au cours des 12 derniers mois.  

Ce Focus santé, à partir d’une revue de la littérature, examine la place qu’occupe le médecin généraliste dans la détection des troubles de santé mentale et sa place dans l’organisation des soins de santé mentale en France et s’attache en particulier à la situation de l’Île-de-France. Il propose également des indicateurs qui permettraient un suivi de l’activité en santé mentale des médecins généralistes.  

PSYCOM : Épidémie et confinement : ressources utiles pour notre santé mentale

http://www.psycom.org/Espace-Presse/Actualites-du-Psycom/Epidemie-et-confinement-ressources-utiles-pour-notre-sante-mentale

 

L'épidémie que nous vivons et le confinement associé ont un impact sur notre santé mentale. Psycom recense sur cette page, régulièrement actualisée, des ressources utiles pour vous aider à faire face à la situation, prendre soin de votre santé mentale et de celle des autres. 

Le handicap psychique à l'épreuve de l'emploi : des racines aux solutions d'un problème qui ne devrait pas exister

https://sites.google.com/view/ehrmingermickael/blog/handicap-psychique-et-emploi

 

Mickael Ehrminger

Le handicap psychique jouit d’une reconnaissance légale très récente. Il n’a en réalité fait son entrée dans les textes qu’en février 2005, dans la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, qui dispose « constitue un handicap toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

Organiser sur les territoires un repérage précoce des personnes présentant des troubles psychiques

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02413038/document

 

Chauveaud Catherine, Warin Philippe

Université Grenoble Alpes Pacte, Laboratoire des sciences sociales et l’Observatoire des non-recours aux droits et services

 

Ce rapport présente les résultats d’une recherche réalisée dans trois départements métropolitains sur l’organisation d’un repérage précoce des troubles psychiques chez les personnes adultes. Son sujet est issu des résultats d’une précédente recherche réalisée par l’Odenore sur "La compensation du handicap psychique face au risque de non-recours". Cette première enquête réalisée dans deux Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) constatait la possibilité d’un non-recours à la Prestation de compensation du handicap (PCH) du fait que des personnes présentant un ou des troubles psychiques ne sont dans aucune démarche de reconnaissance d’un handicap ni a fortiori de demande d’ouverture de droit. Elle concluait sur le manque d’un "système d’action intégré sur les territoires"- qui aurait pour fonction d’orienter ces personnes vers les MDPH ou d’autres acteurs. De là est né le projet de travailler sur des pistes d’action avec des MDPH et des acteurs des territoires intervenant, ou pas, dans le champ du handicap et plus particulièrement du handicap psychique…

Affiches Psycom : "Santé mentale et Discriminations"

http://m.psycom.org/content/download/78034/1835562/file/PSYCOM_ICEBERG_VDEF_A5.pdf

http://m.psycom.org/content/download/78035/1835581/file/PSYCOM_CYCLE_VDEF_A5.pdf

 

A l’occasion de la 31e édition des Semaines d’information sur la santé mentale (SISM) qui auront lieu du 16 au 29 mars 2020, sur le thème "Santé mentale et Discriminations", Psycom publie deux affiches pédagogiques pour mieux comprendre les mécanismes de la discrimination. Quels liens entre santé mentale et discriminations ?

Les discriminations ont un impact sur la santé mentale des personnes qui en sont victimes. Vivre avec un trouble psychique expose particulièrement à des formes de discriminations multiples, avec des conséquences importantes sur la qualité de vie, la santé et le bien-être. Les SISM sont justement le moment idéal pour aborder ces sujets transversaux et universels.


Cadre d’action en matière de santé mentale de la population

 

https://www.phsd.ca/wp-content/uploads/2019/01/PHSD-Public-Mental-Health-Action-Framework-FR.pdf

 

Affirmer que sans santé mentale, il ne peut y avoir de santé signifie que nous valorisons autant la santé mentale que la santé physique. Comme la santé physique, la santé mentale et le bien-être sont influencés par les environnements sociaux, économiques et physiques dans lesquels les personnes travaillent, vivent et se divertissent, et les populations défavorisées sur le plan socio-économique sont touchées de façon disproportionnée par les problèmes et les difficultés liés à la santé mentale. Le bien-être mental est une préoccupation croissante, compte tenu de la hausse du pourcentage d’Ontariens et d’Ontariennes qui signalent avoir une santé mentale moyenne ou passable et avoir vécu des problèmes de santé mentale ou des maladies mentales

Cohésion, collaboration, collectivité : faire progresser la promotion de la santé mentale au Canada

 

https://cmha.ca/fr/documents/cohesive-collaborative-collective-advancing-mental-health-promotion-in-canada

 

l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) prône la mise sur place d’une stratégie nationale de promotion de la santé mentale pour renforcer la santé mentale de la population canadienne, à l’heure où les taux de maladie mentale sont en hausse partout dans le monde. Pour porter ses fruits, la stratégie nationale de promotion de la santé mentale doit être bien coordonnée, bien financée et maintenue à long terme, et elle doit faire l’objet d’un suivi. Elle doit prévoir : la prise en compte des effets sur la santé mentale des politiques et des programmes de tous les pouvoirs publics; l’augmentation de 7,2 % à 9 % de la part du budget de santé consacrée à la santé mentale; la reproduction et la mise à l’échelle des programmes de lutte contre les inégalités et les disparités sociales à l’origine des problèmes de santé mentale; et le financement de campagnes de marketing social.   

 

L’ACSM recommande aussi d’accroître de 2 % les dépenses dans les programmes sociaux pour favoriser l’inclusion sociale, l’élimination de la violence et de la discrimination et l’égalité des chances du point de vue économique, notamment auprès des aînés vivant dans la solitude, des jeunes stressés par les médias sociaux et des personnes sans emploi ou sous-employées, victimes de l’économie à la demande.

Migrations, vulnérabilités et santé mentale - Culture et Santé

 

https://www.cultures-sante.be/nos-outils/les-dossiers-thematiques/item/386-migrations-vulnerabilites-sante-mentale.html

 

Le dossier thématique « Migrations, vulnérabilités et santé mentale » vient d'être actualisé (décembre 2019). Vous y trouverez de nombreuses références bibliographiques et un éventail d'outils pédagogiques qui permettront d’approfondir le sujet, de questionner les pratiques et d’accompagner au mieux les personnes migrantes. Les ressources documentaires sont complétées par une présentation de structures-ressources et une sitographie. Toutes les références réunies dans ce dossier thématiques sont accessibles en ligne ou au sein de notre centre de documentation. 

La question des vulnérabilités et de la santé mentale des personnes migrantes, les représentations et les pratiques en œuvre, sont au cœur de ce dossier thématique. La démarche de promotion de la santé qui guide la réalisation de ce dossier thématique donne par ailleurs toute sa place aux déterminants sociaux, culturels, environnementaux et politiques qui influencent la santé des personnes et donc leur santé mentale. 

Prise en charge coordonnée des troubles psychiques : état des lieux et conditions d’évolution

 

http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article766

 

Dr J.Emmanuelli et F.Schechter (IGAS)

Près d’un quart des Français sont confrontés personnellement ou à travers leurs proches aux troubles psychiques. Ceux-ci sont classés au premier rang des maladies en termes de dépenses de soins, devant les cancers et les maladies cardiovasculaires. En forte croissance, ces troubles suscitent des interrogations sur la nature des réponses apportées par notre système de santé (avec un recours important aux médicaments psychotropes), sur la temporalité des repérages et des prises en charges, et sur l’accessibilité financière très variable des différents types de soins.

Recommandations pour les professionnel-le-s de la santé et de l’action sociale : La promotion de la santé psychique dans la petite enfance

 

https://assets.ctfassets.net/fclxf7o732gj/78JeyQKE1SUhOmvocj9HKp/fe7cac2a3c855fba76b510e03a8e48ea/Basisdok_Empfehlungen_psyGe_Miapas_fr_web.pdf

 

Une société forte a besoin d’enfants en bonne santé. La santé est un équilibre qui demande à être ajusté en permanence, sur le plan tant physique que psychique et social. Les jeunes enfants ont besoin d’être entourés par des adultes aimants, disponibles et fiables. Les représentations que les parents et les personnes de référence se font d’un enfant, de même que leur comportement à son encontre ont une influence directe sur sa santé psychique, et ce dès la grossesse. L’accompagnement des enfants jusqu’à l’âge de quatre ans et de leurs familles est souvent assuré par une pluralité d’intervenant-e-s de professions différentes. Pour que cet accompagnement pluridisciplinaire soit fructueux, il est indispensable que les professionnel-le-s se concertent et parlent le même langage

La Santé en action, Décembre 2019, n°450 Prévenir le suicide : connaissances et interventions

 

https://www.santepubliquefrance.fr/docs/la-sante-en-action-decembre-2019-n-450-prevenir-le-suicide-connaissances-et-interventions

 

Il existe des interventions efficaces pour prévenir le suicide, cela a été démontré par la littérature scientifique. Ce constat a amené les pouvoirs publics et les intervenants dans le champ de la santé publique à intégrer cette démarche de prévention qui a fait ses preuves. Ce dossier analyse ces interventions probantes au travers de programmes concrets. Une trentaine d'experts et d'intervenants de terrain y ont contribué. Un travail coordonné par Sandrine Broussouloux, Enguerrand du Roscoät, Michel Walter et Guillaume Vaiva.

Pour une évaluation systématique de la santé mentale des adolescents

 

http://educationsante.be/article/pour-une-evaluation-systematique-de-la-sante-mentale-des-adolescents/

 

A. VERMEEREN, ROBERT P.-O, S. BOTSAS

Dans le cadre de son mémoire en santé publique, Selena Botsas a développé un outil et une réflexion sur l’évaluation de la santé mentale des adolescents dans les bilans de santé réalisés en Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle nous livre ici les résultats de son travail, les réflexions et les pistes de suggestion qui en découlent. Les adolescents âgés de 11 à 15 ans sont nombreux à manifester des difficultés à s'adapter aux changements liés à l'adolescence. La littérature scientifique constate ces situations de détresse psychologique. Pouvoir identifier ces jeunes en détresse semble s’inscrire dans les missions de la Promotion de la Santé à l’Ecole (PSE). Pourtant, actuellement, pour aborder la santé mentale, il semblerait que peu d’outils soient mis en place par la PSE. 

Mettre en œuvre un projet de parcours en psychiatrie et santé mentale - Tome 2 : retour d’expériences

https://www.pratiquesensante.org/2019-03-16-01/

 

Cette publication analyse le retour de six territoires ayant expérimenté la mise en œuvre d’un projet de parcours en psychiatrie et santé mentale. Elle illustre et complète de façon concrète les méthodes et outils présentés dans le Tome 1 publié fin 2016. Chaque acteur peut ainsi s’approprier la démarche à travers des réalisations.

 

 

Vieillir avec des troubles psychiques :des difficultés croissantes, un manque de réponses adaptées

https://www.pratiquesensante.org/2019-03-15-01/

 

Les personnes en situation de handicap connaissent aujourd’hui un accroissement considérable de leur espérance de vie. La question de cette avancée en âge et des réponses à y apporter en termes d’accompagnement médicosocial est très prégnante et fait l’objet de nombreuses transformations et innovations dans le champ institutionnel du handicap.

Pourtant, il apparait que les besoins spécifiques des personnes handicapées psychiques vieillissantes sont encore peu pris en compte.

Les données relatives à l’espérance de vie des personnes présentant des troubles psychiques sont préoccupantes : d’après une étude de l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé) parue en septembre 2018, « la réduction de l’espérance de vie des individus suivis pour des troubles psychiques atteint en moyenne 16 ans chez les hommes et 13 ans chez les femmes avec des variations en fonction des troubles considérés. Ces individus ont des taux de mortalité deux à cinq fois supérieurs à ceux de la population générale, quelle que soit la cause de décès, et un taux de mortalité prématurée quadruplé » (IRDES, 2018, p.1).

 

 

Santé mentale et numérique

https://www.pratiquesensante.org/2019/03/06/vid%C3%A9o-le-handicap-psychique/

 

Docteur Leguay, Médecin Psychiatre - Président de l’association Alpha

Le handicap psychique n’est pas un attribut d’une personne mais une situation.

C’est la situation que rencontre une personne qui souffre de troubles psychiatriques souvent sévères et invalidants dans un contexte social, dans sa vie personnelle, dans sa vie quotidienne.

Ça va être des difficultés de communication, des difficultés pour effectuer des tâches par exemple dans un champ professionnel.

C’est ça qui va faire que cette personne dans un certain contexte va rencontrer des difficultés avec les autres.

La problématique du handicap psychique au travail est une problématique de communication : bien comprendre la position de l’autre, bien mémoriser ce qu’il vous est demandé et effectuer la tâche en la séquençant comme il l’est demandé dans une situation de travail.

Ça produit chez elle par exemple des situations d’angoisse. Elle peut être intimidée, elle peut être déprimée.

Toute cette dimension subjective va constituer un écran dans la relation avec les autres.

 


Santé mentale et numérique

https://www.pratiquesensante.org/2019/02/28/sant%C3%A9-mentale-et-num%C3%A9rique/

 

Les technologies numériques touchent tous les domaines de notre vie quotidienne, y compris celui de la santé mentale. De l’information médicale, à la coordination des parcours de soins, en passant par les applications de prévention du malêtre, le dossier médical partagé, l’entraide mutuelle en ligne, le partage des savoirs, ou les téléconsultations, le numérique a changé notre façon d’interagir et de prendre soin de notre santé. 


Parcours.Bruxelles - Evaluation qualitative du système de la santé mentale et des parcours des usagers

https://www.pratiquesensante.org/2019/02/19/parcours-bruxelles-evaluation-qualitative-du-syst%C3%A8me-de-la-sant%C3%A9-mentale-et-des-parcours-des-usagers/

 

Lancée en 2010 et généralisée en 2016, la Réforme 107 a pour objectif de réorganiser l’offre de soins en santé mentale autour de patient, en favorisant sa prise en charge dans son environnement de vie. La présente étude a pour objectif d’évaluer la mise en œuvre de la Réforme 107 à Bruxelles et de proposer des recommandations en conséquence.

 

Le projet "Parcours.Bruxelles", commandité par l’Observatoire de la Santé et du Social et mené par l’Université Catholique de Louvain (Carole Walker, Pablo Nicaise et Sophie Thunus), analyse l’organisation du système de la santé mentale en Région de Bruxelles-Capitale à partir des parcours des usagers ayant ou ayant eu des contacts avec des services de soins de santé mentale dans cette région.


Tous fous ?! Parler autrement de la santé mentale

https://www.kbs-frb.be/fr/Activities/Publications/2017/20170510PP

 

Cette brochure est un miroir. Elle nous montre comment la société dans son ensemble communique au sujet des personnes avec un trouble psychique. 

Les mots et les images que nous utilisons influencent les représentations sociales qui entourent la santé mentale. Ils affectent la vie des personnes avec une vulnérabilité mentale et celle de leur famille. Leur rétablissement, leur déclin, leur bien-être, leur auto-stigmatisation aussi. Une société doit être consciente de cette influence qui s’impose via les frames et counterframes. 

L'objectif de cette brochure est de soutenir le développement d’une communication nuancée et non stigmatisante autour des troubles psychiques. Les douze frames et counterframes nous présentent un miroir et cette publication nous invite à y regarder de plus près…

 


Sept conseils pour communiquer à propos de la santé mentale

https://www.kbs-frb.be/fr/~/media/Files/Bib/Publications/2019_3615_PUB_SM_Regles_Media.pdf

 

Lorsque les médias abordent les troubles psychiques avec des représentations à connotation négative, ils renforcent la stigmatisation des personnes qui vivent avec ceux-ci. Se montrer plus nuancé et éviter les simplismes n’est pas chose si compliquée.

Ce dépliant, destiné aux journalistes et autres professionnels des médias et de la communication, propose sept conseils pratiques à consulter au moment de rédiger un article, d’illustrer une brochure, etc. Il invite à mixer représentations sociales problématisantes (frames) et déproblématisantes (counterframes) pour obtenir un discours nuancé et non réducteur.

 


Retours d’expériences : Accès et maintien dans le logement des personnes ayant des troubles psychiques

http://www.psycom.org/Actualites/Comment-agir/Retours-d-experiences-Acces-et-maintien-dans-le-logement-des-personnes-ayant-des-troubles-psychiques

 

Début 2018, le Groupement de coopération sanitaire (GCS) CCOMS pour la recherche et la formation en santé mentale a répondu à l’appel à projets "Et nos voisin européens, comment font-ils ?" de la CNSA sur le thème de l’accès et du maintien dans le logement des personnes ayant un trouble de santé mentale. 

 

La demande de financement ayant été acceptée, une équipe rassemblant les acteurs concernés* a été constituée, et trois voyages d’étude ont été réalisés en Italie, en Angleterre et en Espagne, afin de repérer et d’analyser des bonnes pratiques. Lire la suite sur le site Psycom : http://www.psycom.org/


Instruction N° DGOS/R4/2019/10 du 16 janvier 2019 relative au développement des soins de réhabilitation psychosociale sur les territoires

  http://www.ncchpp.ca/551/Publications.ccnpps?id_article=1906

 

Le Répertoire des stratégies en santé mentale vise à démontrer ce qui se développe en matière de santé mentale des populations au Canada. Le répertoire permet un aperçu des stratégies de santé mentale, de mieux-être et d'autres stratégies connexes par le biais de tableaux comparatifs et de résumés, en mettant l'accent sur la promotion de la santé mentale et la prévention des troubles mentaux. 

 


Rapport : "Internet et santé mentale", Rapport de l’Observatoire "Vies Numériques" du Centre de référence en Santé Mentale

  http://www.ncchpp.ca/551/Publications.ccnpps?id_article=1906

 

Le Répertoire des stratégies en santé mentale vise à démontrer ce qui se développe en matière de santé mentale des populations au Canada. Le répertoire permet un aperçu des stratégies de santé mentale, de mieux-être et d'autres stratégies connexes par le biais de tableaux comparatifs et de résumés, en mettant l'accent sur la promotion de la santé mentale et la prévention des troubles mentaux. 

 


Rapport : "Internet et santé mentale", Rapport de l’Observatoire "Vies Numériques" du Centre de référence en Santé Mentale

 

http://www.cresam.be/wp-content/uploads/2018/11/Internet-Sant%C3%A9-Mentale-rapport-CR%C3%A9SaM.pdf

 

En Belgique, depuis janvier 2016, grâce au soutien de la Région Wallonne, le Centre de référence en santé mentale (CRéSaM) développe une mission d’observatoire des usages et des usages problématiques d’Internet et des jeux vidéo. Dans ce contexte, l’Observatoire « Vies Numériques » tel qu’il a été baptisé, a pour objectif d’apporter un complément d’information à travers un rapport annuel destiné aux acteurs de terrain et aux pouvoirs publics afin de les soutenir dans la construction de leurs actions, tant au niveau préventif que curatif. 

 


Données de preuves en vue d’améliorer le parcours de soins et de vie des personnes présentant un handicap psychique sous tendu par un trouble schizophrénique

https://docs.wixstatic.com/ugd/8c7aab_eaf399e9b470404984977269ea7e02c7.pdf

 

Le CNPP-CNQSP est partenaire du Centre de preuve de psychiatrie et santé mentales sur cette thématique

Les objectifs fixés à l’ensemble des Centre de Preuves par la commission en charge de les piloter

sont, en priorité :

- Etablir l’état de l’art sur la base de l’analyse des données de la littérature (établir un état de

l’art hiérarchisé intégrant l’ensemble des données utiles à l’amélioration des pratiques)

- interpréter ces données à la lumière de la pertinence clinique

- confronter ces données à l’état réel des pratiques

- assurer la diffusion de ces savoirs actualisés

 


Programme "psychiatrie et santé mentale" de la HAS - 2018-2023

 

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1721760/fr/programme-psychiatrie-et-sante-mentale-de-la-has

La HAS est arrivée au terme de son premier programme pluriannuel « psychiatrie et santé mentale », un engagement fort débuté en 2013. Elle en assure la continuité par un nouveau programme « psychiatrie et santé mentale » pour la période 2018-2023.

Ce programme s'articule autour de trois thèmes :
Droits et sécurité en psychiatrie
Troubles mentaux sévères et persistants et handicap psychique
Pédopsychiatrie


Handicap psychique et empowerment, vers une prise de parole en santé mentale

http://firah.org/centre-ressources/upload/publications/edition-h/handicap-empowerment/edition-h-disqualification.pdf

 

La recherche intitulée « De la disqualification à la prise de parole en santé mentale » a pour but d’analyser les conditions qui permettent aux personnes dites « handicapées psychiques » de développer et renforcer leur capacité à s’exprimer dans un langage recevable et de questionner la capacité de l’environnement, tant institutionnel que social à entendre l’expression de ces personnes. Car c’est précisément dans cet écart que consiste leur situation de handicap.

 


L’accueil en service de santé mentale : une pratique de funambule ?

https://www.maisonmedicale.org/L-accueil-en-service-de-sante-mentale-une-pratique-de-funambule.html

 

Maxime Radisson, Valérie Leemans

L’accueil est une notion complexe, riche et contradictoire. Il se dessine sur un fond politique, social et culturel et se situe à l’articulation de la clinique individuelle et des mutations sociétales. Il ne se laisse approcher que par petites touches : on ne peut le fixer, l’emprisonner.

 


HAS : Coordination entre médecin généraliste et différents acteurs de soins dans la prise en charge des adultes souffrant de troubles psychiques

 

 

http://www.psycom.org/Actualites/Nul-n-est-cense-ignorer/HAS-Coordination-entre-medecin-generaliste-et-differents-acteurs-de-soins-dans-la-prise-en-charge-des-adultes-souffrant-de-troubles-psychiques

 

Etats des lieux, repères et outils pour une amélioration. Ce travail entre dans le cadre du programme pluriannuel « psychiatrie et santé mentale » de la Haute autorité de santé (HAS).

Le médecin généraliste est un acteur majeur de la prise en charge des troubles mentaux. Il participe à la détection et au traitement des troubles et accompagne les patients dans le cadre d’une prise en charge globale.

On constate en France une coordination insuffisamment développée entre le médecin généraliste et les professionnels spécialisés en psychiatrie et santé mentale notamment. Cette situation peut aboutir à des ruptures de soins, susceptibles d’avoir des conséquences importantes pour le patient, tant sur le plan psychiatrique que somatique.

 


Etude : E-santé mentale, quelles représentations ? Quelles pratiques ?

 

http://www.ccomssantementalelillefrance.org/sites/ccoms.org/files/pdf/Rapport_EQUME_Vlogos%20site%20web.pdf

 

Découvrez les premiers résultats de l'Étude Qualitative des attentes, besoins et Usages des M-Health [technologie de e-santé en santé mentale] par l’Ensemble des parties prenantes (EQUME) menée par le Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (CCOMS) et l'EPSM-Lille métropole.

Pour l'OMS, la e-santé pourrait être un moyen efficace d'améliorer la promotion de la santé, la prévention et les pratiques thérapeutiques. Cependant, la e-santé - et plus particulièrement la e-santé mentale - est susceptible d'entraîner des changements socio-anthropologiques majeurs. Des études sont nécessaires pour bien comprendre et accompagner ces changements. Quelles sont les représentations et les pratiques des acteurs dans le domaine de la psychiatrie / santé mentale dans le contexte actuel d'évolution technologique ?

 

 


Améliorer la coordination des soins dans le domaine de la santé mentale

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2876753/fr/ameliorer-la-coordination-des-soins-dans-le-domaine-de-la-sante-mentale

 

Dans la prise en charge des patients souffrant de troubles mentaux, la coordination entre les médecins généralistes et les autres acteurs de soins (psychiatres, psychologues, infirmiers, etc.) est insuffisamment développée. Pour promouvoir une évolution des pratiques, la HAS publie un guide proposant différents outils; les professionnels peuvent les mobiliser isolément ou combiner les uns avec les autres en fonction de leurs besoins, de leurs contraintes et du niveau de développement de la coordination sur leur territoire d’exercice.

 

 


Coordination entre le médecin généraliste et les différents acteurs de soins dans la prise en charge des patients adultes souffrant de troubles mentaux

Etats des lieux - Repères et outils pour une amélioration

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2874187/fr/coordination-entre-le-medecin-generaliste-et-les-differents-acteurs-de-soins-dans-la-prise-en-charge-des-patients-adultes-souffrant-de-troubles-mentaux-etats-des-lieux-reperes-et-outils-pour-une-amelioration

 

Le médecin généraliste est un acteur majeur de la prise en charge des troubles mentaux. Il participe à la détection et au traitement des troubles et accompagne les patients dans le cadre d’une prise en charge globale.

On constate en France une coordination insuffisamment développée entre le médecin généraliste et les professionnels spécialisés en psychiatrie et santé mentale notamment. Cette situation peut aboutir à des ruptures de soins, susceptibles d’avoir des conséquences importantes pour le patient, tant sur le plan psychiatrique que somatique.

Pour répondre à ces enjeux, la HAS propose un guide pour aider les professionnels à développer et renforcer la coordination interprofessionnelle dans la prise en charge des patients adultes souffrant de troubles mentaux. Il présente des expériences d’amélioration conduites en France et à l’étranger ainsi que des repères et outils mobilisables de façon isolée ou combinée et en fonction des besoins, des ressources et des contraintes des professionnels.

Ce travail entre dans le cadre du programme pluriannuel « psychiatrie et santé mentale » de la HAS.

 


Patient, client, usager, un nouveau statut dans le handicap psychique ?

https://c3rp.fr/video-nouveau-statut-handicap-psychique-nicolas-marquis/

 

Nicolas Marquis est docteur en sociologie, chargé de cours en sociologie à l’université Saint-Louis Bruxelles (USL-B). Il est chercheur au Centre d anthropologie, sociologie, psychologie études et recherches (CASPER) de l’USL-B, et Marie Curie Fellow au Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (CERMES3) de l’université Paris-Descartes. Il est également l’auteur, avec Luc Van Campenhoudt, du Cours de sociologie (Dunod, 2014).

 


Etat des lieux national 2018 des CLSM

http://clsm-ccoms.org/2018/09/20/etat-des-lieux-2018-des-clsm-en-france/

 

Centre national de ressources et d’appui aux conseils locaux de santé mentale, Centre collaborateur de l’organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale –CCOMS, Roelandt Jean-Luc

Le Centre National de Ressources et d’Appui aux CLSM, porté par le Centre collaborateur de l’organisation mondiale de santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS) et soutenu par le Commissariat Général à l’Egalité des Territoire ainsi que par le Ministère des solidarités et de la santé, publie l’édition 2018 de l’état des lieux des Conseils Locaux de Santé Mentale (CLSM) de France. 

 


En 2017, 466 GEM accueillaient plus de 65 000 personnes

 

https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/en-2017-466-gem-accueillaient-plus-de-65-000-personnes

 

Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

Le bilan de l’activité des groupes d’entraide mutuelle (GEM) en 2017 s’inscrit dans un contexte de déploiement des mesures nouvelles annoncées dans le volet "handicap psychique" de la stratégie quinquennale d’évolution de l’offre médico-sociale. Pour la première fois en 2017, les GEM et les agences régionales de santé (ARS) ont transmis des informations qualitatives sur leur activité. CNSA, 2018, 27p.

 


Comprendre le handicap pour mieux accompagner un adulte en situation de handicap psychique. Guide de recommandation– Handéo

 

http://handeo.fr/sites/default/files/field-files/OBS_Guide%20Hand%C3%A9o%20Mieux%20Comprendre%20le%20Handicap%20Psychique_2017.pdf

 

Le handicap mental et plus généralement les troubles psychiatriques, sont encore mal connus du grand public. Les préjugés négatifs demeurent avec des conséquences douloureuses pour ces personnes et leurs proches. Aussi, ce guide "comprendre le handicap, pour mieux accompagner un adulte en situation de handicap psychique" participe d’une meilleure compréhension du fonctionnement de ces personnes. Il est également utile pour l’accompagnement des mineurs avec des troubles psychiatriques.

 

 


Personnes suivies pour des troubles psychiques sévères : une espérance de vie fortement réduite et une mortalité prématurée quadruplée

 

Coldefy Magali, Gandré Coralie

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/237-personnes-suivies-pour-des-troubles-psychiques-severes-une-esperance-de-vie-fortement-reduite.pdf

 

La mortalité des individus suivis pour des troubles psychiques sévères n'avait été étudiée que de façon parcellaire en France. La mise à disposition de données relatives aux causes médicales de décès appariées aux données de consommation de soins dans le Système national des données de santé (SNDS) en a permis l'étude à l'échelle nationale chez les principaux bénéficiaires de l'Assurance maladie. 

 


Les interventions thérapeutiques musicales pour les personnes atteintes de démence

Les interventions thérapeutiques musicales pour les personnes atteintes de démence

https://www.cochrane.org/fr/CD003477/les-interventions-therapeutiques-musicales-pour-les-personnes-atteintes-de-demence

 

Les personnes atteintes de démence développent progressivement des troubles de mémoire, de pensée, de langage et d'activités quotidiennes. La démence est souvent associée à des problèmes émotionnels et comportementaux et peut diminuer la qualité de vie d'une personne. Dans les stades avancés de la démence, il peut être difficile pour les gens de communiquer avec les mots, mais même lorsqu'ils ne peuvent plus parler, ils peuvent encore fredonner ou jouer avec la musique. La thérapie par la musique peut donc être particulièrement adaptée aux personnes atteintes de démence

 


Projets territoriaux de santé mentale : une mise en place fondée sur une démarche partenariale

http://www.cget.gouv.fr/actualites/une-mise-en-place-fondee-sur-une-demarche-partenariale

 

Dans les quartiers de la politique de la ville, l’accès aux soins et la prévention constituent un enjeu important, notamment en matière de santé mentale. Une instruction du ministère des Solidarités et de la Santé, datée du 5 juin dernier, précise la méthodologie d’élaboration des futurs projets territoriaux de santé mentale (PTSM). Leur élaboration s’inscrit dans une démarche partenariale associant un large panel d’acteurs sur les territoires. Les PTSM peuvent constituer un cadre favorisant le déploiement des conseils locaux de santé mentale, dont le CGET promeut le développement au titre des contrats de ville.

 


Santé mentale et isolement social : quelles interactions et réponses territorialisées ?

 

https://www.fabrique-territoires-sante.org/sites/default/files/dossier_isolement_social.pdf

 

Près de six millions de Français souffrent d’isolement social, ce qui aggrave leur situation de vulnérabilité. Ils ont de ce fait plus de risques d’avoir un état de santé dégradé et de renoncer à leurs droits et aux soins. L’isolement social est un enjeu de santé publique, mais aussi de cohésion sociale. Ainsi, des liens importants existent entre isolement social et santé mentale : les personnes isolées sont plus fréquemment sujettes aux troubles psychiques, comme la dépression, et les personnes vivant avec des troubles psychiques sont plus souvent isolées.

 


Outil : "Allez mieux à ma façon" outil d'auto-gestion des troubles psychiques

 

http://vitalite.uqam.ca/ressources-autogestion.html

 

Vous vivez des difficultés en lien avec la dépression, l’anxiété ou le trouble bipolaire?

Vous pouvez retrouver l’équilibre et vous sentir bien à nouveau malgré cette épreuve. L’outil Allez mieux à ma façon  pourrait, nous l'espérons, vous être utile dans votre démarche personnelle vers le rétablissement. Cet outil vise à vous soutenir dans l'autogestion de votre santé mentale.

 


Mettre en œuvre un projet de parcours en psychiatrie et santé mentale - Méthodes et outils pour les territoires

http://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/parcours-des-patients-et-des-usagers/projet-territorial-de-sante-mentale/

 

Les actions de prévention et de promotion de la santé mentale, les soins, accompagnements à l’autonomie et à l’inclusion sociale et citoyenne, et services décrits sur cette page sont présentés selon les 6 priorités du projet territorial de santé mentale, telles que fixées à l’article R.3224-5 du Code de la santé publique.

Des exemples de déclinaison possibles sont systématiquement inclus, dans une logique de boîte à outils. Ces exemples ont vocation à illustrer des dynamiques de réponse déjà à l’œuvre sur les territoires à l’initiative d’acteurs locaux ; ils ne constituent pas une recommandation formelle d’organisation et peuvent être adaptés par les acteurs en fonction des caractéristiques du territoire, des ressources à disposition et des relations partenariales existantes.

 

 


Mettre en œuvre un projet de parcours en psychiatrie et santé mentale - Méthodes et outils pour les territoires

http://www.anap.fr/ressources/publications/detail/actualites/mettre-en-oeuvre-un-projet-de-parcours-en-psychiatrie-et-sante-mentale-methodes-et-outils-pour-les-territoires/

 

L’article 69 de la loi de modernisation de notre système de santé introduit le concept de parcours comme fondement de l’organisation de la psychiatrie et la santé mentale. Le parcours doit répondre aux besoins des personnes vivant avec des troubles psychiques et leurs aidants dans un ancrage territorial. Avec cette publication, l’ANAP propose une méthode et des outils pour permettre aux (nombreux) acteurs concernés de s’engager dans une construction collective des parcours en psychiatrie et santé mentale.

 


Bibliographie : La recherche participative en santé mentale

http://www.irdes.fr/documentation/syntheses/la-recherche-participative-en-sante-mentale.pdf

 

Projet territorial de santé mentale : quelle place pour les collectivités ?

http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250279620228

 

Les GEM. Groupes d’entraide mutuelle - CNSA

http://www.cnsa.fr/documentation/cahierpedagogique_gem.pdf

 

CNSA : Troubles psychiques. Le guide d’appui aux pratiques professionnelles

http://www.cnsa.fr/documentation/dt_handicap_psychique_vf.pdf

 

Prise en charge des troubles de l’humeur dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie

http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/10/2017_10_1.html

 

Site web : Centre national de ressources et d’appui aux Conseils Locaux de Santé Mentale

http://clsm-ccoms.org/

 

Brochures : Santé mentale et emploi

http://www.psycom.org/Troubles-psychiques/Sante-mentale-et/Sante-mentale-et-emploi

 

Une boîte à outils pour gérer les violences

http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/161123-violences-en-psychiatrie-une-boite-a-outils-pour-les-soignants.html