DONNÉES DE SANTÉ

Pensez à vous abonner à la lettre bi-mensuelle de Pratiques en santé - https://www.pratiquesensante.org/lettre-bi-mensuelle/

Influence de l’environnement social sur la survie des patients atteints d’un cancer en France. Étude du réseau Francim

 

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2021/5/2021_5_2.html

 

Introduction – Les inégalités sociales de santé représentent un enjeu majeur de santé publique. Dans le domaine du cancer, la littérature souligne des disparités sociales d’incidence et de mortalité. Cependant, aucune étude n’a encore analysé les inégalités sociales de survie sur un large échantillon de patients atteints d’un cancer en France.

Objectif – Étudier l’influence de l’environnement social sur la survie des patients atteints d’un cancer, à partir des données du Réseau français des registres des cancers (Francim).

Méthodes – Environ 210 000 cas de cancers diagnostiqués entre 2006 et 2009, enregistrés dans 21 registres et suivis jusqu’au 30 juin 2013 ont été inclus. L’environnement socioéconomique était mesuré par l’indice agrégé de défavorisation sociale européen (European Deprivation Index, EDI). L’analyse de la survie nette (i.e. survie qui s’affranchit des autres causes possibles de décès) s’est appuyée sur la méthode de Pohar-Perme et une modélisation flexible du taux de mortalité en excès.

2020 : une hausse des décès inédite depuis 70 ans

 

https://www.insee.fr/fr/statistiques/5347349

 

Sylvie Le Minez, Valérie Roux (Insee). 

En raison de l’épidémie de Covid-19, la mortalité a été exceptionnelle en 2020 avec près de 669 000 décès toutes causes confondues, soit 56 000 décès de plus qu’en 2019 (+ 9 %).

 

Une telle hausse de la mortalité n’a pas été enregistrée en France depuis 70 ans. Cette hausse est notamment très supérieure à celle observée lors des épisodes grippaux et caniculaires sévères des années précédentes. La France est dans une position médiane au sein des pays européens.

 

La hausse des décès a été un peu plus forte pour les hommes. Elle a surtout concerné les personnes âgées de plus de 70 ans (+ 11 %), de manière assez homogène au-delà de cet âge. Cette hausse a été très inégale selon les territoires : elle a été plus forte dans la moitié Est de la France métropolitaine, en incluant l’Île-de-France. Mayotte, l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes sont au final les trois régions où les excédents de décès sont les plus forts sur l’année.

Référentiel sur le recueil des données personnelles dans le champs médico social

 

https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/referentiel_relatif_aux_traitements_de_donnees_personnelles_pour_le_suivi_social_et_medico-social_des_personnes_agees_en_situation_de_handicap_ou_en_difficulte.pdf

 

Ce référentiel s’adresse aux organismes privés ou publics, quelle que soit leur forme juridique, ci-après « les organismes », qui accueillent, hébergent ou accompagnent sur le plan social et/ou médico-social les personnes âgées, les personnes en situation de handicap et celles en difficulté 

Enjeux et perspectives démographiques en France 2020-2050 Un état des connaissances

 

https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/30829/dt.259.2020.projections.demographiques.france2.fr.pdf

 

Gilles Pison, Sandrine Dauphin

 

Ce document présente une synthèse sur les perspectives démographiques en France d’ici 2050. La situation et les évolutions françaises sont replacées dans un cadre plus général au moyen de comparaisons internationales et européennes. Le document se compose de cinq parties abordant chacune un thème de la démographie.

La première porte sur la croissance de la population mondiale, européenne et française.

La deuxième traite des spécificités de la démographie française au sein de l’Union européenne.

La troisième examine l’évolution des naissances et de la fécondité en France.

La quatrième s’interroge sur les perspectives d’allongement de la vie et le vieillissement démographique.

Enfin, la cinquième porte sur les migrations et étudie leur contribution à la population française hier, aujourd’hui et demain.

Qui sont les jeunes des quartiers de la politique de la ville (QPV) ?

 

https://injep.fr/wp-content/uploads/2021/03/FR54_JeunesQPV.pdf

 

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) regroupent 5,4 millions d’habitants dont 40 % ont moins de 25 ans1 . La population des QPV est donc une population jeune, plus jeune que dans le reste de la France métropolitaine, où les moins de 25 ans représentent 29 %. Davantage touchés par les inégalités scolaires et par le chômage, les jeunes des QPV restent défiants par rapport aux politiques et aux institutions qui les considèrent plus comme un problème que comme une ressource possible. 

Le Bien-être en France : rapport 2020

 

http://www.cepremap.fr/depot/2021/01/Le-Bien-etre-en-France-%E2%80%93-Rapport-2020.pdf

 

Depuis sa création, il y a quatre ans, l’Observatoire du bien-être se donne la mission de scruter le bien-être des Français : ses racines, ses différentes facettes et son évolution. Bonheur privé et malheur public, lien entre optimisme et comportement politique, rapport à l’argent et à l’économie, influence de l’âge, du genre et de la stratification sociale, réaction à la conjoncture économique et aux changements politiques, nous suivons ces questions et en rendons compte à l’occasion de nos notes et de nos publications régulières. Nous illustrons également ces tendances à l’aide de notre tableau de bord en ligne. Le présent rapport vise à donner une image de cette activité, et ce faisant, à dresser un portrait de la France au prisme du bien-être subjectif. 

Causes des problèmes de santé, accès aux soins et assurance maladie : l’opinion des Français selon leur état de santé

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2021-02/er_1181.pdf

 

Interrogés dans le cadre du Baromètre d’opinion de la DREES, les trois quarts des Français déclarent être en bonne santé, mais quasiment la même proportion se disent préoccupés par la santé de leurs concitoyens. Selon les personnes en bonne santé, les problèmes de santé sont principalement dus à des comportements individuels, tandis que celles qui sont en mauvaise santé soulignent avant tout le rôle des conditions de travail. Lorsqu’un problème de santé survient, le recours au médecin est plus systématique parmi les personnes qui se considèrent globalement en mauvaise santé : c’est le cas de sept Français en mauvaise santé sur dix, contre à peine plus d’un sur deux pour ceux en bonne santé. Une large majorité est satisfaite de la qualité des soins dispensés par les professionnels de santé, sans différence selon l’état de santé, à l’exception des soins infirmiers jugés plus positivement par les personnes en mauvaise santé. Enfin, la quasi-totalité des personnes interrogées approuvent le financement majoritairement public des dépenses de santé. Les personnes de santé moyenne ou mauvaise sont davantage attachées au maintien du niveau actuel des prestations sociales et des remboursements d’assurance maladie que celles en bonne santé 

 

Données massives, big data et santé publique

 

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/adsp?clef=1173

 

La quantité de données de santé concernant les personnes (poids, remboursements de soins, habitudes de vie, etc.) s’est accrue avec leur recueil systématique et à grande échelle. Parallèlement, il est devenu possible de traiter ces données massives et de livrer rapidement des informations autrefois difficiles d’accès, d’opérer des rapprochements inattendus et d’offrir des modèles prédictifs inédits. Cela sera-t-il révolutionnaire ou non pour la santé publique ?

Causes des problèmes de santé, accès aux soins et assurance maladie : l’opinion des Français selon leur état de santé

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/publications/etudes-et-resultats/causes-des-problemes-de-sante-acces-aux-soins-et-assurance-maladie

 

Interrogés dans le cadre du Baromètre d’opinion de la DREES, les trois quarts des Français déclarent être en bonne santé, mais quasiment la même proportion se disent préoccupés par la santé de leurs concitoyens. Selon les personnes en bonne santé, les problèmes de santé sont principalement dus à des comportements individuels, tandis que celles qui sont en mauvaise santé soulignent avant tout le rôle des conditions de travail.

OMS : Les 10 principales causes de mortalité

 

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/the-top-10-causes-of-death

 

En 2019, les 10 principales causes de mortalité ont été responsables de 55 % des 55,4 millions de décès survenus dans le monde. 

 

Les principales causes de mortalité dans le monde, par ordre de nombre de décès total, ont trait à trois grandes catégories d’affections : les affections cardiovasculaires (cardiopathies ischémiques, accident vasculaire cérébral), les affections respiratoires (bronchopneumopathie chronique obstructive, infections des voies respiratoires basses), et les affections néonatales (asphyxie périnatale et autres traumatismes à la naissance, état septique et infections néonatals, complications dues à une naissance prématurée). 

 

Les causes de décès peuvent être regroupées en trois catégories : maladies transmissibles (maladies infectieuses et parasitaires, affections maternelles, périnatales et nutritionnelles), les maladies non transmissibles (chroniques), et les traumatismes. 

Construire la recherche avec la société civile : les enjeux de la démarche d’intermédiation

 

https://injep.fr/wp-content/uploads/2020/09/Cahier_Action55.pdf

 

Ce numéro invite à considérer les relations et échanges entre acteurs académiques et non académiques, mais aussi les espaces et les acteurs en situation d’intermédiaires qui contribuent à construire ces échanges et qui participent à la circulation de savoirs et de pratiques. Cela s’inscrit dans un contexte où nous assistons depuis plus d’une décennie à une réactualisation des dynamiques de recherche-action participatives. Ces formes et ces méthodes visant à mobiliser des savoirs et des connaissances pour l’action, parfois avec des visées transformatrices, semblent redevenir peu à peu l’objet d’un intérêt dans les pratiques d’une diversité d’acteurs associatifs.

 

Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles

 

http://www.xn--epop-inserm-ebb.fr/grandes-enquetes/enquete-nationale-confidentielle-sur-les-morts-maternelles

 

Bien que la mort maternelle soit devenue un évènement très rare dans les pays à ressources élevées, le ratio de mortalité maternelle constitue toujours dans ces pays un important indicateur de santé maternelle et un indicateur de la performance du système de soins.

Devant les limites des statistiques de mortalité maternelle issues du certificat de décès (sous-estimation, profil biaisé) un système « ad hoc » pour l’étude de la mortalité maternelle apparait indispensable.

Depuis 1996, l’Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles (ENCMM) est réalisée en France. La responsabilité scientifique de cette enquête permanente a été confiée initialement à l’unité Inserm 149 devenue 953 et actuellement 1153 – Equipe EPOPé. A ce jour, l’ENCMM a enregistré 1300 décès maternels dans tout le territoire français.

 

  • Les infographies :

« Morts maternelles en France: Les données clés de l’enquête 2013-2015 »

« Les principales causes de décès en fonction du stade de la grossesse »

Comment mesure-t-on la pauvreté en France ?

 

https://www.inegalites.fr/Comment-mesure-t-on-la-pauvrete-en-France

 

Être pauvre, c’est disposer de peu. Définir la pauvreté revient à déterminer ce que représente ce « peu » : peu par rapport à quoi ? Pour cela, il existe plusieurs méthodes. Les explications de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Pour mesurer la pauvreté, on dispose de quatre méthodes principales : la première s’appuie sur un niveau de revenu – le seuil de pauvreté – défini par rapport au niveau de vie général de la population ; la seconde, sur le fait de recevoir une allocation de revenu minimum ; la troisième, sur des critères de privation en termes de conditions de vie ; et la dernière, sur la définition d’un train de vie minimum (pauvreté absolue).

Les enfants sont-ils des enquêtés comme les autres ?

 

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02999628/document?fbclid=IwAR0MuJiZXZ0h7DnvvTmsOMmwQtaDY4XT-OCluv1-PLUjOmTHBrfrD6CVaYk

 

À partir d’une enquête alliant méthodes quantitatives et qualitatives sur le rapport des enfants à la politique, cet article engage une discussion sur les spécificités de l'enfance en tant qu'objet d'enquête pour les sciences sociales. Deux enjeux y sont examinés : le premier porte sur les aptitudes requises pour participer à l’enquête (et donc la fiabilité des réponses enfantines) et le second sur le potentiel déséquilibre de la relation d’enquête. L'article montre que les difficultés rencontrées dépendent des caractéristiques sociales des enfants et qu’elles ne leur sont pas spécifiques : elles découlent principalement de la distance entre l’enquêteur et l’enquêté, ici induite par l’âge, et parfois accentuée par une distance sociale. Les enfants peuvent ainsi être considérés comme des êtres sociaux comme les autres – dont les spécificités peuvent et gagnent à être analysées à l'aune des outils classiques des sciences sociales. 

0 commentaires

Survie des personnes atteintes de cancer en France de 1989 à 2018

La présente étude porte sur le suivi des personnes après un cancer diagnostiqué entre 1989 et 2015, âgées de 15 ou plus au moment diagnostic et résidant dans un des départements métropolitains couverts par un registre (19 à 22 départements selon le cancer étudié). Le statut vital des personnes incluses a été mis à jour au 30 juin 2018 par les registres selon une procédure standardisée. Comme dans la précédente étude [1], les résultats sont structurés en 3 parties :

Partie 1 : Survie à 1 et 5 ans des personnes diagnostiquées entre 2010 et 2015 (tous registres)

Partie 2 : Tendances de la survie nette à 1, 5 et 10 ans des personnes diagnostiquées entre 1990 et 2015 (restriction aux registres couvrant l’ensemble de la période 1990-2015, Hommes et Femmes ensemble)

Partie 3 : Survie nette à long terme (20 ans) des personnes diagnostiquées entre 1989 et 2000 et âgées de moins de 75 ans À noter que certaines hémopathies malignes ne sont analysables que depuis 1995 ou 2003 (cf. Table 7 en section 1.6) : pour ces hémopathies, les tendances en partie 2 portent donc sur la période 1995-2015 ou 2003-2015 respectivement et la partie 3 n’est pas présentée. En termes de méthode, cette nouvelle édition utilise une approche basée sur la modélisation du taux de mortalité en excès pour estimer la survie nette. Les modèles utilisés reposent sur des splines multidimensionnelles pénalisées; ces modèles ont été développés au sein du service de Biostatistique Bioinformatique des HCL [4-5].À noter que l’étude des tendances nationales de l’incidence et de la mortalité utilisait aussi des splines multidimensionnelles pénalisées, mais dans le cadre de modèles de Poisson

L’EDP-Santé un appariement des données socio-économiques de l’échantillon démographique permanent au Système national des données de santé

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/edp-sante_dd_pour_bat1-pour_mise_en_ligne.pdf

 

 

Claire-Lise Dubost, Aude Leduc (DREES)

 

Si le système national des données de santé apporte une grande quantité d’informations sur la consommation et les parcours de soins des bénéficiaires de l’Assurance maladie, son contenu est très limité pour caractériser la situation socio-économique de ces personnes. Dans l’optique d’évaluer la Stratégie nationale de santé 2018- 2022, et en particulier son objectif de réduire les inégalités sociales de santé, la DREES a donc piloté un projet visant à enrichir le SNDS de ce type de données en appariant l’échantillon démographique permanent de l’Insee au SNDS. La base de données résultant de cet appariement, appelée l’EDP-Santé, doit permettre de réaliser des études longitudinales sur les parcours de soins entre 2008 et 2022, à partir d’un échantillon d’un peu plus de 3 millions de personnes, qu’il est possible de croiser avec des données issues des fichiers fiscaux, du recensement (exhaustif, puis par enquête), du panel d’actifs tous salariés de l’Insee, du fichier électoral et de l’État civil. Ce document présente les contours de ce projet d’appariement, sa finalité et sa place dans le paysage des données de santé (partie 1), ses enjeux juridiques et les étapes de sa conception (partie 2), et enfin sa mise en œuvre ainsi que quelques premiers résultats méthodologiques sur sa qualité et ses perspectives d’utilisation (partie 3).  

 

 

Interruptions volontaires de grossesse : une hausse confirmée en 2019

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_1163_ivg_bat.pdf

 

En 2019, 232 200 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été enregistrées en France, dont 217 500 concernent des femmes résidant en métropole. Le taux de recours est à son niveau le plus élevé depuis 1990 et atteint 15,6 IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans en métropole et 28,2 dans les départements et régions d’outre-mer (DROM). Ce sont les jeunes femmes de 20 à 29 ans qui restent les plus concernées, leur taux de recours étant de 27,9 IVG pour 1 000 femmes en France entière. Les écarts régionaux perdurent, les taux de recours allant du simple au triple selon les régions. En métropole, ils varient de 11,8 IVG pour 1 000 femmes en Pays de la Loire à 22,9 IVG en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Plus élevés dans les DROM, ils dépassent 39 pour 1 000 femmes en Guadeloupe et en Guyane. 61 500 IVG ont été réalisées hors d’une structure hospitalière, soit 25,4 % du total des IVG en métropole et 41,6 % dans les DROM. À l’hôpital, la part des IVG instrumentales continue de décroître : elle est de 41 %, soit 30 % du total des IVG. Pour la première fois, les données sur les IVG ont été appariées avec des données fiscales pour l’année 2016. Elles montrent une corrélation nette entre niveau de vie et IVG ; les femmes les plus précaires y recourent sensiblement plus que les plus aisées. 

Repérer les besoins en santé, dans un contexte de crise sanitaire, à partir des déterminants sociaux

 

http://www.lecompas.fr/doc/CompaszOOm25-22Avril2020.pdf

 

Par James Kuperminc et Marc Le Gallo, directeurs d’études au Compas

La crise sanitaire que nous vivons actuellement révèle, sur l’ensemble du territoire national, des besoins en matière de santé pour l’ensemble de la population. Pour autant, là encore, les inégalités sociales opèrent puisque les publics les plus précaires subissent davantage les effets de la crise du Covid-19.

Il importe donc de proposer aux décideurs et aux acteurs locaux des éléments de connaissance sur ces publics potentiellement les plus concernés par les besoins de soins et de prévention. Pour cela, le Compas propose un indice agrégé (baromètre©Compas) s’appuyant sur les différents travaux réalisés dans ce domaine afin de valider des déterminants sociaux de santé pertinents, déclinables pour chaque commune et ses quartiers. Cet indicateur se veut opérationnel en définissant des zones d’actions prioritaires et pourra être croisé avec des projections de population ©Compas, l’offre de soins présente sur la commune ou l’intercommunalité et l’accessibilité aux soins. 

Appréhender les territoires ruraux dans les études de la DREES - Construction d’une typologie à partir des zonages d’étude existants

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/les-dossiers-de-la-drees/article/apprehender-les-territoires-ruraux-dans-les-etudes-de-la-drees-construction-d

 

Les productions et travaux d’études de la DREES nécessitent régulièrement de différencier finement les territoires, en distinguant l’urbain du rural, mais en appréhendant aussi la ruralité dans sa diversité. En effet, les communes rurales constituent un niveau pertinent d’analyse de nombreuses politiques publiques, qu’elles intègrent explicitement l’échelon local – comme la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté – ou implicitement par exemple là travers les enjeux de l’accessibilité de certains équipements. La différenciation des territoires ruraux vs. urbains apporte ainsi un éclairage approprié lorsque l’on étudie, par exemple, les conditions d’accueil des enfants, l’accessibilité des seniors aux établissements pour personnes âgées ou encore leur isolement social, mais aussi le niveau de vie des bénéficiaires de minima sociaux et la structure de leurs dépenses contraintes, etc.

 

Le rapport d’activité 2019 de la DREES

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_d_activite_2019.pdf

 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie son rapport d’activité 2019 qui présente les principaux faits marquants, analyses et chiffres clés de l’année. Vous trouverez également dans ce rapport un focus sur la contribution de la DREES dans l’aide à la décision et l’accompagnement des politiques publiques ainsi qu’un descriptif des enquêtes phares de cette année. Les références aux publications diffusées en 2019 apparaissent par thème illustrant la diversité des sujets traités. Une présentation de l’organisation de la DREES complète ce rapport d’activité.

Score Santé : Appui au déconfinement, Profils de territoires

 

https://www.scoresante.org/profils_territoires.html

 

La Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors) et les Observatoires régionaux de la santé (ORS) mettent à disposition des profils de territoires au niveau de chaque Établissement public de coopération intercommunale - EPCI (métropoles, communautés d’agglomération, communautés urbaines ou communautés de communes) de France.

 

Ces profils permettent de caractériser chaque territoire à partir d’une sélection d’indicateurs en lien avec les facteurs de risque de gravité de la Covid-19 ou avec les situations pouvant favoriser la circulation du virus. Ils ont vocation à aider les décideurs et les acteurs dans le cadre de l’épidémie de Covid-19.

 

En complément, une synthèse nationale permet de voir les similitudes et particularités des EPCI au regard des caractéristiques de la population sur l’ensemble du territoire national. Elle souligne les inégalités territoriales face à la propagation de la Covid-19. À partir de ces travaux, un regroupement des EPCI de France en sept groupes distincts vient en aide aux décideurs, ainsi qu’aux acteurs concernés y compris citoyens, pour décliner de manière adaptée à chaque territoire les mesures de prévention pour réduire la circulation du virus.

Etude qualitative Unaf  : Comment mieux prévenir les accidents de la vie courante ?

 

https://www.unaf.fr/IMG/pdf/bro_12p_etudequali_acvc-4.pdf

 

Noyades, suffocations, chutes, incendies… chaque année, les accidents de la vie courante sont responsables de 190 décès d’enfants de moins de 15 ans et de dizaines de milliers de recours aux services d’urgence. Pour prévenir ces accidents, une nouvelle campagne d’information et de sensibilisation à destination des familles serait nécessaire. L’Unaf soutenu par la Direction générale de la Santé (DGS), a entrepris une enquête qualitative auprès de parents d’enfants de moins de 15 ans pour définir les clefs d’une campagne efficace.

La Plateforme des données de santé (Health Data Hub)

 

https://www.cnil.fr/fr/la-plateforme-des-donnees-de-sante-health-data-hub

 

La Plateforme des données de santé (PDS), infrastructure officiellement créée le 30 novembre 2019, est destinée à faciliter le partage des données de santé issues de sources très variées afin de favoriser la recherche. La CNIL, qui s’est prononcée sur les conditions de sa mise en œuvre, rappelle les enjeux pour les libertés individuelles et les règles à suivre pour les projets qui souhaiteraient en bénéficier.

Système National d'Observation de la Sécurité des Activités Nautiques (SNOSAN)

 

https://www.snosan.fr/

 

Les analyses de l’accidentalité ont vocation à alimenter des axes de préventions par des campagnes de sensibilisation, des outils d’informations (notamment via ce site), des recommandations et conseils sur la sécurité des pratiques, et en derniers recours des propositions de modification de la réglementation.

Lorsque, malgré les efforts de prévention évoqués ci-dessus, un accident survient, sa prise en charge fait successivement intervenir de nombreux acteurs, publics et privés. Cela rend complexe la remontée uniforme et coordonnée d’informations. Ainsi, au-delà de l’objectivation des risques par une meilleure connaissance de l’accidentologie de ces activités, c’est une amélioration de nos actions conjointes et une responsabilisation des plaisanciers qui sont recherchées.

 

La tuberculose en France : une maladie des populations les plus vulnérables

 

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2020/10-11/index.html

 

BEH - N° 10-11 - 7 avril 2020

La maîtrise de la tuberculose passe donc par des solutions adaptées aux populations les plus exposées. L’article de C. Fac et coll. sur le dépistage de la tuberculose en prison montre l’importance de pouvoir assurer le lien avec le système de soins extérieur à la prison, afin de permettre une prise en charge ou une continuité des soins après la sortie de prison, pour une population souvent en situation de précarité et marginalisée. En Seine-Saint-Denis, comme en témoigne l’article de A. Castro et coll., l’incidence de tuberculose est quatre fois supérieure au niveau national, avec une répartition de la maladie similaire à celle des indicateurs de défavorisation sociale. Les auteurs indiquent donc la nécessité de développer des actions de prévention et de prise en charge de la tuberculose, en allant de façon active vers les populations les plus exposé

State of health in the EU : profils de santé 2019

https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/state/docs/2019_chp_fr_french.pdf

 

Les profils de santé par pays produits dans le cadre de l’initiative State of Health in the EU fournissent un aperçu concis et pertinent de la santé et des systèmes de santé dans les États membres de l’Union européenne (UE) et de l’Espace économique européen (EEE), soulignant les caractéristiques et les enjeux particuliers à chaque pays, sur fond de comparaisons entre pays. Ils visent à soutenir les décideurs et les influenceurs en leur offrant un outil d’apprentissage mutuel et d’échanges volontaires. Ces profils ont été préparés par l’OCDE et  l’European Observatory on Health Systems and Policies avec la Commission européenne. L’équipe remercie le réseau Health Systems and Policy Monitor, le comité de la santé de l’OCDE et le groupe d’experts de l’UE sur l’information en matière de santé pour leurs commentaires et suggestions précieux.

 

Géodes est l’observatoire cartographique des indicateurs épidémiologiques produits par Santé publique France.

 https://geodes.santepubliquefrance.fr

 

A qui s’adresse Géodes ? : Géodes est ouvert à tous, professionnels de santé, grand public. Aucune authentification n’est requise.

Que peut-on faire avec Géodes ? Géodes permet de visualiser des indicateurs sous forme de cartes géographiques, de tableaux et de synthèses. Ces éléments peuvent être imprimés et téléchargés (cartes, tableaux, graphiques de la synthèse). Les cartes peuvent être réutilisées sous forme de lien, intégrées à une page web ou partagées sur des réseaux sociaux. 


Estimations régionales et départementales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France, 2007-2016

 

http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-chroniques-et-traumatismes/Cancers/Donnees-par-territoire

 

Retrouvez pour la 1ère fois, 16 synthèses régionales et départementales sur l’incidence et la mortalité de 24 cancers

 


La dépression en France chez les 18-75 ans : résultats du Baromètre santé 2017

 

http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/32-33/2018_32-33_1.html

 

Le fardeau sanitaire, économique et social induit par les troubles mentaux a contribué à inscrire la santé mentale au premier rang des priorités de santé publique. L’objectif de ce travail est de présenter les données de prévalence de l’épisode dépressif caractérisé (EDC) en France métropolitaine en 2017, d’identifier les segments de population les plus concernés et d’observer les évolutions depuis 2005.

 


« Minima sociaux et prestations sociales » Ménages aux revenus modestes et redistribution

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/minima2018.pdf

 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie « Minima sociaux et prestations sociales  ». Cet ouvrage de référence offre un panorama complet des différents dispositifs permettant d’assurer la redistribution en faveur des ménages les plus modestes. L’édition 2018 propose des études sur les conditions de vie et de logement, l’emploi, l’accompagnement et l’insertion, les revenus, la santé et les trajectoires des bénéficiaires de minima sociaux. L’ouvrage présente, en outre, les barèmes en vigueur à ce jour et des données statistiques recueillies jusqu’en 2016. Les effets des prestations sociales sur la réduction de la pauvreté dans l’ensemble de la population et par catégorie sont analysés

 


Le cancer en France

http://www.e-cancer.fr/ressources/cancers_en_france/

 

Dans le cadre des missions qui lui sont confiées par la loi, en parti-culier celle de coordonner la lutte contre le cancer, l’Institut natio-nal du cancer (INCa) publie son dixième rapport « Les cancers en France » qui, dans la continuité des éditions précédentes, propose pour l’ensemble des thématiques du cancer et de la cancérologie un panorama des connaissances et des données actualisées sur la situation des cancers en France, concernant l’épidémiologie, la pré-vention, le dépistage, les soins, la vie avec le cancer, les inégalités face au cancer et la recherche. Ce rapport a pour objectifs d’informer les lecteurs, d’éclairer les décideurs et de faciliter le suivi de la politique française de lutte contre les cancers

 


L'Institut national du cancer publie l'essentiel des faits et chiffres des cancers en France en 2017

 

http://www.e-cancer.fr/Actualites-et-evenements/Actualites/L-Institut-national-du-cancer-publie-l-essentiel-des-faits-et-chiffres-des-cancers-en-France-en-2017

 

Issu du rapport « Les cancers en France – Edition 2017 », qui sera publié en juin 2018, « L’essentiel des faits et chiffres » présente les données clés sur le cancer et la cancérologie. Au-delà des données générales, deux focus sont proposés. Le premier concerne la question de la participation au programme du dépistage du cancer colorectal, le second fait le point sur la consommation d’alcool et les risques de cancers attribuables à sa consommation. 

 

 


Les accidents de la vie courante en France métropolitaine selon l'Enquête santé et protection sociale 2012

 Les accidents de la vie courante en France métropolitaine selon l'Enquête santé et protection sociale 2012

http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/32/pdf/2017_32_1.pdf

 

(Santé publique France, décembre 2017) 

« Les accidents de la vie courante (AcVC) constituent un enjeu majeur de santé publique. Ils entraînent chaque année en France plus de 21000 décès et plusieurs centaines de milliers d'hospitalisations. Les données de l'Enquête santé et protection sociale (ESPS) ont été analysées dans un double objectif : mesurer les taux d'incidence des accidentés en France métropolitaine en 2012 et identifier les facteurs associés aux AcVC. » 

 


Projection de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine en 2017

 

http://episante-bfc.org/track/click/2062/1424

 

Objectif : les projections d’incidence et de mortalité par cancer permettent d’estimer pour l’année en

cours les nombres attendus de nouveaux cas et de décès par cancer au niveau national. Cette

publication bisannuelle permet d’appréhender de façon réactive les besoins de la population en matière

de prise en charge des cancers. Ce travail s’inscrit dans l’objectif 15 du Plan Cancer 2014-2019

« Appuyer les politiques publiques sur des données robustes et partagées ». 


L’Atlas de la santé mentale en France - version numérique

L’Atlas de la santé mentale en France - version numérique

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/communiques-de-presse/article/l-atlas-de-la-sante-mentale-en-france-version-numerique

 

L’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé lancent : http://santementale.atlasante.fr, un atlas interactif qui constitue une base de données territorialisée en santé mentale inédite. Il a été conçu en collaboration avec l’Agence régionale de la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARS Paca), et avec l’appui de l’équipe Atlasanté, le projet mutualisé de système d’information géographique des agences régionales de santé.

 


Poids à la naissance et origine sociale : qui sont les enfants les plus exposés au surpoids et à l’obésité ?Le cancer en France métropolitaine : projections d’incidence et de mortalité par cancer en 2017

 

http://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Le-cancer-en-France-metropolitaine-projections-d-incidence-et-de-mortalite-par-cancer-en-2017

 

Cancer du poumon, cancer du sein, cancer de la prostate, cancer du côlon-rectum… quelles sont les prévisions attendues ? Le réseau des registres des cancers Francim, le service de biostatistique des Hospices civils de Lyon, Santé publique France et l’Institut national du cancer publient les projections d’incidence et de mortalité par cancer en France métropolitaine pour 19 localisations cancéreuses.

 


Poids à la naissance et origine sociale : qui sont les enfants les plus exposés au surpoids et à l’obésité ?

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/poids-a-la-naissance-et-origine-sociale-qui-sont-les-enfants-les-plus-exposes

 

Muriel Moisy (DREES) - Le lien entre poids de naissance et statut pondéral des enfants et adolescents est marqué par un gradient social. Alors que les gros bébés sont plus nombreux chez le

s cadres que chez les ouvriers (8 % contre 6 %), la surcharge pondérale à 5-6 ans concerne davantage les enfants d’ouvriers que de cadres (16 % contre 7 %). Par ailleurs, comparativement aux enfants des autres groupes sociaux, les enfants de cadres sortent plus fréquemment de l’obésité entre 6 et 15 ans. Les habitudes de vie favorisant le surpoids sont, en effet, plus répandues chez les ouvriers.

 


L'Atlas régional de la culture

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-d-ouvrages/Atlas-regional-de-la-culture/Atlas-regional-de-la-culture-2017

 

France : Profils de santé par pays 2017, State of Health in the EU

https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/state/docs/chp_fr_french.pdf

 

Panorama de la santé 2017 - Les indicateurs de l'OCDE

http://www.oecd.org/fr/sante/systemes-sante/panorama-de-la-sante-19991320.htm

 

"L’information santé en Belgique francophone - Etat des lieux, attentes de la population et impact d’internet"

http://www.institut-solidaris.be/wp-content/uploads/2017/11/Rapport-final-Enquete-InformationSante.pdf

 

Etat de santé et dépendance des personnes âgées en institution ou à domicile

http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_988.pdf

 

L'Atlas régional de la culture

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-d-ouvrages/Atlas-regional-de-la-culture/Atlas-regional-de-la-culture-2017

 

France : Profils de santé par pays 2017, State of Health in the EU

https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/state/docs/chp_fr_french.pdf

 

Panorama de la santé 2017 - Les indicateurs de l'OCDE

http://www.oecd.org/fr/sante/systemes-sante/panorama-de-la-sante-19991320.htm

 

L’information santé en Belgique francophone - Etat des lieux, attentes de la population et impact d’internet"

http://www.institut-solidaris.be/wp-content/uploads/2017/11/Rapport-final-Enquete-InformationSante.pdf

 

Etat de santé et dépendance des personnes âgées en institution ou à domicile

http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_988.pdf