Pensez à vous abonner à la lettre bi-mensuelle de Pratiques en santé pour 2019 , si cela n'est pas déjà le cas. Le lien : https://www.pratiquesensante.org/inscription-lettre/

PERSONNES ÂGÉES

 

 

Pour connaître les personnes ressources : https://www.pratiquesensante.org/personnes-ressources/

Vieillir à deux. Aider son conjoint, se faire aider

 

https://www.statistiques-recherches.cnav.fr/images/publications/cahier-cnav/Cahiers-Cnav-15.pdf

 

Renaut Sylvie, Broussard Célia, Peyrache Malorie, Rochut Julie

La prolongation de la vie à deux place les conjoints au cœur de l’entraide et des aides dans le couple vieillissant et ce jusqu’au grand âge. Dans des entretiens menés en 2017, 25 couples témoignent de la norme de solidarité à l’égard du conjoint et du recours légitime aux professionnels pour épargner les enfants. Ils dévoilent le mode d’organisation à deux autour de 4 configurations d’aides. Aux premiers temps de la retraite, la vie à deux renforce la capacité à faire face aux besoins du couple, avec le partage de certaines tâches assumées antérieurement plutôt par les femmes. Lorsque les problèmes de santé affectent l’homme, le rôle du soin endossé par les femmes conduit à restreindre la disposition du couple à se faire aider par l’extérieur. Au contraire, lorsque la femme décline, les hommes intègrent mieux les aides extérieures pour les accompagner. Enfin, si les deux conjoints sont en situation de handicap ou si une entrée en établissement s’impose, l’arbitrage des professionnels se renforce et limite la capacité de négociation et de décision des couples. Les Cahiers de la CNAV, 2020, n° 15, 87p.

L’action des MAIA au service des territoires et de l’évolution et de l’évolution du système de santé du système de santé - Retours d’expériences en Occitanie

 

https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/static.hospimedia.fr/documents/210352/5882/Maia.pdf

 

MAIA est une méthode qui associe tous les acteurs engagés dans l’accompagnement des Personnes Âgées (PA) de 60 ans et plus en perte d’autonomie et de leurs aidants grâce à une démarche novatrice : l’intégration des services d’aide et de soins. L’intégration fait l’objet d’une préoccupation internationale depuis les années 90 et fait partie des politiques publiques en France depuis 2008. Le dispositif MAIA a été expérimenté dès 2008, dans le cadre du 3e Plan Alzheimer (2008-2012). En 2011, le dispositif MAIA a été généralisé sur le plan national. Il est ensuite devenu “Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’Autonomie”  

Fin de vie en EHPAD, de l’hébergement à l’accompagnement - Propositions opérationnelles pour une culture globale de la fin de vie

 

https://www.vulnerabilites-societe.fr/wp-content/uploads/2020/10/CercleVS-NoteFDV-EHPAD-Oct20.pdf

 

A partir de l’affirmation de grandes orientations, illustrées par des propositions pratiques ciblées, cette note ambitionne donc d’aider les EHPAD à être, en raison de leurs caractéristiques propres, des lieux de référence dans la manière de mieux accompagner la fin de vie, améliorant en cela la qualité de la vie jusqu’au bout. Ce faisant, ce travail peut aussi influencer le système sanitaire, essentiellement soumis à des paradigmes fonctionnalistes, hygiénistes et sécuritaires, et l’aider à mieux prendre en compte toutes les dimensions de l’humain et de la vie. Il peut également contribuer à la réflexion nationale «Grand âge et autonomie » en cours et plus largement favoriser une meilleure et nécessaire acculturation de la question de la mort dans notre société 

Chutes des personnes âgées à domicile : caractéristiques des chuteurs  et  des circonstances de la chute

 

https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/291879/document_file/349082_spf00002491.pdf

 

Chutes des personnes âgées à domicile : caractéristiques des chuteurs et des circonstances de la chute, Volet « Hospitalisation » de l’enquête ChuPADom, 2018 

 

Les chutes sont à l’origine d’une morbidité et d’une mortalité importantes, représentant ainsi un problème de santé publique majeur. ChuPADom est une enquête prospective multicentrique composée de deux volets. Le volet « Hospitalisation » avait pour objectifs de décrire les caractéristiques et les circonstances des chutes à domicile chez les personnes âgées de 65 ans et plus hospitalisées et d’identifier des profils de chuteurs. Après une description de l’échantillon, des profils de chuteurs ont été identifiés à partir d’une ACM et d’une classification ascendante hiérarchique. 

 

L’échantillon est composé de 1467 patients dont 69% de femmes. L’âge moyen est 84,5 ans. Près de 80% des patients ont chuté durant la journée. Les activités réalisées au moment de la chute les plus fréquemment citées étaient l’hygiène/la toilette (15%) et la marche (14%) ; le lieu de survenue de la chute était pour 20% la chambre et la chute était pour 43% des cas de leur hauteur ou de faible hauteur. Plus de la moitié des patients avaient déjà été victimes d’une chute lors des 12 mois précédent l’enquête. 

 

Près de 45% des patients de l’échantillon souffraient d’une fracture à la suite de la chute et 26% présentait une plaie. Environ 16% ont eu un traumatisme crânien, 14% présentaient une rhabdomyolyse et seulement 4% un syndrome post-chute. 

 

Cinq profils de chuteurs ont été identifiés : séniors jeunes prenant des risques chutant de grande hauteur ; séniors vivant dans une maison chutant dans les escaliers ; personnes âgées autonomes chutant lors d’une perte d’équilibre ou de leur hauteur ; personnes âgées dépendantes chutant lors d’activité à faible intensité ; et personnes très âgées, limitées dans les activités de la vie quotidienne dont les informations déclarées sont souvent manquantes. 

 

Ces résultats pourront contribuer à la mise en place d’action de prévention ciblée et seront enrichis par le volet « Séquelles 

Guide méthodologique pour la création de coopérations locales veille contre l'isolement social des personnes âgées (VISA)

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_methodo_visa_2020.pdf

 

L’objectif de ce rapport est de détailler les modalités possibles de sa mise en œuvre. Cette nécessité est d’autant plus grande qu’à partir du 11 mai, les personnes âgées et fragiles sont invitées à réduire leurs sorties et à maintenir, sinon un confinement drastique, du moins à être très prudentes. Cette situation intermédiaire, qui n’est donc pour elles pas un retour « à la normale », maintient un risque d’isolement accru, alors même que l’élan de solidarité qui a caractérisé la phase 1 de la crise (du 16 mars au 11 mai) est susceptible de s’atténuer. Une telle organisation est également à même d’aider à la prévention et à la réponse d’un épisode caniculaire estival sur fond de circulation du virus sur le territoire et de maintien de l’auto-confinement, sur la base de la responsabilité individuelle, d’un nombre significatif de personnes vulnérables. 

Personnes âgées : lancement d'un site dédié à l'innovation sociale

 

Partager l’innovation pour changer de regard sur le handicap et le vieillissement

https://odas.labau.org/

 

"Dans la pratique, ce site web s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux thématiques de l’avancée en âge, du handicap et de l’accompagnement de la perte d’autonomie.

 

Pour ce faire, il met à leur disposition, en libre accès, des initiatives inspirantes expertisées par l’Odas, géolocalisées et présentées sous forme de fiches détaillées. Des portraits d’acteurs investis auprès des personnes âgées, de celles en situation de handicap et de leurs familles. Une actualité de l’innovation dans le champ de l’autonomie. Et prochainement, un extranet pour favoriser le partage de ressources, d’expériences, le développement de projets collectifs…

Les internautes ont également la possibilité de signaler en ligne toute initiative qu’il leur semblerait pertinent de soumettre à l’expertise du Lab’AU, avant une éventuelle diffusion..."

L'isolement des personnes âgées à l'heure du déconfinement, quelles perspectives territoriales ? 

 

https://www.gerontopole-paysdelaloire.fr/sites/default/files/inline-files/e%CC%81tude-isolement-finale-2.pdf

 

La pandémie de COVID-19 et les mesures restrictives qui l'accompagnent, mettent sur le devant de la scène certaines réalités sociales et économiques chroniquement refoulées (utilité sociale de certains métiers, inégalités des conditions d'habitation, inégalités éducatives...). Dans ce cadre, les personnes âgées subissent une double peine : celle d'être plus sensibles au virus et celle de voir la fréquence de leurs relations sociales diminuer. S'appuyant sur l'expérience de la canicule de 2003, le gouvernement a lancé fin mars une mission interministérielle de lutte contre l'isolement des personnes âgées, mobilisant ainsi de nombreux acteurs et initiatives. En complément, la présente étude du Gérontopôle des Pays de la Loire montre que l'exposition au risque d'isolement des personnes âgées n'est pas le même sur l’ensemble des territoires où les principales démarches répondant à cet enjeu se sont déployées de manière hétérogène, mettant à nu des zones de fragilité alors qu’il conviendrait d’y répondre de manière permanente et équitable. 

HAS : Le risque médicamenteux au domicile

 

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-07/diqasm_sr_guide_medicament_dom_publi.pdf

 

Ce guide a pour finalité de limiter voire éviter tout incident lié à l’organisation du circuit du médicament au domicile des personnes âgées ou en situation de handicap (élaboration des piluliers, suivi des traitements, etc.). Le guide ne traite pas de la question de l’adaptation de la prescription. Il a pour objectif de définir des points de vigilance pour : ‒ Mettre en place une politique de gestion du risque médicamenteux ‒ Gérer le risque médicamenteux tout au long de l’accompagnement des personnes ; ‒ Assurer la coordination entre les différentes structures intervenant auprès de la personne. Pour cela, le guide rappelle les étapes du circuit du médicament de la prescription à l’administration ainsi que les missions et les responsabilités, règlementairement définies de chacun des professionnels concernés. Au regard de chacune des étapes, le document identifie des facteurs de risque et de facteurs de protection à mettre en place s’agissant de la personne, du service et de la coordination entre les professionnels 

Compétences de vie des personnes âgées

Brochure et document de travail sur le thème des compétences de vie des personnes âgées

 

La brochure «Compétences de vie et santé psychique des personnes âgées» est un guide pour les responsables de projets et de programmes concernant les possibilités d’intervention pour promouvoir les compétences de vie chez les personnes âgées. Le document de travail correspondant contient des bases complémentaires.

 

Vers la brochure > https://mailversand.frappant.ch/t/j-l-qdljtc-spuhluhk-z/

Vers le document de travail > https://mailversand.frappant.ch/t/j-l-qdljtc-spuhluhk-v/

Demain, Je pourrai choisir d’habiter avec vous! -  Denis PIVETEAU/Jacques WOLFROM

 

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2020/06/rapport-habitat-inclusif.pdf

 

La mission qui nous a été confiée, consistant à proposer une « stratégie nationale pour le déploiement à grande échelle de l’habitat inclusif », part d’une intuition forte, au carrefour de trois grands mouvements de société bien établis : 

- la reconnaissance croissante de ce qu’il faut permettre à chacun d’être le plus pleinement « capable », malgré l’âge ou le handicap. Et la compréhension de ce que la perte d’autonomie, obstacle sur ce chemin de mise en capacité, est une « situation », c’est-àdire la confrontation d’une déficience à un environnement de vie inadapté. Le chemin d’autonomie, et donc de liberté, passe ainsi par la création d’un entourage qui se fait « soutenant ». Désir de liberté, grâce à l’environnement de vie. 

- le désir du « droit commun » pour tous, de ce que le regard porté sur la personne âgée, ou vivant avec un handicap, ne la saisisse pas, d’abord, à travers son âge ou son handicap, mais pour la personne qu’elle est. Et par conséquent, la réticence croissante à l’idée d’aller demeurer dans des habitats réservés, à l’écart. Pouvoir habiter, à l’égal de tous, au milieu de tous. Désir d’égalité, dans l’accès à ces environnements de vie. 

- enfin, la montée massive des situations d’isolement et leur cortège de conséquences psychologiques, sociales et de santé. Tout a été dit sur ses causes : déconstruction de cercles traditionnels, effets de la décohabitation, appauvrissement des solidarités de voisinage. Un tissu social porteur de fraternité est à reconstruire. Et les auteurs de ce rapport ne sont pas loin de penser que l’isolement –la solitude subie – sera peut-être un jour, en même temps que l’accès au logement et étroitement lié à lui, le « 6 ème risque » de la protection sociale. Désir d’une fraternité vécue dans l’environnement de vie 

Concertation : Grand âge et autonomie, Dominique Libault, Mars 2019

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_grand_age_autonomie.pdf

 

 Nous vieillissons, la France vieillit. Pour paraphraser La Fontaine, il n’est rien de moins ignoré, rien où l’on soit moins préparé. Maints rapports ont dénoncé le fait que notre société « performative » tend à rendre invisibles les personnes du très grand âge, que ce soit dans les représentations (publicité, médias) ou dans l’organisation de la société (isolement chez soi ou entre elles dans les établissements spécialisés). Ce manque de visibilité et d’organisation de la représentation, conjugué aux difficultés des finances publiques, et notamment des finances sociales, dans les dernières décennies, peut expliquer sans l’excuser le retard pris par notre pays, en dépit de plans successifs, pour reconstruire une politique de la longévité, notamment en prévision de l’accroissement à venir très significatif du nombre des personnes âgées dans notre société. La concertation s’est traduite par des contributions très riches et convergentes de la part de tous les acteurs. Ce rapport en est la traduction la plus fidèle possible et je remercie tous les acteurs. Je remercie vivement l’équipe qui m’a accompagné pour la construction de cette concertation et la rédaction de ce rapport* . Un nouveau regard sur le grand âge est indispensable: inclusion et autonomie doivent être les maîtres mots. Aider nos parents à vivre debout, avec les autres, dans la dignité, ne doit pas être une préoccupation marginale mais être au cœur de notre pacte social car elle engage, non seulement le bien-être des personnes qui nous sont chères, mais la vision que nous avons de notre société, de l’égalité femme/homme, de notre vivre ensemble, de notre vie individuelle et collective.

L’institutionnalisation des personnes âgées dépendantes

https://www.irdes.fr/documentation/syntheses/l-institutionnalisation-des-personnes-agees-dependantes-elements-de-comparaison-internationale.pdf

 

Réalisée à la demande de la Drees, cette bibliographie a pour objectif d’identifier de la littérature scientifique (articles, ouvrages, rapports, littérature grise …) sur l’institutionnalisation des personnes âgées dépendantes dans les pays de l’OCDE. Les aspects principalement documentés sont : • La description des politiques d’aide à la prise en charge des personnes âgées dépendantes en comparaison internationale. Quand intervient l’institutionnalisation ? Peut-on identifier des modèles nationaux ? • Quels sont les poids des déterminants culturels et institutionnels, notamment le rôle de la famille et les capacités de prise en charge par les aidants dans la construction des politiques de prise en charge des personnes âgées dépendantes ? • Comment améliorer le système d’information statistique français à partir des expériences étrangères ? Modèles de calcul des taux de dépendance par pays (bases de données, enquêtes adhoc…) ; modèles de microsimulation sur les projections des dépenses de santé. Les recherches bibliographiques ont été réalisées sur les bases et portails suivants Base de l’Irdes, Banque de données en santé publique (BDSP), Medline, Econlit, Cairn, Science direct…. sur la période allant de 2010 à février 2020. Les notices bibliographiques sont classées par ordre d’alphabétique d’auteurs et de titres. Cette bibliographie ne prétend pas à l’exhaustivité. 

Accompagnement professionnel de la dépendance des personnes âgées

Drees, Dossiers de la Drees n° 51

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd51.pdf

 

« Ce document propose de quantifier, à l’échelle départementale, l’activité des aides à

domicile, infirmiers libéraux et aides-soignants des Services de soins infirmiers à domicile

(Ssiad) ainsi que des professionnels des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées

dépendantes (Ehpad). Plusieurs sources sont croisées afin d’estimer, à la fois en temps passé

auprès des personnes et en termes de financements publics, la part des différents acteurs de

l’accompagnement. »

 

Aller au-devant des publics et repérer les fragilités

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/rompre-l-isolement-des-personnes-agees/elus-locaux/article/aller-au-devant-des-publics-et-reperer-les-fragilites  

kIT DE FORMATION / https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/formation_esoger1_fr.pdf

 

Sont présentées ici des initiatives susceptibles d’aider les élus locaux à identifier les personnes fragiles sur leur territoire et des outils permettant d’aller à leur rencontre.

L’ESOGER, un outil d’évaluation socio-gériatrique de premier niveau en période de distanciation sociale

 

L’ESOGER1 se présente sous la forme d’un questionnaire court (de 3 à 5 min) réalisé par téléphone avec la personne âgée ou son proche. Elle recense des indicateurs sociaux et gérontologiques afin d’établir un niveau de risque détectant une situation nécessitant le cas échéant une ou des intervention.s préventive.s. L’ESOGER1 aboutit à un « score de risque » immédiatement interprétable et propose de déclencher des actions spécifiques reliées à ce score comme contacter un centre social, une infirmière, demander l’intervention d’un médecin… L’ESOGER1 est librement accessible sur la plateforme Internet sécurisée du Centre d’Excellence sur la Longévité. L’ESOGER1 peut être complétée en ligne, puis son résultat enregistré sur un ordinateur (pdf) ou imprimé. L’ESOGER1 a fait l’objet travail d’adaptation au contexte français par des membres de l’équipe opérationnelle de la mission

Le recours des personnes âgées vulnérables aux emplois et services d’aide à domicile – Conseil de l’âge, Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge

 

Rapport : http://www.hcfea.fr/IMG/pdf/hcfea_conseil_de_l_age_rapport_emplois_et_services_a_domicile_vf_avril_2020.pdf

Avis : http://www.hcfea.fr/IMG/pdf/hcfea_conseilage_avis_rapport_emplois_et_services_a_domicile_vf_avril2020.pdf

 

Le secteur de l’aide à domicile des personnes âgées vulnérables, terme choisi par le Conseil de l’âge pour remplacer celui de "personnes âgées en perte d’autonomie", est actuellement dans une situation préoccupante et fragile, qui ne lui permet pas en l’état de répondre à la hauteur des enjeux du vieillissement des personnes âgées à leur domicile. […] Une note liminaire au rapport apporte un éclairage sur le secteur des services à la personne dans son ensemble, les caractéristiques du recours des personnes âgées de plus de 60 ans aux services à domicile, les aides auxquelles elles peuvent prétendre et le coût pour les finances publiques. 

Lutter contre l’isolement des personnes âgées et fragiles isolées en période de confinement

Olivier Véran annonce retenir les premières mesures du plan de mobilisation nationale contre l’isolement proposé par Jérôme Guedj - Ministère des Solidarités et de la Santé

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/olivier-veran-annonce-retenir-les-premieres-mesures-du-plan-de-mobilisation

 

 

Par lettre de mission du 24 mars 2020, Olivier Véran a confié à Jérôme Guedj, ancien Président du conseil départemental de l’Essonne et ancien parlementaire, la mission « d’identifier les leviers qui sont aujourd’hui à la main des pouvoirs publics, des acteurs de terrain et de la société civile pour combattre l’isolement des personnes fragiles – c’est-à-dire, nos aînés et les personnes en situation de handicap - pour le temps de crise mais aussi pour la période qui suivra ». Il lui demandait également « de proposer et de coordonner un dispositif opérationnel de mobilisation ».

 

Fiche Lisa n°6 - La littératie en santé et les personnes âgées

 

https://www.cultures-sante.be/component/phocadownload/category/26-fiche-lisa.html?download=355:fiche-lisa-6

 

L'objectif de la fiche est de sensibiliser et soutenir les professionnels du social et de la santé aux particularités que rencontrent les personnes âgées. Elle propose également des pistes d'actions qui valorisent l'approche collective et participative. Cette fiche a été alimentée par l’expérience de professionnels issus de différents secteurs travaillant avec des personnes âgées : Alzheimer Belgique, le service de néphrologie de l’hôpital Erasme, la maison de repos Magnolia de Jette ou encore le service Enéo de Liège. Le contenu de la fiche a été enrichi par les perspectives d'un groupe de personnes âgées adhérentes d’Enéo. Nous les remercions encore pour leur implication.

Un tiers des personnes âgées vivant en établissement sont dans un état psychologique dégradé

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1141.pdf

 

Abdoul-Carime, Shirine ; in Etudes et Résultats, n°1141, janvier 2020, 6p.

L’état psychologique de l’ensemble des résidents d’établissements pour personnes âgées est en moyenne moins bon que celui des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile, d’après l’enquête CARE de la DREES réalisée en 2015 et 2016. Cet écart s’explique en partie par le fait que la dégradation de l’état de santé de ces personnes est la cause majeure de l’entrée en établissement. Parmi les seniors de plus de 75 ans, 56 % des résidents d’établissements déclarent avoir souffert de fatigue, de lassitude ou d’épuisement au cours de l’année, contre 44 % des personnes âgées résidant à domicile. Le manque d’appétit et de motivation pour effectuer des activités quotidiennes est respectivement deux et sept fois plus fréquents chez les personnes vivant en établissement que parmi celles restées à domicile. Les états dépressifs sont également plus répandus que dans le reste de la population du même âge. La moitié des résidents consomment des antidépresseurs, contre une personne âgée de plus de 75 ans sur sept résidant à domicile. Un senior sur cinq vivant en établissement déclare souffrir de dépression. Environ un tiers des résidents en établissement sont en situation de détresse psychologique, contre un quart des plus de 75 ans vivant à domicile. L’état de santé, la fréquence et la qualité des relations sociales sont les principaux facteurs associés à l’état psychologique. Le sentiment d’isolement est toutefois un meilleur indicateur du bien-être que la fréquence objective des visites.

Dossier Rhizome : Vivre le vieillissement

 

http://www.ch-le-vinatier.fr/documents/Publications/RHIZOME_Orspere-Samdarra/Rhizome_74.pdf

 

En ce début de décennie 2020, bien vivre et accompagner le vieillissement est un enjeu social, politique et de santé majeur. Si le modèle de développement moderne et occidental a longtemps rendu invisibles les personnes les plus âgées, la médiatisation des conditions de vie et de travail dans certaines institutions a mis en lumière la place des personnes les plus âgées dans nos sociétés. D’un côté, la population âgée n’a jamais été aussi nombreuse, l’espérance de vie s’accroît chaque année mais, de l’autre, cette espérance « en bonne santé » reste contenue, questionnant les modalités d’accompagnement et de soin des personnes. Ce numéro de Rhizome interroge les épreuves du vieillissement, que ce soit de manière globale

ou plus précisément pour les personnes en situation de précarité et/ou avec des troubles de santé mentale...

Grand âge et autonomie - Une stratégie globale pour prévenir la perte d’autonomie 2020 – 2022

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_vieillir_en_bonne_sante_2020-2022.pdf

 

La transition démographique nous conduit d’ici 2030 vers une société où les plus de 65 ans seront plus nombreux que les moins de 15 ans. Ce qui est devant nous, c’est une société au visage nouveau : une société de la longévité. Cette révolution impose de passer un cap en matière de prévention

et de recherche, pour que la société de la longévité soit une société de la longévité en bonne santé, une société dans laquelle les aînés seront de moins en moins nombreux à perdre leur autonomie. Car cela est possible. La perte d’autonomie n’est pas une fatalité. Elle n’est pas liée à l’âge mais à la maladie. Aujourd’hui, sur 10 personnes qui décèdent en France, 4 ont connu la perte d’autonomie dont 2 de façon sévère. Demain, grâce à la prévention, la perte d’autonomie doit devenir l’exception.

Guide culinaire pour les aidants des personnes âgées vivant à domicile

 

https://fondation.adrea.fr/uploads/documents/5dee52df01826.pdf

 

Le Centre de Recherche de l'Institut Paul Bocuse est accompagné par la Fondation d'entreprise ADRÉA depuis 2018 pour la réalisation d'un guide œuvrant à l'amélioration du plaisir alimentaire des personnes âgées dépendantes vivant à domicile. Ce guide, intitulé "Le plaisir dans l'assiette, Personnes âgées en perte d'autonomie", est destiné à leurs aidants - familiaux ou professionnels. 

Pour élaborer ce guide, le Centre de Recherche s'est d'abord intéressé aux habitudes et aux préférences alimentaires des personnes âgées dépendantes vivant à domicile. En croisant ces informations avec de la littérature scientifique, l'équipe du Centre de Recherche a pu déterminer leurs particularités alimentaires, ainsi que des solutions pratiques adaptées aux contraintes des aidants. 

Rapport Petits Frères des Pauvres : Solitude et isolement des personnes âgées en France : quels liens avec les territoires ?

 

https://www.petitsfreresdespauvres.fr/media/987/download/2019_09_29_solitude_isolement_personnes_agees_territoires_PFP_BD-def.pdf

 

Est-ce que nos aînés sont plus isolés en milieu rural ou en milieu urbain? Cet isolement est-il le même? Y a-t-il des réponses territoriales à l’isolement des personnes âgées?  Il nous a paru essentiel de mieux connaître et comprendre les processus d’isolement que l’on habite en zone urbaine ou en zone rurale, de nous intéresser aux différentes composantes de ces zones et de présenter des résultats affinés selon les différentes typologies de territoires. Mieux qualifier l’isolement de nos aînés sur les territoires, c’est pouvoir mieux le combattre!

Plaidoyer : Pour une politique publique visant à prévenir et réduire l'isolement

 

https://monalisa-asso.fr/actualites/item/pour-une-politique-publique-visant-a-prevenir-et-reduire-l-isolement

 

La prochaine loi Grand Age Autonomie offre une opportunité pour co-construire une réponse politique fondée sur la mobilisation des collectivités locales, la coopération des acteurs et la contribution des citoyens.Quelques semaines avant la possible présentation de ce projet de loi, la commission plaidoyer de MONALISA a rédigé un texte validé par le conseil d'admnistration pour apporter une contribution et formuler des propositions.

Prévenir les chutes : un dispositif d'information pour le grand public et les professionnels

 

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2019/prevenir-les-chutes-un-dispositif-d-information-pour-le-grand-public-et-les-professionnels

 

Les chutes sont évitables, notamment au domicile, et doivent être évitées pour réduire le nombre d’hospitalisation et de décès – 9 000 personnes âgées décèdent en moyenne chaque année suite à une chute accidentelle. C’est un événement fréquent – environ 1 personne sur 3 de plus de 65 ans chute par an – dû au vieillissement biologique qui peut altérer le fonctionnement des différentes composantes intervenant dans la posture et l’équilibre d’une personne (sensorielle, musculaire, posturale, somesthésique et cognitive). La bonne nouvelle c’est qu’un travail sur l’équilibre physique et psychique de la personne, associé à l’aménagement du logement, peut réduire le nombre de chutes et leur impact sur la santé.

Milieu rural ou urbain : contre l’isolement des personnes âgées dans les territoires

 

https://www.petitsfreresdespauvres.fr/informer/prises-de-positions/milieu-rural-ou-urbain-contre-l-isolement-des-personnes-agees-dans-les-territoires

 

Depuis 3 ans, les Petits Frères des Pauvres publient un rapport sur une problématique vécue par nos aînés isolés. En 2019, il est consacré aux liens entre solitude, isolement de nos aînés et territoires (CSA Research). Face à une progression de l’isolement des personnes âgées, phénomène peu mesuré et étudié par les statistiques officielles, il nous a semblé pertinent d’essayer de comprendre leurs attentes et leurs difficultés au quotidien. Notre étude révèle que 4,6 millions de Français de 60 ans et plus ressentent de la solitude. 3,2 millions sont même en risque d'isolement relationnel, c'est-à-dire qu'ils peuvent passer des journées entières sans parler à personne. 

Aide sociale aux personnes âgées ou handicapées : les départements ont attribué 2 millions de prestations fin 2018

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1129.pdf

 

D’après l’enquête Aide sociale menée chaque année par la DREES, les départements ont délivré, fin 2018, 2,01 millions de prestations d’aide sociale à des personnes âgées ou handicapées, en France métropolitaine et dans les DROM, soit une augmentation de 1,4 % en un an.

Les personnes âgées ont bénéficié, fin 2018, de 1,47 million d’aides sociales départementales, un chiffre en hausse de 1 % par rapport à 2017. Ces prestations comprennent 54 % d’aides à domicile et 46 % d’aides à l’accueil. L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) représente 90 % de l’ensemble des aides aux personnes âgées : 777 600 bénéficiaires à domicile et 548 000 en établissement. Fin 2018, 124 100 personnes âgées perçoivent l’aide sociale à l’hébergement (ASH), soit 8 % des aides aux personnes âgées.

Le nombre d’aides sociales départementales allouées aux personnes handicapées s’établit à 545 800, dont 70 % d’aides à domicile et 30 % d’aides à l’accueil. Ce nombre augmente de 2,7 % entre 2017 et 2018, principalement en raison de la hausse de la prestation de compensation du handicap (PCH), accordée à 314 800 personnes au 31 décembre 2018 et représentant 58 % des aides aux personnes handicapées.

 

La santé des nouveaux retraités du régime général : perception, connaissance administrative et motivations de départ

 

https://www.statistiques-recherches.cnav.fr/images/publications/cadrage/Cadrage-41.pdf

 

CADR'@GE N° 41, SEPTEMBRE 2019

La santé des nouveaux retraités du régime général : perception, connaissance administrative et motivations de départ

Parmi les nouveaux retraités du régime général, 9 sur 10 perçoivent leur santé de façon positive peu après leur départ à la retraite. Il existe cependant des écarts entre les assurés, notamment selon la catégorie socioprofessionnelle de leur dernier emploi.Pour les 11 % d’assurés percevant leur état de santé comme mauvais ou très mauvais, celui-ci était le plus souvent dégradé avant la retraite...Si 27 % des nouveaux retraités sont concernés soit par une mauvaise ou très mauvaise santé déclarée, soit par un départ à la retraite au titre de l’inaptitude au travail, soit par le fait que la santé a joué dans la motivation du départ à la retraite, seuls 3 % d’entre eux cumulent les trois aspects de la santé abordés dans l’étude.

Suisse : Guide de planification «Réseaux communaux d’activité physique et de rencontres pour les personnes âgées»

 

https://promotionsante.ch/assets/public/documents/fr/5-grundlagen/publikationen/gfia/tools/Guide_de_planification_Reseaux_communaux_d_activite_physique_et_de_rencontres_pour_les_personnes_agees.pdf

 

Guide de planification «Réseaux communaux d’activité physique et de rencontres pour les personnes âgées»

Le nouveau guide de planification «Réseaux communaux d’activité physique et de rencontres pour les personnes âgées» est disponible en français et en allemand. Il offre aux responsables cantonaux et communaux des conseils concrets sur la manière de développer un réseau communal pour promouvoir la santé des personnes âgées, en mettant l’accent sur l’activité physique et les rencontres

Suisse : Guide pratique «Comment atteindre les hommes de plus de 65 ans?»

https://promotionsante.ch/assets/public/documents/fr/5-grundlagen/publikationen/gfia/tools/Guide_Comment_atteindre_les_hommes_de_65_ans_et_plus.pdf

 

Le nouveau guide pratique «Comment atteindre les hommes de plus de 65 ans» est maintenant aussi disponible en français et en italien. Il fournit aux professionnel-le-s de la promotion de la santé et de la prévention des informations de base sur le comportement des hommes âgés en matière de santé ainsi que des conseils sur la façon de les atteindre dans le cadre de la promotion de la santé.

Outils d’analyse multidimensionnelle d’un dispositif renforcé pour le soutien à domicile de personnes âgées en perte d’autonomie

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2019/19-08/ste_20190008_0000_0061.pdf

 

La DGCS et la CNSA ont mené des travaux afin d’accompagner les décideurs territoriaux, agences régionales de santé (ARS) et conseils départementaux (CD), ainsi que les porteurs de projet, gestionnaires d’établissements et de services sociaux et médico-sociaux, souhaitant développer des solutions innovantes d’accompagnement renforcé des personnes âgées à domicile. Ces dispositifs expérimentaux, en proposant notamment une coordination soutenue et une sécurisation du domicile, ont pour objectif de permettre à la personne âgée de rester le plus longtemps possible chez elle. Ces travaux ont permis d’élaborer des outils de pilotage : référentiels devant faciliter l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de ces solutions émergentes. Ces outils ont été élaborés avec le concours des gestionnaires de solutions innovantes de soutien renforcé à domicile déjà en fonctionnement sur les territoires, ce qui a permis de les tester pour en vérifier l’utilité et la pertinence. La présente note d’information a pour objectif de vous présenter et de vous diffuser ces outils

Objectif Grand Age : Eviter l'hôpital

 

https://www.silvereco.fr/wp-content/uploads/2019/07/Rapport-Think-Tank-mati%C3%A8res-grises.pdf

 

Profil des personnes âgées hospitalisées, causes et effets de l’hospitalisation des personnes âgées, solutions pour prévenir les hospitalisations évitables

Fidèle à son mode de fonctionnement depuis sa création au printemps 2018, le Think Tank Matières Grises a moins vocation à inventer qu’à compiler. Moins vocation à explorer qu’à rendre lisible et compréhensible ce qui existe déjà. Nous avons donc profité ici des données statistiques publiées notamment par l’ATIH, le HCAAM, la DREES, la HAS, la CNAMTS ou encore la CNSA. A cela, nous avons ajouté le fruit de nos entretiens avec un certain nombre d’experts cités en annexe que nous remercions tous pour leur participation. Enfin, les groupes membres du Think Tank, et notamment leurs directeurs médicaux, ont apporté leur connaissance du terrain et ont réagi à nos constats et propositions. Pourquoi ce sujet et pourquoi maintenant  ? Peut-être parce que le contexte nous semble avoir été marqué récemment par trois évènements de nature distincte : ... 

APA: chiffres clés en infographie, issus des statistiques nationales de la DREES

 

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/infographie-apa-2.pdf

 

Dans le cadre d’un suivi statistique de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en France, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) mène régulièrement des enquêtes auprès des conseils départementaux. Les résultats permettent de décrire l’évolution de la population des bénéfi ciaires de l’APA et de dresser un bilan des dépenses individuelles et collectives liées au versement de cette allocation. La DREES est le service statistique du ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Améliorer la prise en charge sanitaire et sociale des personnes âgées : impact des plans personnalisés de santé sur les parcours de soins

 

https://www.irdes.fr/recherche/documents-de-travail/081-ameliorer-la-prise-en-charge-sanitaire-et-sociale-des-personnes-agees-impact-des-plans-personnalises-de-sante-sur-les-parcours-de-soins.pdf

 

Penneau, Anne ; Bricard, Damien ; Or, Zeynep ; Irdes, in Document de travail. n°81, juillet 2019, 36p.

les personnes âgées qui ont bénéficié du PPS ont des besoins complexes, nécessitant une prise en charge sanitaire et médico-sociale. On observe un impact direct du PPS sur les dépenses d’infirmières à domicile, sans se traduire par une augmentation des dépenses globales en ville.

 

Les disparités d’APA à domicile entre départements

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd37.pdf

 

Mathieu Brunel, Julie Latourelle, Delphine Roy

En 2015, environ 5 % des seniors de 60 ans ou plus vivant à domicile bénéficient de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Ce taux est plus élevé dans certains territoires que dans d’autres : c’est globalement le cas de la partie Sud de la France, de la Corse, ainsi que de quelques départements de la partie Nord (Pas-de-Calais, Aisne, Ardennes, Seine-Maritime). Les départements où la part de bénéficiaires de l’APA en GIR 1 et 2 (ceux qui ont le plus besoin d’aide dans la vie quotidienne) parmi les seniors à domicile est la plus faible sont également ceux qui présentent une offre plus abondante de places en hébergement pour personnes âgées. L’enquête Vie quotidienne et santé (VQS) conduite en 2014 a permis de mesurer pour la première fois la prévalence de la dépendance à domicile, au niveau départemental. Elle montre que les départements où la part de seniors en perte d’autonomie est élevée sont globalement les départements où davantage de seniors bénéficient de l’APA (tous GIR confondus). Ce résultat reste vrai quel que soit l’indicateur de dépendance considéré. Ce dossier de la DREES en présente plusieurs. Une analyse économétrique, introduisant trois types de facteurs (prévalence départementale de la dépendance, sociodémographiques, offres de soins), ouvre la discussion quant aux variables influentes dans les disparités d’APA à domicile entre départements. La régression du taux d’allocataires de l’APA d’un département sur ce taux de seniors « dépendants » permet d’expliquer à elle seule 38 % de la variabilité du taux d’allocataires. 

Montants d’APA à domiciledepuis 2011 : une réallocation au bénéfice des plus dépendants

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1118.pdf

 

Le montant mensuel de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) consommé par les personnes âgées à domicile les plus dépendantes, classées en GIR 1, augmente d’environ 100 euros en moyenne entre 2015 et 2017, d’après les données de l’enquête Aide sociale de la DREES. Cette augmentation, moindre pour les personnes en GIR 2 et 3 et ne concernant pas celles en GIR 4, est liée à la hausse des plafonds légaux des plans d’aide consécutive à la mise en application de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV). Pour les GIR 1 à 3, la hausse du montant moyen d’APA à domicile à la suite de la loi marque une rupture par rapport aux années de baisse observées avant 2015

 

Outil de repérage des situations de maltraitance envers les personnes aînées

http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2018/18-830-09F.pdf

 

Cet outil s’adresse à toute personne œuvrant auprès d’une personne aînée (intervenant, partenaire du milieu communautaire ou de l'habitation, bénévole, aide à domicile, policier, travailleur de milieu, etc.). Il vous permettra de mieux repérer des situations potentielles de maltraitance, de savoir quoi faire et comment agir avec une personne si vous êtes témoin d’une situation de maltraitance et de connaître les différentes ressources vers qui référer une personne en situation de maltraitance.

 

Bien vieillir : comment innover pour favoriser un habitat propice ?

https://www.unccas.org/IMG/pdf/unccas_collection_inspirante__ag2r_comment_innover_pour_favoriser_un_habitat_propice_au_bien_vieillir_2019.pdf

 

Exemples à Lomme (59), Châlons-en-Champagne (51) et Lattes (34)

Afin de favoriser un habitat propice au « Bien vieillir », qu’il soit individuel ou collectif, des CCAS ont décidé de répondre aux besoins de la population en innovant dans leur démarche, en allant chercher d’autres acteurs et en bousculant leurs pratiques. Le résultat montre que les CCAS et CIAS nesont pas isolés, mais connectés au reste de leur territoire et au-delà, que de nouvelles alliances sont à chercher entre acteurs publics, acteurs privés, acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur… mais aussi avec des agents et surtout des usagers. Ces réalisations sont de véritables laboratoires d’innovations sociales.

INFOGRAPHIES / La journée de solidarité au bénéfice des personnes âgées et des personnes handicapées

 

https://www.cnsa.fr/documentation/schema_solidarite-2019.pdf

 

C’est une contribution des salariés et des retraités au financement de la prise en charge des personnes âgées

et des personnes handicapées.

Les salariés contribuent avec l’équivalent d’une journée de travail. C’est la contribution solidarité autonomie (CSA).

Les retraités imposables reversent 0,3% de leurs pensions de retraite et d’invalidité ou de leurs allocations

de préretraite. C’est la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA).

Les entreprises fixent librement la date et les modalités de la journée de solidarité :

•un autre jour férié,

•un jour de RTT,

•un jour de congés payés,

•le fractionnement du temps sur l’année,

•une journée offerte aux salariés.

Depuis 2008, le lundi de Pentecôte, initialement choisi, est à nouveau férié.

Des référentiels d’analyse de dispositifs expérimentaux d’accompagnement renforcé de la perte d’autonomie à domicile

https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/des-referentiels-danalyse-de-dispositifs-experimentaux-daccompagnement-renforce-de-la-perte-dautonomie-a-domicile

Comment apporter, à domicile, les aides, le soin et la sécurité promis par l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ? Pour répondre au souhait des Français de vivre à leur domicile le plus longtemps possible, le secteur médico-social innove. La CNSA et la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) publient deux référentiels permettant une modélisation fonctionnelle et économique de ces dispositifs expérimentaux d’accompagnement renforcé de la perte d’autonomie à domicile. Ces grilles outilleront le travail de conception et de pilotage des agences régionales de santé, des conseils départementaux et des porteurs de projets qui souhaitent développer cette nouvelle offre de service sur leur territoire.

La situation des EHPAD en 2017. Analyse de la gestion des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et de la prise en charge des résidents –

https://www.cnsa.fr/documentation/cnsa_portrait_ehpad_2017_vf.pdf

 

La CNSA a actualisé les données d’activité des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. En 2017, on constate une légère augmentation du nombre de professionnels du soin qui prennent en charge les résidents (taux d’encadrement). A partir des différentes données qu’elle collecte, la CNSA dresse un nouveau portrait des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et de la prise en charge de leurs résidents : description des EHPAD et des résidents, taux d’occupation, taux d’encadrement, coûts salariaux moyens, situation budgétaire des établissements (résultat, déficit, capacité d’autofinancement), coût d’une place, coût global d’un résident pour l’assurance maladie… Près de 7000 EHPAD accueillent les personnes âgées en perte d’autonomie. Plus de 42 % sont publics, près d’un tiers appartiennent au secteur privé non lucratif (associatif) et un quart au secteur privé commercial… CNSA, 2019, 66p

Le vieillissement des personnes en situation de handicap, opportunité d’un nouveau devenir ?

L'étude : http://ancreai.org/wp-content/uploads/2019/04/RAPPORT-Recherche-PHV-charte-graphique-v2-Couverture.pdf

La synthèse : http://ancreai.org/wp-content/uploads/2019/04/SYNTHESE-Recherche-PHV-vd.pdf

 

L’analyse des équipements spécifiquement dédiés aux personnes handicapées vieillissantes et celle d’autres formes alternatives d’habitat (dans le secteur du handicap et le secteur gérontologique), croisée à une analyse des attentes des personnes en situation de handicap concernant leur avancée en âge, donne des éléments d’analyse pour penser de nouveaux modes d’accompagnement pour cette population. Cela a consisté en particulier à faire une lecture critique de ces dispositifs dans la façon dont ils prennent en compte les choix de la personne en termes de changements d’habitudes de vie, en tension entre ses souhaits, les répercussions du processus de vieillissement sur l’état de santé au sens large de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de la personne, et le cadre sociétal dans laquelle elle est inscrite.

 

Politiques de soutien à l’autonomie des personnes âgées: quelques comparaisons internationales

 

http://www.hcfea.fr/IMG/pdf/Conseil_de_l_age_note_comparaisons_internationales_soutien_a_l_autonomie_VF-2.pdf

 

La présente analyse porte sur 9 pays: l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, l’Italie, la Suède et le Québec pour lesquels nous avons bénéficié de l’appui des conseillers sociaux en ambassade, ainsi que sur la Belgique, les Pays-Bas et le Japon. Tous les pays étudiés sont confrontés aux enjeux du vieillissement et de la perte d’autonomie. Les stratégies développées et les grandes orientations sont similaires: priorité au soutien à domicile, diversification des réponses en termes de lieux de vie et des choix offerts aux familles, tendance à l’extension des prestations en espèces plutôt qu’en nature, soutien aux aidants et attention portée à la question de la qualification des professionnels du secteur.

 

Rapport d'évaluation du programme "L'équilibre en mouvement"

http://prif.fr/wp-content/uploads/PRIF_Rapport_evaluation_2019.pdf

 

Connaître, comprendre et améliorer, voici les trois objectifs principaux des évaluations que réalise le Prif avec ses partenaires, avec un enjeu principal : s’assurer que les actions menées ont un impact positif auprès des retraités en termes de santé globale. • Connaître : il est essentiel de savoir qui sont les personnes qui viennent aux ateliers ; leur profil socio-économique, mais aussi leur santé perçue et les motivations qui les

poussent à participer à de telles actions. • Comprendre : ce qu’il se passe entre le début et la fin d’un atelier notamment ; y a-t-il des évolutions et lesquelles ? Les actions de prévention ont-elles une valeur ajoutée, à quoi servent-elles ? Et ensuite, à l’issue d’une action de prévention, quelles suites ? • Enfin, améliorer : ces enseignements nous permettent de voir quelles actions correctrices doivent être  apportées ou quelles évolutions doivent être envisagées afin de parfaire l’action menée. L'évaluation est au cœur du parcours de prévention et de la démarche qualité du Prif.

 

Deux ans d’application de la loi d’adaptation de la société au vieillissement - Résultats de l’enquête trimestrielle sur l’APA à domicile en 2016-2017

https://www.pratiquesensante.org/2019-03-14-05/

 

Julie Latourelle (DREES)

 

Le dispositif d’allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile a été réformé début 2016 dans le cadre de la loi d’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015, dite loi ASV.

La réforme est appliquée progressivement au cours de l’année 2016, et près de 14 % des plans d’aide sont révisés au cours du 2e trimestre. La revalorisation des plafonds profite notamment aux bénéficiaires en GIR 1, les plus dépendants. Ils sont ainsi 38 % à bénéficier d’un plan d’un montant supérieur aux plafonds avant réforme fin 2016, et 46 % fin 2017.

En décembre 2017, les montants notifiés des plans d’aide s’élèvent en moyenne à 1 250 euros mensuels pour les GIR 1, 940 euros pour les GIR 2, 650 euros pour les GIR 3, 360 euros pour les GIR 4 et leur financement est majoritairement à la charge du conseil départemental (80 % en moyenne tous GIR confondus). Les bénéficiaires en GIR 1 participent à hauteur de 16 % au plan, tandis que ceux en GIR 4 s’acquittent, en moyenne, de 22 % du montant.

Les mesures d’aide au répit des proches aidants se mettent en place très progressivement au cours des années 2016 et 2017.

 

 


Outil de repérage des situations de maltraitance envers les personnes aînées

 

https://www.pratiquesensante.org/2019-03-08-02/

 

Les personnes en situation de handicap connaissent aujourd’hui un accroissement considérable de leur espérance de vie. La question de cette avancée en âge et des réponses à y apporter en termes d’accompagnement médicosocial est très prégnante et fait l’objet de nombreuses transformations et innovations dans le champ institutionnel du handicap. Pourtant, il apparait que les besoins spécifiques des personnes handicapées psychiques vieillissantes... 


Outil de repérage des situations de maltraitance envers les personnes aînées

http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2018/18-830-09F.pdf

 

Cet outil s’adresse à toute personne œuvrant auprès d’une personne aînée (intervenant, partenaire du milieu communautaire ou de l'habitation, bénévole, aide à domicile, policier, travailleur de milieu, etc.). Il vous permettra de mieux repérer des situations potentielles de maltraitance, de savoir quoi faire et comment agir avec une personne si vous êtes témoin d’une situation de maltraitance et de connaître les différentes ressources vers qui référer une personne en situation de maltraitance.

 


CNSA - Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie

 

https://www.pratiquesensante.org/2019/02/21/cnsa-conf%C3%A9rence-des-financeurs-de-la-pr%C3%A9vention-de-la-perte-d-autonomie/

 

En 2017, la France compte 67,2 millions d’habitants, dont 65 millions en métropole. De 1975 à 2017, la population a augmenté de 28 % en passant de 52,6 millions à 67,2 millions de personnes, soit une évolution annuelle moyenne de 0,6 %. La structure de la population a fortement évolué sur la même période (figure 1). L’année 1975 est marquée par une part élevée des jeunes de moins de 20 ans, qui représentent 32 % de la population contre 24 % en 2017. Cette baisse de la part des plus jeunes s’accompagne du vieillissement de la population (hausse de la part des plus âgés). En effet, la part des personnes de 60 ans et plus est passée de 18 % à 26 % sur la même période. 


Découvrez les Zastuces ! : Une campagne de communication à disposition des partenaires du Bien Vieillir !

https://www.leszastuces.com/

 

Partenaires du « monde du Bien vieillir », férus de bons plans et d’informations, le GIE IMPA Bourgogne-Franche-Comté (groupement des caisses de retraite Carsat, MSA et SSI) ouvre une rubrique qui vous est destinée sur son site www.leszastuces.com.

 

« Bien vieillir ce n’est pas magique, il y a les Zastuces ! » est le slogan d’une campagne de communication autour du bien vieillir et du bien vivre sa retraite pilotée par le GIE IMPA depuis 2014 et validée par des experts.

 


Contribution du Conseil de l’âge à la concertation Grand âge et autonomie

 

https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/hcfea-avis_contribution_grand_age_vf.pdf

 

Dans son avis, le Conseil de l’âge pose d’abord la question de l’unification des statuts des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, et de la suppression de la barrière d’âge à 60 ans pour l’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH). Si cette option est soutenue par une grande majorité des membres du Conseil dans la perspective de constitution d’un cinquième risque, les études disponibles ne permettent pas d’apprécier les conséquences d’un tel changement, susceptible d’engager des financements publics conséquents. Ils demandent que des études soient engagées sans délai de façon à être disponibles pour la préparation de la loi annoncée par le Président de la République pour 2019.

 


La personne âgée « fragile » / La construction scientifique d’une catégorie sanitaire et ses enjeux

https://journals.openedition.org/anthropologiesante/4341

 

Cet article cherche à comprendre la construction scientifique et médicale de la notion de « fragilité » des personnes âgées. Pour ce faire, il s’appuie sur l’analyse d’un corpus de littérature médicale, réalisée entre juillet et août 2016, et de données de terrain d’une enquête exploratoire auprès de professionnels de santé travaillant autour de la fragilité. Tout d’abord, le texte propose une contextualisation sociohistorique afin d’appréhender l’émergence de la catégorie de la « fragilité » dans le domaine de la gériatrie et de la santé publique française. Il s’interroge ensuite sur son inscription dans un processus plus large de médicalisation du vieillissement. Les données révèlent néanmoins des nuances dans l’usage de la catégorie de « fragilité », qui permettent d’identifier deux processus distincts : un premier, que nous pourrions appeler processus de sanitarisation, et un second qui conduirait à la biomédicalisation de la vieillesse. Ces deux processus se caractérisent non seulement par des postures scientifiques différentes, mais aussi par des acteurs et des prises en charge particulières de la fragilité.

 


L’EHPAD de demain:vers la  création de pôles ressources gérontologiques locaux

 

https://www.pays-de-la-loire.ars.sante.fr/system/files/2018-10/rapport-CREAI.pdf

 

Une étude territorialisée confiée par l’Agence régionale de Santé Pays de la Loire au CREAI Pays de la Loire (Antoine Fraysse) .

Pour rappel, en 2015, l’âge moyen d’entrée en EHPAD est de 85 ans et 8 mois, 57% des résidents sont atteints de la maladie d’ Alzheimer ou de troubles apparentés et la durée moyenne de séjour est de 2 ans et 8 mois (source : DREES).

Lieu de vie, lieu de soins, centré sur la grande dépendance ou plateforme de services gérontologiques ouverte sur l’extérieur : comment voulons-nous l’EHPAD de demain ?

 


Le rapport sur « Le soutien à l’autonomie des personnes âgées à l’horizon 2030 »

https://www.strategie.gouv.fr/publications/soutien-lautonomie-agees-lhorizon-2030

 

L’horizon choisi, 2030, se situe à une période charnière, où les premières générations du baby-boom arriveront à l’âge de 85 ans, âge moyen d’entrée en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Dans un premier temps, le rapport dresse un état des lieux de la situation des personnes âgées en perte d’autonomie : état de santé, modalités d’accompagnement et systèmes de soins  proposés dans leurs différents lieux de vie (domicile, habitat alternatif, établissement). Dans un second temps, le rapport identifie les grandes tendances et les enjeux à l’horizon 2030, notamment....

 


Sortie d'hospitalisation d'une personne âgée : comment anticiper ?

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/videotheque

 

Réponse en vidéo. Une des 15 vidéos diffusées sur @France3tv et @France5tv en septembre 2018, programme "Ensemble pour l'autonomie" parrainé par https://pour-les-personnes-agees.gouv.fr  #GrandAge ►

 


Qualité de vie en résidences autonomie

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2891427/fr/qualite-de-vie-en-residences-autonomie

 

Ces recommandations de bonnes pratiques professionnelles portent sur les enjeux de prévention et d’amélioration de la qualité de vie en résidences autonomie. Les enjeux liés à la prévention sont en effet un axe fort de la Loi de modernisation de notre système de santé (loi santé)1 et de la Loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV)2. Les logements-foyers ont ainsi, pour la plupart, « basculé » en résidences autonomie. Mais ce changement d’intitulé implique aussi de profondes mutations quant aux accompagnements proposés au sein de ces établissements

 


L'action des MAIA au service des territoires et de l'évolution du système de santé. Retour d'expériences

https://www.cnsa.fr/documentation/integration_2011-2018_retours_dexperiences_vf.pdf

 

Ce document est le fruit d’un travail mené en 2018 par le collectif des pilotes MAIA en lien avec l’ensemble des professionnels des MAIA en France. Il s’est construit sur la base de retours d’expériences collectés auprès de nombreux territoires MAIA. Dans cette logique, il a pour objectif de donner à voir la dynamique d’évolution des organisations et des pratiques professionnelles mais ne prétend pas représenter l’exhaustivité des actions et projets initiés grâce à la méthode d’action MAIA.

 


Les techniques d’entraînement cérébral peuvent-elles améliorer la santé mentale des seniors ?

https://theconversation.com/les-techniques-dentrainement-cerebral-peuvent-elles-ameliorer-la-sante-mentale-des-seniors-104120

 

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, il devient crucial de s’assurer de la bonne santé mentale et physique des seniors. En effet, le nombre de personnes de plus de 60 ans devrait plus que doubler au cours de la première moitié de ce siècle atteignant 2 milliards d’individus d’ici 2050.

Parallèlement à cet allongement de l’espérance de vie, on assiste à une augmentation du nombre de personnes affectées par des troubles tels que les pertes de mémoire, la maladie d’Alzheimer et la démence. Environ 15 % des adultes de plus de 60 ans souffrent de pathologies associées au vieillissement, qui sont à l’origine d’une invalidité totale chez 6,6 % d’entre eux.

 


Présentation de l'étude OSSEBO de prévention de chutes des personnes âgées.

 

http://www.onaps.fr/data/documents/Onaps_Un-pour-tous_02.pdf

 

Analyser de l’effet d’un programme d’exercice physique sur la prévention des chutes accompagnées de fractures ou d’autres traumatismes physiques graves Les chutes sont des événements fréquents dans la vie des personnes vieillissantes, aux conséquences multiples et souvent graves (1). Au-delà de 65 ans, une personne sur trois fait au moins une chute par an. Environ 10 à 15% des chutes s’accompagnent d’un traumatisme physique grave, une fracture dans les deux tiers des cas. L’incidence et la gravité des chutes augmentent avec l’âge, et à âge égal, les taux d’incidence des chutes etdes fractures sont plus élevés chez les femmes que chez les hommes.

 


Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/le-vieillissement-de-la-population-entraine-une-hausse-des-depenses-de-sante

 

De 2011 à 2016, les dépenses présentées au remboursement des personnes bénéficiant du dispositif des affections de longue durée (ALD) augmentent de 3,8 % par an en moyenne. La croissance de la population et son vieillissement y contribuent à hauteur de 2,1 points. Le cumul d’affections de longue durée induit, lui, une hausse de 0,6 point par an.

Les autres facteurs d’évolution des dépenses associées aux ALD (épidémiologie, évolution des prix, etc.) entraînent globalement une hausse de 1,6 point en moyenne par an, dont 1,2 point traduit une hausse de la part des personnes en ALD au sein de chaque tranche d’âge

 


Les interventions fondées sur l'évaluation individuelle du risque de chute et les interventions à composantes visant à prévenir les chutes chez les personnes âgées non institutionnalisées

https://www.cochrane.org/fr/CD012221/les-interventions-fondees-sur-levaluation-individuelle-du-risque-de-chute-et-les-interventions

 

Évaluer si les stratégies de prévention des chutes qui ciblent au moins deux facteurs de risque de chutes (interventions multifactorielles) ou la combinaison de certaines interventions (interventions à composantes multiples) sont efficaces pour prévenir les chutes chez les personnes âgées non institutionnalisées

 


Un niveau d’études plus élevé améliore la cognition après 65 ans

 

https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/niveau-etudes-plus-eleve-ameliore-cognition-apres-65-ans

 

Les personnes âgées qui ont fait le plus d’études au cours de leur jeunesse sont celles qui ont le meilleur capital cognitif au moment d’affronter le déclin lié à l’âge. La progression de la durée moyenne des études observée sur les dernières générations pourrait donc expliquer, au moins en partie, la baisse de l’incidence des démences constatée au cours des dernières décennies par des études de cohorte. C’est ce que suggèrent les derniers résultats d’une équipe Inserm qui a comparé les données relatives à deux "générations" de personnes âgées issues de la cohorte PAQUID.

 


Minimum vieillesse : un allocataire sur deux se perçoit en mauvaise santé

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1066.pdf

 

En 2012, 47 % des allocataires du minimum vieillesse en France métropolitaine se perçoivent en mauvaise ou très mauvaise santé, alors que ce n’est le cas que de 15 % des personnes de 60 ans ou plus. Ils sont également plus nombreux à déclarer être atteints d’une maladie chronique (70 % contre 57 %), à faire état de limitations d’activité importantes (44 % contre 16 %) et à être en situation de détresse psychologique (29 % contre 15 %). Cet état de santé dégradé concerne davantage les allocataires les plus pauvres, ainsi que ceux entrés avant 65 ans dans le dispositif, notamment en raison d’une situation de handicap, d’invalidité ou d’inaptitude au travail.

 


Évaluation d'impact de l'expérimentation - Parcours santé des aînés (Paerpa)

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/235-evaluation-d-impact-de-l-experimentation-parcours-sante-des-aines-paerpa.pdf

 

Les expérimentations Parcours santé des aînés (Paerpa), lancées en 2014 dans neuf territoires pilotes, ont pour objectif d’améliorer la prise en charge et la qualité de vie des personnes âgées de 75 ans et plus et de leurs aidants en faisant progresser la coordination des différents intervenants des secteurs sanitaire, social et médico-social au niveau local.

L’évaluation des impacts médicaux et économiques des projets pilotes, prévue dans le cahier des charges Paerpa, renvoie à des enjeux méthodologiques multiples en raison du nombre et de la diversité des acteurs impliqués, de la variété des interventions déployées dans chaque territoire, et de l’hétérogénéité des territoires sélectionnés parmi un ensemble de territoires volontaires.

 


Avis du CCNE : Enjeux éthiques du vieillissement

Avis du CCNE : Enjeux éthiques du vieillissement

http://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/ccne_avis_128.pdf

 

Le vieillissement invite à repenser le vivre ensemble pour permettre une meilleure inclusion des personnes âgées. C’est dans ce contexte social et politique que le Comité Consultatif National d'Ethique a choisi de s’autosaisir pour traiter des enjeux éthiques du vieillissement. Le CCNE a décidé de faire partir sa réflexion de la question de la « concentration » des personnes âgées dans des établissements d’hébergement. Dans cet avis, le CCNE propose ainsi quelques pistes concrètes pour renforcer la conscience de cette réalité démographique, le vieillissement de notre population, et le respect des personnes âgées.

 


Évaluation d'impact de l'expérimentation Parcours santé des aînés (Paerpa)

 

http://www.irdes.fr/recherche/rapports/567-evaluation-d-impact-de-l-experimentation-paerpa.pdf

 

Si ces premières analyses ne permettent pas d’établir un effet moyen significatif propre à Paerpa, lorsqu’on étudie l’ensemble des expérimentations, les analyses par territoire permettent néanmoins de déceler des effets significatifs sur certains d’entre-eux. Selon l’Irdes, Le manque d’effet moyen reflète l’hétérogénéité de la mise en œuvre des expérimentations ainsi que le temps nécessaire à l’implémentation de ces dispositifs. Aussi, l’Institut souligne l’importance de bien comprendre les pratiques locales dans les territoires où l’on observe des effets significatifs, afin de mutualiser les connaissances sur les modes d’organisation qui fonctionnent.

 

 


Ehpad : des députés veulent clarifier le statut du médecin coordonnateur

https://www.weka.fr/actualite/personnes-agees/article/ehpad-des-deputes-veulent-clarifier-le-statut-du-medecin-coordonnateur-65858

 

À l’initiative de la députée des Alpes-Maritimes Marine Brenier, une vingtaine de parlementaires Les Républicains ont déposé, le 9 mai sur le bureau de l’Assemblée nationale, une proposition de loi relative aux médecins coordonnateurs des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ce court texte de deux articles a été renvoyé à la Commission des affaires sociales.

 

 


« Bonne journée, bonne santé »

Le vieillissement de la population et ses enjeux. Fiche d'analyse de l'Observatoire des territoires 2017.

http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux

 

CGET ; Observatoire des territoires ; Benoit De Lapasse.

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans la population européenne (13,7 % des personnes avaient 65 ans et plus en 1990, 19,2 % en 2016 dans l’UE 28) est la dernière conséquence de la transition démographique, qui se traduit par la baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie.

 

 


Vieillir dans la dignité

Le vieillissement de la population et ses enjeux. Fiche d'analyse de l'Observatoire des territoires 2017.

http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux

 

CGET ; Observatoire des territoires ; Benoit De Lapasse.

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans la population européenne (13,7 % des personnes avaient 65 ans et plus en 1990, 19,2 % en 2016 dans l’UE 28) est la dernière conséquence de la transition démographique, qui se traduit par la baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie.

 

 


Quel sens à la concentration des personnes âgées entre elles, dans des établissements dits d’hébergement ?

Le vieillissement de la population et ses enjeux. Fiche d'analyse de l'Observatoire des territoires 2017.

http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux

 

CGET ; Observatoire des territoires ; Benoit De Lapasse.

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans la population européenne (13,7 % des personnes avaient 65 ans et plus en 1990, 19,2 % en 2016 dans l’UE 28) est la dernière conséquence de la transition démographique, qui se traduit par la baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie.

 

 


Le vieillissement de la population et ses enjeux. Fiche d'analyse de l'Observatoire des territoires 2017.

Le vieillissement de la population et ses enjeux. Fiche d'analyse de l'Observatoire des territoires 2017.

http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/observatoire-des-territoires/fr/le-vieillissement-de-la-population-et-ses-enjeux

 

CGET ; Observatoire des territoires ; Benoit De Lapasse.

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans la population européenne (13,7 % des personnes avaient 65 ans et plus en 1990, 19,2 % en 2016 dans l’UE 28) est la dernière conséquence de la transition démographique, qui se traduit par la baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie.

 

 


Personnes âgées : mieux maîtriser l’outil d’évaluation Inter RAI Home Care

 https://www.cnsa.fr/documentation/formation_oemd_processus_selection_des_formateurs_relais.pdf

 

La CNSA diffuse cinq vidéos pédagogiques sur l’utilisation de l’outil d’évaluation multidimensionnelle Inter RAI Home Care.

Pour aider les gestionnaires de cas à s’approprier leur nouvel outil d’évaluation multidimensionnelle des besoins des personnes âgées (en situation complexe vivant à domicile) suivies en gestion de cas, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a conçu cinq vidéos pédagogiques. Celles-ci rappellent le contexte et l’intérêt du déploiement d’un outil unique. Elles expliquent la démarche d’évaluation avec Inter RAI Home Care et l’illustre par un cas pratique.

Ces vidéos s’inscrivent dans un plan global d’appropriation à l’outil constitué, par ailleurs, de sessions régionales de sensibilisation et d’une formation plus complète. 27 sessions de sensibilisation, organisées tout au long de l’année 2017 ou début 2018, ont permis d’initier 1 100 professionnels à l’outil. Les gestionnaires de cas seront ensuite formés durant trois jours. Ces formations seront organisées dès que l’outil d’évaluation multidimensionnelle sera disponible dans les logiciels métiers, courant 2018.

Parallèlement, la CNSA recherche une quarantaine de gestionnaires de cas qui formeront leurs pairs à l’outil d’évaluation multidimensionnelle Inter RAI Home Care pendant l’année 2018. Deux vagues de recrutement sont organisées pour tenir compte du rythme d’implémentation de l’outil dans les régions. La première vague concerne les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche Comté, Bretagne, Cent

 


Fragilité des personnes âgées et consommation de médicaments : polymédication et prescriptions inappropriées

 

http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/230-fragilite-des-personnes-agees-et-consommation-de-medicaments.pdf

 

Marie Herr, Nicolas Sirven, Hélène Grondin, Sylvain Pichetti, Catherine Sermet

Le vieillissement n’est pas un processus homogène. Certaines personnes sont plus fragiles que d’autres : elles ont une moindre capacité à faire face à des événements stressants à cause d’une réserve physiologique insuffisante (dénutrition, perte de masse musculaire, etc.) et subissent des conséquences néfastes en matière de santé et de consommation de soins (hospitalisation, institutionnalisation, décès, etc.). Depuis quelques années, la Haute Autorité de santé (HAS) met en avant la détection et la prise en charge de la fragilité comme un moyen d’améliorer les parcours de soins des personnes âgées. Les interventions proposées incluent l’ajustement et la simplification du traitement médicamenteux des patients.


"Intergénération et vivre-ensemble" : le cinquième numéro des Essentiels amis des aînés

"Intergénération et vivre-ensemble" : le cinquième numéro des Essentiels amis des aînés 

http://villesamiesdesaines-rf.fr/files/evenements/200/243-parution-du-n-5-des-essentiels-amis-des-aines-intergeneration-et-vivre-ensemble.pdf

 

Partages d'expériences de villes et associations, contributions d'universitaires, présentation de dispositifs innovants...un outil méthodologique pour soutenir votre réflexion et rapprocher les générations !

 

 


Le guide pratique « Vieillesses Plurielles »

 Le guide pratique « Vieillesses Plurielles »

http://www.areli.fr/connaitre-notre-activite/reseau-vieillesses-plurielles/nos-outils-vieillesses-plurielles/

 

Le guide pratique « Vieillesses Plurielles » est un outil de travail pour les professionnels qui sont amenés à traiter des situations concernant des personnes âgées immigrées. Ce guide complète sur un plan local les informations développées dans le  » Guide du retraité étranger  » publié en février 2012 par l’UNAFO. Il a été élaboré collectivement en 2012-2013 par les membres d´un des groupes de travail mobilisé dans la démarche « Vieillesses Plurielles »

 


Rapport mondial sur le vieillissement et la santé

http://who.int/ageing/publications/world-report-2015/fr/

 

Aujourd'hui pour la première fois dans l'histoire, la majorité des populations pevent espérer vivre jusqu'à 60 ans et au-delà. Combinée à une baisse marquée des taux de fécondité, cette augmentation de l'espérance de vie conduit à un vieillissement rapide des populations partout dans le monde. Il s'agit là d'un profond bouleversement et ses répercussions sont considérables. Une action globale de santé publique en matière de vieillissement de la population est nécessaire de toute urgence. Cela nécessitera des changements fondamentaux, et pas uniquement dans ce que nous réalisons, mais dans la façon dont nous concevons le vieillissement lui-même...

 


Référentiels d'activités et de compétence

http://www.creainpdc.fr/sites/www.creainpdc.fr/files/20161114_referentiel_metiers.pdf

 

Enquête vie quotidienne et santé (VQS) 2014 - Résultats départementaux d’une enquête auprès des seniors

http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/061016.pdf

 

OMS : Action multisectorielle pour une approche du vieillissement en bonne santé prenant en compte toutes les étapes de la vie

http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA69/A69_17-fr.pdf

 

Évaluation des dispositifs MAIA et appui à la mise en oeuvre des recommandations

http://www.cnsa.fr/sites/default/files/evaluation_maia_rapport_final_et_annexes.zip

 

La solitude, l'isolement et la personne âgée - Paroles croisées & démarche du projet

http://www.cultures-sante.be/component/phocadownload/category/20-pdf-ep-2016.html

 

DOSSIER - Loi vieillissement : une tentative d’adapter la société au grand âge

http://www.gazette-sante-social.fr/dossiers/loi-vieillissement-une-tentative-dadapter-la-societe-au-grand-age

 

Incapacités et perte d’autonomie des personnes âgées en France : une évolution favorable entre 2007 et 2014

http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd13.pdf

 

Du baluchonnage québécois au relayage en France :  une solution innovante de répit

http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/3._du_baluchonnage_quebecois_au_relayage_en_france_version_def_3.pdf

 

De quoi rêve-t-on pour ses vieux jours ?

http://www.questionsante.org/assets/files/EP/De_quoi_reve-t-on_pour_ses_vieux_jours.pdf

 

Agir sur tous les déterminants de la fragilité des personnes âgées

http://inpes.santepubliquefrance.fr/SLH/pdf/articles/440/personnes-agees-fragilite-agir-determinants.pdf

 

Etat de santé et dépendance des personnes âgées en institution ou à domicile

http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er_988.pdf

 

Consultation nationale sur les enjeux du vieillissement cognitif

http://www.assises-vieillissement-cognitif.com/consultation-nationale


Plus d'informations

Association "Pratiques en santé"

Président : Daniel Oberlé

 

Pour en parler dans vos réseaux 

 

6, place de l'Eglise

22200 LE MERZER

Tel : 06 31 27 00 69 

contact@pratiquesensante.org