URGENCE ABSOLUE A LA PREVENTION 

 La période que nous vivons avec la COVID 19 est particulière et mérite NOTRE attention certes.

De nombreux documents nous parlent de la COVID, nos dirigeants nous parlent  aujourd'hui d'une nécessaire PREVENTION.  Mais qu'en sera-t-il après ?

 

La majorité des décès liés à la  COVID révèlent que des personnes avaient des pathologies chroniques associées. Mais qu'avons nous fait en amont pour limiter la venue de ces pathologies chroniques - pas grand-chose. Pour la  PREVENTION PRIMAIRE un peu d'éducation à la santé, quelques effets d'annonce (mais qui restent souvent uniquement des effets d'annonce) sur la nutrition, activités physiques, les addictions,... et pour la prévention médicalisée  un peu d'éducation thérapeutique du patient,... des dépistages et un peu la vaccination... mais à chaque fois et toujours que des effets d'annonce.

 

Mais sur le terrain qu'en est-il ? Des difficultés, toujours autant de difficultés et demain encore sans doute  plus de difficultés , pour vraiment permettre une réelle mise en oeuvre d'une politique de PREVENTION digne de ce nom. Des rapports, des stratégies, des plans, des feuilles de route,... il en existe des tonnes et des tonnes -Tout est là. 

Professionnels,  bénévoles,   citoyens,.... se battent et galèrent  à leur niveau pour que la PREVENTION et la PROMOTION de la SANTE existent .  Mais quels moyens avons nous eu pour mener à bien nos actions : finalement pas grand-chose et souvent des moyens très aléatoires, non pérennes.

 

La PREVENTION n'est pas une OPTION,  il y URGENCE.  Les écrits existent,  il est temps  de développer  une réelle politique  de PREVENTION en santé.

 

Daniel Oberlé 

Merci pour vos commentaires de rester sur le thème de la PREVENTION

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Françoise (mardi, 24 novembre 2020 08:39)

    Durant le confinement la prévention bat de l'aile.
    Durant le confinement les soins battent de l'aile.
    Ex : une dent ébréchée en mai, un dentiste qui me prend entre deux RDV pour faire des pansements qui ne tiennent pas, j'en arrive à 4 RDV pour refaire les pansements entre mai et novembre, et ce, en attendant un RDV dentiste pour un réel soin mi décembre. D'une dent ébréchée et qui aurait été soignée complètement en mai, maintenant, il me faut des soins qui coutent bien plus cher, parce que la situation de cette dent s'est dégradée. Au final : 5 consultations, et un soin qui ne sera pas que partiellement remboursé. Aucun autre dentiste ne pouvait ne voulait me prendre parce que je ne fais pas partie de leur cabinet... Le soin bat de l'aide !

  • #2

    Françoise (mardi, 24 novembre 2020 08:43)

    Des médecines préventives que l'on tue, que l'on a tué : l'homéopathie par ex !

  • #3

    Claire (mardi, 24 novembre 2020 13:02)

    Malheureusement sans une politique de santé qui va dans le sens de la prévention - avec beaucoup de budget et qui se doit d'être pérenne - on aura du mal.
    Pourtant, les économies sociale, médico-sociale et sociétale seraient énorme, et ce n'est plus à démontrer !
    On parle actuellement du ministère de la Santé (???) mais c'est plutôt un ministère de la Maladie que nous avons en France !!! Un ministère de la santé devrait faire en sorte de garder les gens en bonne santé le plus longtemps possible...
    Nous on attend d'être malade avant d'être pris en charge !

    ex: augmentation du nombre d'avortements en France. Peut-être qu'avec un meilleur remboursement de la contraception, des actions de prévention et d'éducation à la santé sexuelle, et une meilleur accompagnement sur des grossesses pas forcément désirées -nous (hommes et femmes) nous sentirions davantage considérés et acteurs de nos choix en santé !

  • #4

    Millet pascal (mercredi, 25 novembre 2020 13:50)

    Un des points qui me tient à coeur est l'activité physique. Que les médecins généralistes peuvent prescrire (aux ALD) mais sans motivation financière ou fonctionnelle.
    Surtout que, comme les médicaments, l'activité physique doit etre prise à dose suffisante (soit au moins 3 fois par semaine).
    J'ai fait sur mon site un choix de textes sur ce sujet.(c'est evidemment gratuit mais surtout à diffuser ces textes ou d'autres mais l'information sur l'activité physique dezmande à être renforcée).
    http://pmillet.fr/fit
    Amicalement P Millet
    Amicalement


Plus d'informations

Association "Pratiques en santé"

Président : Daniel Oberlé

 

Pour en parler dans vos réseaux 

 

6, place de l'Eglise

22200 LE MERZER

Tel : 06 31 27 00 69 

contact@pratiquesensante.org