Des Contributions au #SegurDeLaSante

Apporter votre soutien à l'appel à signatures proposé par plusieurs associations : Elus Santé Publique & Territoires, Fabrique Territoires Santé, Fédération Nationale d’Education et de Promotion de la Santé, Institut Renaudot, Réseau français des Villes-Santé de l’OMS, Société française de Santé Publique, Chaire Unesco Educations & Santé, AIDES ; Planning familial, Institut RECAPPS ; Réseau environnement Santé; S2D - Association internationale pour la santé et le développement durable https://www.change.org/p/emmanuel-macron-la-sant%C3%A9-c-est-plus-que-l-h%C3%B4pital

Télécharger
La tribune "La santé, c’est plus que l’hôpital !"
Le « Ségur de la santé » oublie celles et ceux qui construisent, avec les habitant.e.s, les personnes soignées et accompagnées, les réponses de santé publique et de prévention.



Nous, membres de la Coalition pour la prévention et la promotion de la santé rassemblant les acteur.rice.s précité.e.s ne nous contenterons plus d’avoir raison pour l’histoire. Il y a urgence, et la crise du Covid-19 a démontré l’énormité des coûts économiques, sociaux et sanitaires de ne pas investir dans un système de santé priorisant la prévention et doté d’une réelle capacité d’action à l’échelle des communes et quartiers.
2020 06 26 Tribune avec nouveaux logos V
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

D'autres prises de positions

La Société Française de Santé Publique (SFSP) https://www.sfsp.fr/images/Contribution_de_la_SFSP_au_S%C3%A9gur_de_la_Sant%C3%A9.pdf

Alors que se tient ce processus de « Ségur de la santé », la Société Française de Santé Publique fait connaître ses réflexions sur la méthode à l’œuvre, les premiers enseignements à tirer de cette crise sanitaire et les perspectives qui s’ouvrent désormais pour les acteurs du système de santé

Les présidents d’université et des conférences de doyens des UFR de santéhttp://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2020/06/Se%CC%81gur-de-la-sante%CC%81_VF-1.pdf

La présente contribution est le fruit d’une concertation entre la Conférence des présidents d’université, la Conférence des doyens des facultés de médecine, la Conférence des doyens des facultés de pharmacie, la Conférence des doyens des facultés d’odontologie et la Conférence nationale des enseignants en maïeutique. Leurs travaux ont également impliqué les présidents de toutes les universités par lesquelles sont créés les CHU. Après avoir participé aux différents groupes de travail du Ségur de la santé, nos conférences présentent ici un socle commun universitaire de propositions qui pourra être complété de propositions spécifiques à chacune des conférences de santé, également soutenues par la Conférence des présidents d’université.

Contribution de la Ligue contre le cancer au Ségur de la Santé :

https://www.ligue-cancer.net/sites/default/files/docs/contribution_lncc_segur_de_la_sante.pdf

 

La Ligue contre le cancer tient à souligner que la rénovation de notre système de santé pose l’inévitable question des moyens dévolus à sa mise en œuvre : moyens financiers, moyens humains, mais également volonté politique d’organisation des filières de soins. Sans refondation innovante de ces filières, aucune politique nationale de prévention, de dépistage et de soins proprement dits ne pourra répondre pleinement aux enjeux. La dévitalisation actuelle de la médecine de ville et les tensions profondes qui minent un système hospitalier à la fois hypertrophié et sous-doté déséquilibrent profondément le dialogue et la transition ville - hôpital - ville. Rien ne sera possible sans la mise en œuvre rapide d’un plan de remaillage territorial du système de dépistage et de soins ambulatoires. Il doit être fondé sur la mobilisation harmonieuse des moyens de la télémédecine, de soignants divers et de bénévoles associatifs, liens humains proches des personnes malades et connectés aux médecins référents, traitants ou spécialistes. Le but de cette réorganisation qui ne doit pas attendre les effets de la suppression du numerus clausus est celui de l’efficience, certes pas d’un rationnement que les citoyens des pays touchés par la Covid-19 ne sont plus prêts à accepter.

 

France Asso Santé : Rapport Claris : « qui paye bien certifie bien ? »

 

Depuis plusieurs mois, le pays a fait face à une pandémie sans précédent qui réinterroge sur le système de santé. Alors que le Ségur de la Santé s’est ouvert avec l’ambition de bâtir les fondations d’un nouveau système, nous partageons aujourd’hui des pistes concrètes pour un système de santé plus juste, plus équitable, économiquement soutenable avec un accès à des soins de qualité dans des délais 

 

https://www.france-assos-sante.org/wp-content/uploads/2020/06/Brochure-Segur-de-la-sante-VF.pdf

Prise de position conjointe RÉFIPS/UIPES : La promotion de la santé en temps de crise

https://refips.org/wp-content/uploads/2020/06/IUHPE_REFIPS_COVID19.pdf

 

 

La pandémie causée par la COVID-19 fait ressortir la relation étroite entre la santé et ses déterminants sociaux, politiques, économiques et environnementaux, ce qui renforce la pertinence d’agir sur ceux-ci pour protéger la santé de tous.

En tant que réseaux internationaux en promotion de la santé, l'UIPES et le RÉFIPS se sont unis pour positionner le domaine de la promotion de la santé en cette période de crise.

 

Par son adoption d’une vision globale de la santé, la promotion de la santé fournit des réponses pour améliorer la santé et le bien-être des populations de manière durable et équitable.

 

Les méthodes et outils des acteurs de promotion de la santé s'inscrivent dans plusieurs champs d'action tels que la littératie en santé, la gouvernance et les politiques publiques, la participation communautaire et la mobilisation sociale ainsi que l'approche des milieux de vie.

UNIOPS : Standards pour l'éducation sexuelle en Europe

https://www.uniopss.asso.fr/sites/default/files/article/fichiers/cp_alerte_30.06.20.pdf

 

Alors que la France sort doucement de la crise sanitaire liée au coronavirus, les nouveaux chiffres du chômage, sortis le 25 juin, semblant rassurants au premier abord, confirment en réalité que le pays µglisse inéluctablement vers une crise économique et sociale majeure. Les associations réunies au sein du collectif ALERTE s’inquiètent de la dégradation des conditions de vie des plus précaires (bénéficiaires du RSA, jeunes, migrants, personnes en situation de handicap ou âgées, …), et demandent à ce que des mesures soient prises rapidement pour endiguer les effets de cette crise sociale.

Le Ségur de la santé ou le Ségur hospitalier ?

 

https://www.linkedin.com/pulse/le-s%25C3%25A9gur-de-la-sant%25C3%25A9-ou-hospitalier-laurent-chambaud/?trackingId=V60BCrEWgJtcbjDK%2F7zR0w%3D%3D

Laurent Chambaud

directeur chez Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)

 

Le Ségur de la santé est maintenant bien avancé. La semaine passée deux positions ont été relayées par les media. Une tribune parue dans le Monde, signée principalement par les présidents et présidentes d'université et les doyens et doyennes des facultés de santé (médecine, odontologie, pharmacie, maïeutique) soulignent l'absence de la formation et de la recherche dans les travaux actuels. Tout en prônant une approche plus large, les signataires insistent particulièrement sur le rôle des CHU à réviser profondément. Sur le blog de Mediapart, plusieurs associations dénoncent le fait que dans les discussions la promotion de la santé et la prévention soient écartées et regrettent l'absence à la table des négociations des acteurs essentiels de ces interventions.

Les évolutions nécessaires du système et de la culture santé en France.

Virginie Femery

Directrice Santé et Prévention chez Groupe VYV / Directrice Générale chez Vivoptim Solutions 

  1. Les 4 capacités stratégiques du système de santé / https://www.linkedin.com/pulse/les-4-capacit%C3%A9s-strat%C3%A9giques-du-syst%C3%A8me-de-sant%C3%A9-virginie-femery/
  2. Changer la notion de soins, une urgence pour le système de santé / https://www.linkedin.com/pulse/changer-la-notion-de-soins-une-urgence-pour-le-syst%C3%A8me-femery/                          ( deux autres articles à venir )

Le paysage de la santé française va-t-il changer ? Alors que la gestion de la crise COVID reste d’actualité et que le Ségur de la santé a été lancé le 25 mai dernier, les publications actant une révolution à venir pullulent depuis quelques mois. Rien n’est cependant moins sûr. Car sans modification structurelle de notre conception du soin, ou à minima du parcours de soins, le Ségur de la santé risque bien de se limiter à une enveloppe financière pour les soignants ainsi qu’à des directions, d’intentions ou d’investissements, pour les autres secteurs.

 

L’épidémie de Covid-19 a révélé les lacunes de la culture de santé publique en France

https://theconversation.com/lepidemie-de-covid-19-a-revele-les-lacunes-de-la-culture-de-sante-publique-en-france-138679

 

Karim Ould-Kaci

Directeur de la Fondation d'entreprise pour la Santé publique MGEN - Guest lecturer, ESSEC

 

Ce regain d’intérêt pour la santé publique dans la vie de la cité est salutaire. Promouvoir la santé, garantir l’efficience de l’augmentation des dépenses de santé, lutter contre les grandes crises sanitaires systémiques et sérielles, appréhender et diffuser les innovations de technologies en santé qui ont, pour certaines, des perspectives vertigineuses, imposent, et imposeront davantage demain, des choix de sociétés. L’engagement citoyen est essentiel pour définir ces choix, et garantir ainsi leur acceptabilité. Dans nos sociétés, la santé publique doit s’exercer à travers une réelle « démocratie en santé ».

 

Cet engagement citoyen se heurte toutefois au triste constat révélé par la crise actuelle : il n’existe structurellement pas de culture de la santé publique dans notre pays. Comment l’expliquer ?

Covid-19 : assez d’informations, place à l’éducation !

https://theconversation.com/covid-19-assez-dinformations-place-a-leducation-140015

  / Maître de conférences en Sciences de l'éducation , Université Sorbonne Paris Nord – USPC   ;    / Chargé de cours en santé publique, spécialisé en éducation du patient, Université de Liège ;  Médecin professeur des Sciences de l’Éducation, Université Sorbonne Paris Nord – USPC

 

Pour passer d’une simple écoute à une véritable intégration des gestes recommandés par tous, et un changement durable des habitudes, il faut compter sur l’intermédiaire des professionnels de santé, des médiateurs et des groupes d’usagers experts. Grâce à leur proximité avec la population, la confiance dont ils font l’objet et leurs compétences éducatives, ils tiennent un rôle clé dans l’adaptation des messages sanitaires auprès des populations. 

Afin que cette information touche chacun des publics ciblés, ils peuvent mettre en place différentes stratégies, en prenant garde à deux qualités majeures : l’intelligibilité du message, c’est-à-dire la facilité avec laquelle il est saisi par la personne qui le reçoit ; la capacité de la personne à traiter et à analyser l’information.

Une perspective de Promotion de la santé à la réponse du COVID-19

http://educationsante.be/article/une-perspective-de-promotion-de-la-sante-a-la-reponse-a-la-covid-19/

 

Stephan VAN DEN BROUCKE 

À l’heure où les virologues, les épidémiologistes, les spécialistes des systèmes de santé et les soignants, pour ne citer qu’eux, se mobilisent contre la Covid-19, on peut se demander si les promoteurs de la santé doivent ajouter leur voix aux rangs croissants de spécialistes qui veulent s'exprimer sur la manière de faire face à la pandémie. Pourtant, bien qu'à première vue, la perspective de promouvoir la santé semble bien éloignée de la gestion d'une crise sanitaire aiguë, la promotion de la santé a certainement un rôle clé à jouer pour affronter la Covid-19.